Dragged Across Concrete (2019) de S. Craig Zahler

Troisième long métrage de S. Craig Zahler après le remarqué "Bone Tomahawk" (2016) et "Section 99" (2017). Avec ce film, "Trainé sur le Bitume" en V.F., le réalisateur-scénariste-compositeur signe 02h39 d'un polar urbain sombre et pessimiste, un thriller particulièrement noir avec comme "héros" deux flics aux méthodes discutables. Deux flics de 40 et 55 ans environ, qui se voient suspendus après une bavure pour laquelle ils ne peuvent être sauvés suite à la diffusion d'une vidéo. Les deux hommes vont alors préparer un casse contre des gangsters afin de s'en sortir financièrement... En tête d'affiche le vieux briscard est incarné par Mel Gibson qu'on avait pas vu aussi inspiré depuis des lustres, sans doute depuis "Le Complexe du Castor" (2011) de et avec Jodie Foster, tandis que son co-équipier est joué par Vince Vaughn, le premier ayant fait tourner le second dans "Tu ne Tueras Point" (2016).

Dragged Across Concrete (2019) de S. Craig Zahler

Vaughn retrouve également S. Craig Zahler et une bonne partie du casting dont Udo Kier, Jennifer Carpenter et Don Johnson après "Section 99". On peut également citer Laurie Holden vue dans "The Majestic" (2001) et "The Mist" (2007) tous deux de Frank Darabont puis Thomas Kretschmann vu récemment dans "Le Vent de la Liberté" (2019) de Michael Bully Herbig... Au vu de la longueur du film, plutôt inhabituel pour le genre, le récit démarre vite avec la suspension des deux flics qui arrivent très vite. Mais le prologue pré-générique va s'avérer symptomatique d'un scénario décousu et inutilement alambiqué. En effet, on constate qu'il y a plusieurs scènes, qu'on qualifiera de sous-intrigues, qui s'avèrent aussi inutiles que superflues ainsi qu'assez mal introduites dans l'histoire. Par exemple, une femme (Jennifer Carpenter dans un petit rôle) nous est montrée sous le joug d'un conjoint pervers narcissique sans que cela ne serve par la suite, bref on s'en fout royalement au vu de la trame générale.

Dragged Across Concrete (2019) de S. Craig Zahler

Ces différentes séquences cassent le rythme par un montage qui manque de fluidité. Ensuite on a bien du mal à comprendre la décision du flic le plus expérimenté et le plus usé alors qu'il nous est présenté comme un flic exemplaire alors que le plus jeune est présenté comme trop violent. Néanmoins, ce duo est bel et bien l'atout majeur du film. Deux flics bien écrits et merveilleusement incarnés par un Mel Gibson intense et qui a l'âge de ses artères, un Vince Vaughn à la fois fort et fragile. On apprécie également l'humour noir et le cynisme ambiant en parfaite symbiose avec la noirceur et la fatalité du récit. Mais malgré ses qualités évidentes le film est aussi plombé par ses maladresses, notamment on pense aux quelques passages superflus, sans cela le film aurait assurément gagné en densité et en efficacité. Une petite déception donc au vu du potentiel mais ça reste un polar crépusculaire qui vaut le détour, ne serait-ce parce que un Mel Gibson de ce niveau est devenu si rare !

Note :

Dragged Across Concrete (2019) Craig ZahlerDragged Across Concrete (2019) Craig Zahler

wallpaper-1019588
Podcast – C’est Super Culte : Tom Cruise
wallpaper-1019588
Shazam !
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Okko et les Fantômes
wallpaper-1019588
LES PLUS BELLES ANNÉES D’UNE VIE (Concours) 5 places de cinéma à gagner
wallpaper-1019588
Give Me Liberty : Les détours du rêve américain
wallpaper-1019588
Le Roi Lion (2019) de Jon Favreau
wallpaper-1019588
Box Office US du week-end du 19/07/2019 : Simba rugit sur le trône de leader du B.O. !
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS À MES 80ϟs] : #50. Rocky III