Terreur à l'hôpital central

Un grand merci à BQHL Editions pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Terreur à l’hôpital central » de Jean-Claude Lord.

Terreur_à_l_hôpital_central

« Pensez-vous que l’agression dont vous avez été victime ait un rapport avec un de vos articles ? »

Colt Hawker est un psychopathe doublé d’un misogyne maladif. Sa haine, il la déverse sur Deborah Ballin, une journaliste et militante féministe qui dénonce publiquement ses agissements. S’il croit d’abord l’avoir tuée, il apprend vite qu’elle a survécu à ses blessures. Il se fixe un objectif : finir le travail. Lui-même admis à l’hôpital pour s’être automutilé, Colt Hawker se lance sur les traces de sa proie dans les couloirs déserts de l’établissement, massacrant tous ceux dont il croise le chemin…

« Il t’en veux parce que tu es une femme indépendante , libre d’exprimer des positions qui dérangent »

Terreur_hopital_central_Linda_Purl

Ancien chroniqueur télé, le québécois Jean-Claude Lord se lance dans le cinéma au début des années 70. Il réalise ainsi une série de petits films auto-produits traitant de sujets de société sensibles (populisme, corruption...) qui suscitent alors nombre de controverses et de polémiques dans la Belle Province. Mais le personnage s’assagit quelque peu au tournant des années 80, en préférant se consacrer au cinéma de genre. En pleine mode du cinéma d’épouvante (« Carrie au bal du diable », « Halloween » ou « La colline a des yeux » viennent de cartonner au cinéma), il signe ainsi en 1982 « Terreur à l’hôpital central ». Un slasher largement référencé (l’ombre de « Psychose » plane largement sur la première scène d’attaque) dans lequel un tueur sadique n’a de cesse de poursuivre une journaliste connue pour ses propos féministes. Si le film est assez classique dans sa construction, avec ce personnage de tueur inquiétant qui parvient systématiquement à déjouer les dispositifs de sécurité pour s’infiltrer là où on ne l’attend pas, il se démarque surtout par la justesse psychologique des personnages (et notamment sur l’impuissance sexuelle et la frustration du personnage du tueur) et par son sous-texte politico-sociologique, dénonçant de manière à peine voilée la société machiste et les violences faites aux femmes, qui plus est lorsque celles-ci affirment avec courage leurs convictions. Porté par deux vedettes (William Shatner et Lee Grant, oscarisée quelques années plus tôt pour son rôle dans « Shampoo » de Hal Ashby), on retiendra surtout la performance illuminée d’un Michael Ironside parfaitement inquiétant en maniaque pervers aux faux airs de Jack Nicholson. A réserver tout de même aux amateurs du genre.

Terreur_hopital_central_Michael_Ironside

**

Le blu-ray : Le film est présenté dans un nouveau Master Haute-Définition, en version originale américaine (2.0) ainsi qu’en version française (2.0). Des sous-titres français sont également disponibles. Aucun bonus ne vient compléter le disque. Toutefois, un livret de 16 pages consacré au film par Marc Toullec vient compléter cette édition.

Edité par BQHL Editions, « Terreur à l’hôpital central » est disponible en combo blu-ray + DVD depuis le 29 janvier 2019.

La page Facebook de BQHL Editions est ici.


wallpaper-1019588
David Fincher, du pire au meilleur
wallpaper-1019588
Nouvelle affiche internationale pour Bohemian Rhapsody de Bryan Singer
wallpaper-1019588
Première bande annonce VF pour Unicorn Store de et avec Brie Larson
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Killing
wallpaper-1019588
MATTHIAS & MAXIME (Critique)
wallpaper-1019588
[Cannes 2019] Jour 9 : Nés à Cannes
wallpaper-1019588
Terminator : Dark Fate : Première bande annonce !
wallpaper-1019588
John Wick Parabellum (2019) de Chad Stahelski