Haute Sécurité (1989) de John Flynn

Ce film s erait inspiré de l'histoire vraie de Frank Leone, ce dernier et le directeur de la prison serait mort lors d'une prise d'otage... Tout ce ci à mettre au conditionnel après avoir effectué des recherches sur ce point restées vaines... Néanmoins l'histoire intéresse un certain Sylvester Stallone, alors méga star du film d'action. Appuyé par les producteurs Charles et Lawrence Gordon qui étaient déjà derrière "Predator" (1987) et "Piège de Cristal" (1988) tous deux de John McTiernan, le film est écrit par Jeb Stuart scénariste de "Rocky IV" (1986) de et avec Stallone puis de "Piège de Cristal". Les commandes reviennent à John Flynn, réalisateur habitué aux films "virils" comme "Echec à l'Organisation" (1973), "Pacte avec un Tueur" (1988) et suivra "Justice Sauvage" (1991). Stallone tourne ce film entre "Rambo III" (1988) de Peter MacDonald et "Tango et Cash" (1990) de Andreï Konchalovski et incarne évidemment le héros.

Haute Sécurité (1989) de John Flynn

Face à lui le méchant de l'histoire, directeur de prison incarné par Donald Sutherland acteur majeur depuis (1970) de Robert Altman et "Klute" (1971) de Alan J. Pakula. A leurs côtés plusieurs gueules bien connues dont Sonny Landham qui venait d'être particulièrement remarqué dans "Predator" (1987) de John McTiernan aux côté de Arnold Schwarzenegger, puis en début de carrière on reconnait Tom Sizemore et Danny Trejo qui se retrouveront tous les deux au casting du chef d'oeuvre "Heat" (1996) de Michael Mann... On suit Frank Leone qui purge une courte peine et qui doit sortir sous peu... Mais le nouveau directeur de la prison s'avère être un homme qui veut se venger de Leone et va tout faire pour le briser ou, du moins, empêcher une fin de peine de prisonnier modèle... Le film carcéral est un sous-genre en soi qui offre souvent d'excellent film, comme par exemple Le Trou" (1960) de Jacques Becker, "Le Prisonnier d'Alcatraz" (1962) de John Frankenheimer, "Midnight Express" (1978) de Alan Parker, "L'Evadé d'Alcatraz" (1979) de Don Siegel ou encore "Brubaker" (1980) de Stuart Rosenberg (liste non exhaustive, et en s'arrêtant au films ayant précédés "Haute Sécurité").

Haute Sécurité (1989) de John Flynn

Le premier bémol réside d'abord à la comparaison avec les autres films du genre qui offre de nombreux grands films. Sur ce paramètre "Lock Up" (en V.O.) perd au change et souffre inévitablement de la concurrence. Il y a aussi un soucis avec le casting, ou plutôt de la direction d'acteur tant on remarque la différence entre ceux qui jouent la sobriété et/ou le réalisme et ceux qui surjouent et/ou cabotinent, ce qui crée parfois des décalages de styles qui peuvent prêter à sourire. Par là même, Sutherland reste trop en retrait et ce sont ses sbires qui tirent leur épingle du jeu. Le scénario est doté des grands passages obligatoires inhérents au genre (humiliation, passage à tabac, trafic...), et si c'est parfois cliché il n'en reste pas moins que ça reste un passage obligé pour ce genre hyper codifié. Mais le film offre quelques séquences particulièrement efficaces comme la voiture réparée, le match de rugby avec des scènes certes violentes mais jamais sur-représentées. On tique parfois sur la crédibilité du récit surtout quand cette histoire se targue d'être tirée de faits réels, mais au final ce film qui est souvent mal noté reste un divertissement honnête, avec ses morceaux de bravoure et qui n'est pas dénué d'émotion. Assurément pas dans le panthéon du genre mais sans aucun doute un bon film qui fait le job.

Note :

Haute Sécurité (1989) John FlynnHaute Sécurité (1989) John Flynn

wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Colette
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Glass
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Working Woman
wallpaper-1019588
Nouveau trailer pour le biopic Stan & Ollie de John S. Baird
wallpaper-1019588
The French Dispatch : Le prochain Wes Anderson sortira bien en 2020
wallpaper-1019588
Lady Gaga en vedette du remake de La Petite Boutique des Horreurs ?
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #4. The Big Lebowski
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Un Jour de Pluie à New York