Les Animaux Fantastiques : Les Crimes de Grindelwald

Les Animaux Fantastiques : Les Crimes de Grindelwald, film américano-britannique de 2018 réalisé par David Yates, avec Eddie Redmayne, Johnny Depp, Katherine Waterson et Jude Law. Synopsis : En 1927, le célèbre sorcier Gellert Grindelwald s'évade et réunis de plus en plus de partisans. Son ancien ami Albus Dumbledore semble le seul capable de l'arrêter et demande de l'aide à son ancien élève Norbert Dragonneau.

Lorsque qu'une saga dérivée de l'univers du célèbre sorcier Harry Potter fut annoncée, nous étions à la fois perplexe mais aussi enthousiaste, car l'idée de replonger dans cet univers était très excitante.
Le premier film de cette saga Les animaux fantastiques réalisé par David Yates et écrit par J.K. Rowling était très convaincant, quelques défauts mais également de grandes qualités qui laissaient présager une grande saga.
Mais voilà, les bonnes choses ont une fin, et on ne pensait pas que celle-ci arriverait aussi vite pour cette saga encore très jeune et prometteuse.

Cette critique contient des spoilers.

La première chose qui nous frappe dans ce film est son incroyable casting, en effet Johnny Depp est l'une des bonnes surprises du film, cela faisait longtemps que l'on ne l'avait pas vu si convaincant dans un film. Jude Law qui campe un jeune Dumbledore est tout aussi plaisant à voir jouer. L'un des problèmes au niveau du casting est paradoxalement le personnage principal, en effet dans ce film Eddie Redmayne offre toujours la même palette de jeu qui consiste à faire des sourires gênés et paraitre timide, son personnage de Norbert Dragonneau n'évolue pas vraiment et on a souvent l'impression qu'il est embarqué dans une mission qui le dépasse complètement. La multitude des personnages secondaires est plutôt convaincante malgré quelques passages où les acteurs surjouent. Un casting convaincant mais gâché par un scénario qui peine à convaincre et qui ressemble à du déjà-vu.

Les Animaux Fantastiques : Les Crimes de GrindelwaldAlbus Dumbledore (Jude Law) et Norbert Dragonneau (Eddie Redmayne)

En effet le scénario de ce film sonne comme du déjà vu très rapidement, tout comme dans la saga Harry Potter, on retrouve un parallélisme entre la montée d'Hitler et du nazisme, le dictateur allemand correspondant à Voldemort et à Grindelwald. Tout cela a déjà été traité dans la saga initiale, et avec bien plus de profondeur et d'originalité. Si l'arrivée au pouvoir de Voldemort dans Harry Potter était très convaincante car celui-ci avait déjà des partisans, on se retrouve ici face à un Grindelwald qui semble dangereux mais sans réelles idées politiques. J.K. Rowling semble juste nous dire que tous ceux qui rejoignent les extrêmes politiques sont des idiots, un peu cliché.

Outre cette morale qui peut paraitre infantile, un scénario tente de se dessiner entre quelques séquences avec les créatures magiques qui réussissent à émerveiller quelques fois. La mise en scène brouillonne du réalisateur David Yates dessert complètement le récit, en effet on se retrouve face à des personnages caricaturaux, particulièrement les personnages secondaires mal développés où on peine à comprendre les motivations et les peines de cœur qui amènent les uns et les autres à basculer d'un camp à l'autre. Une mise en scène qui alourdit le rythme car les arcs narratifs se croisent et s'entrecroisent, ce qui ne nous permet pas de comprendre les tenants et aboutissants de la grande révélation à la fin du film.

Avant de conclure, revenons sur un point que le premier volet de cette nouvelle saga a su éviter : le fan service.
En effet on retrouve dans ce film un fan service très forcé où J.K. Rowling cherche à connecter les nouveaux personnages avec les anciens, McGonagall qui est professeur de métamorphose plusieurs années avant sa naissance (certains disent que c'est sa grand-mère mais cela n'apporte rien au récit) l'apparition de Nicolas Flamel qui sert à faire vibrer la personne qui a vu et lu Harry Potter 1, la backstory de Nagini qui ne fait pas avancer le récit... Bref on a parfois l'impression de regarder une mauvaise fan-fiction, étonnant quand on connaît la qualité d'écriture de J.K. Rowling.

Le fait que Les Animaux Fantastiques : Les Crimes de Grindelwald soit un spin off de Harry Potter ne lui rend pas service, tant l'attente est grande.
Mais le premier épisode avait mis la barre haute et nous étions en droit d'attendre un meilleur film que cela. Les très bons effets spéciaux et l'ambiance magique de ce superbe univers ne suffisent pas à compenser le manque de fond du scénario, un fan service de trop et des éléments incohérents. Mais poussés par cet univers qui nous a tant fait rêver et qui a tellement à offrir, nous irons voir le troisième film, en espérant une meilleure inspiration de l'auteure et que celui-ci vaudra le coup.

Les Animaux Fantastiques : Les Crimes de GrindelwaldGellert Grindelwald (Johnny Depp)

Note

Ce film peine à convaincre sur la légitimité de cette saga malgré un univers toujours interressant et de belles images. On attend plus de créativité de Jk Rowling tant elle avait mis la barre haute.

Bande-annonce


wallpaper-1019588
Les ciné-concerts, ça vaut quoi ?
wallpaper-1019588
Première bande annonce VF pour Unicorn Store de et avec Brie Larson
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : J’ai perdu mon corps
wallpaper-1019588
Bradley Cooper au casting de Nightmare Alley signé Guillermo Del Toro ?
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Brooklyn Affairs
wallpaper-1019588
Le Grand Pardon II (1992) de Alexandre Arcady
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Les Misérables
wallpaper-1019588
Cartouche