Men In Black : International (2019) de F. Gary Gray

Après une première trilogie avec le culte "Men In Black" (1997), sa suite directe "MIIB" (2002) et le déjà surperflu "Men In Black III" (2012) tous de Barry Sonnenfeld, force est de constater qu'il n'aura pas fallu longtemps pour penser à surfer sur les succès passés. Dès 2015 il est question d'un reboot, on a même pensé à un crossover mêlant "Men In Black" à "21 Jump Street" (2012) de Phil Lord et Chris Miller ! Au final le projet repose officiellement sur un spin-off, cachant officieusement un simple reboot... Exit Sonnenfeld, la production (dont un certain Steven Spielberg) propose le film au réalisateur F. Gary Gray, pas un génie mais un faiseur efficace expérimenté avec des films aussi divers que "Négociateur" (1998), "Un Homme à Part" (2003), "Braquage à l'Italienne" (2003), "Be Cool" (2005), "N.W.A. Straight Outta Compton" (2015) et "Fast and Furious 8" (2017). Le scénario de ces nouvelles aventures internationalisées est signé du duo Matt Holloway et Art Marcum auquel on doit (2008) de Jon Favreau et "Transformers : The Last Knight" (2017) de Michael Bay.

Men In Black : International (2019) de F. Gary Gray

Par là même donc, exit les deux stars originelles Will Smith et Tommy Lee Jones qui sont remplacés par les stars new generation Chris Hemsworth et Tessa Thompson qui se connaissent bien après avoir joués ensemble chez Marvel dans "Thor : Ragnarok" (2017) de Taïka Waititi et "Avengers : Endgame" (2019) des frères Russo. Notons qu'un autre lien attache le film au MCU (Marvel Universe), à savoir qu'on doit les décors à Charles Wood, chef décorateur de plusieurs films Marvel dont "... Endgame"... Sinon, on a un "vestige" de la première trilogie, plus exactement de "MIB III" (2012) qui permet de justifier le spin-off avec le personnage incarné par Emma Thompson qui retrouve pour l'occasion Liam Neeson avec qui elle était à l'affiche de "Love Actually" (2003) de Richard Curtis. On reconnaîtra également la jolie Rebecca Ferguson vue récemment dans "Mission Impossible : Fallout" (2018) de Christopher McQuarrie et "Alex : le Destin d'un Roi" (2019) de Joe Cornish... Alors que la trilogie de Sonnenfeld se déroulait exclusivement à New-York on apprend donc que le MIB est international et que, finalement, la première vague d'émigration extraterrestre s'est déroulé à Paris, ce qui crée une première incohérence avec les films originels. Ensuite on constate que l'originalité n'est pas de mise avec la sempiternelle rengaine du maître et de l'élève et d'une intrigue qui sent bon le réchauffé. Sous couvert de modernité il n'y a rien que de l'aseptisé ou de facilités symbolisé notamment par un changement de véhicule où on passe de la Ford à Jaguar et Lexus dernier cri.

Men In Black : International (2019) de F. Gary Gray

D'ailleurs, bien loin des MIB précédents on pense surtout à un James Bond ou à Mission Impossible en prise avec des bestioles. Rien de l'ambiance particulière des premiers n'est ici présent, moins loufoque et plus buddy movie le tout saupoudré d'un féminisme bon teint à la mode avec de surcroît un bestiaire bien moins nombreux et créatif. Niveau personnage on notera que le duo Hemsworth-Thompson joue sa carte glamour bankable à fond dont l'abattage sauve le film du naufrage. La pauvre Rebecca Ferguson est complètement sous-exploité, on sent Neeson en mode cacheton, tandis que les "jumeaux" (français !) assurent mais ils manquent sans doute d'une écriture plus denses. Au final ce film est bel et bien sous symptôme malheureusement répandu des "suites reboot et spin-off tardifs", où on rabâche des recettes toutes faites pour de mauvaises raisons (mais bonnes pour les producteurs !). Ainsi, le fait que la trilogie originelle rapportait déjà de moins en moins (respectivement 588 millions de dollars au box-office mondial pour 90 millions de budget, puis 442 pour 140 et enfin 654 pour 215) n'aura rien appris à quiconque... Un blockbuster calibré et formaté sans aucune surprise mais assez bien fait pour divertir les masses.

Note :

Black International (2019) Gary Gray

wallpaper-1019588
Mort de Franco Zeffirelli
wallpaper-1019588
Girl
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : La Malédiction de la Dame Blanche
wallpaper-1019588
Paradox (2017) de Wilson Yip
wallpaper-1019588
LE PARRAIN II (Critique)
wallpaper-1019588
Pour Sama au Zola jeudi 17 octobre 2019
wallpaper-1019588
Aladdin
wallpaper-1019588
Jessica Henwick au casting de Matrix 4 signé Lana Wachowski ?