Bienvenue à la Umbrella Academy

Bienvenue à la Umbrella Academy

Une nouvelle adaptation de comics débarque sur Netflix. Avec une direction artistique fantastique et des personnages attachants, on ne pouvait qu’accrocher à Umbrella Academy.

Bienvenue à la Umbrella AcademySortie en 2007 et 2008, et toujours en attente d’une suite, les 2 premiers tome de Umbrella Academy nous permettaient de faire la connaissance d’enfants un peu spéciaux, dans une école un peu spéciale. Écrite par Gerard Way (leader du groupe My Chemical Romance) et dessinée par Gabriel Bà, la série développait un ton original et un ambiance vraiment particulière.

Maintenant que les séries Marvel lui échappent, Netflix devait bien penser à la suite, et c’est donc une bonne surprise de voir la plateforme s’attaquer à l’univers de la Umbrella Academy avec l’un des producteurs de Legion. Avec autant de fidélité au matériau original que de libertés prises pour en étendre l’univers, c’est donc parti pour des enfants à super-pouvoirs, des voyages dans le temps, un singe majordome, des tueurs à gages et une apocalypse à venir. Un programme bien chargé.

Faire connaissance avec les Hargreeves

Comme le comics, la série débute donc en nous présentant des enfants. Par n’importe lesquels puisque 43 bambins sont nés de manière inopinées le même jour. Le professeur Hargreeves réussit à en adopter 7 pour les éduquer et les préparer à se battre pour défendre la Terre au sein de la Umbrella Academy. Plusieurs années plus tard, la famille a complètement explosé et se réuni seulement à l’occasion de la mort du professeur.

Bienvenue à la Umbrella Academy

C’est donc l’occasion d’apprendre à connaitre des personnages survivants que l’on va trouver profondément attachants avec leur caractère et leurs traumatismes. Spaceboy le chouchou beaugosse costaud qui se retrouve avec un corps de singe, Rumeur, devenue star de cinéma en pleine séparation, Diego, forte tête habile au couteau, Seance, junkie qui voit des morts (Robert Sheehan de Misfits) et Vanya, la dernière sans pouvoirs (Ellen Page plus dépréssive que jamais). Arriverons d’autres personnages aussi originaux qu’intéressants comme le singe majordome Pogo (excellent boulot de FX), une mère robot, des tueurs à gage temporels barjots et surtout Numéro 5 bloqué dans son corps d’enfant. Campés à la perfection par des acteurs impliqués, ils sont la principale raison de les suivre pendant les 10 épisodes de cette première saison.

Bienvenue à la Umbrella Academy

Symphonie steampunk

La série plonge vraiment dans l’étude de ses personnage et reste ainsi sur une échelle assez intimiste. Ainsi, l’intrigue ne s’aventure pas (encore) sur la résolution de mystères comme pourquoi 43 enfants, pourquoi leurs pouvoirs et que sont devenus les 36 autres… Mais au contraire prend le temps de nous attacher aux personnages et d’installer une atmosphère steampunk d’une grande modernité. Ainsi on se prend facilement à l’ambiance particulièrement travaillée avec une direction artistique remarquable dans une série comme ça et un choix de chansons qui navigue entre les 80’s et le plus moderne sans jamais oublier l’importance centrale du violon de cette symphonie apocalyptique.

Bienvenue à la Umbrella Academy

Mais la série n’oublie pas d’étendre l’univers du comics en explorant plus en profondeur la Comission pour laquelle obéissent les tueurs temporels, de proposer d’autres flashbacks ou voyages temporels intéressants sur les personnages, y compris sur le passé assez flou du professeur. Il y a donc à la fois une histoire prenante, suprenante, intimiste mais avec de l’ampleur et surtout de nombreuses pistes qui sous plus ou moins ouvertes pour une indispensable suite qui pourra être encore plus passionnante.

Bienvenue à la Umbrella Academy

C’est avec un grand plaisir puis un grand attachement que l’on suivra donc les enfants perdus de cette Umbrella Academy et on a vraiment hâte de découvrir l’orientation que prendra la suite ! 


wallpaper-1019588
Écouter le Cinéma
wallpaper-1019588
Girl
wallpaper-1019588
Les ciné-concerts, ça vaut quoi ?
wallpaper-1019588
Call me by your name
wallpaper-1019588
[CRITIQUE]: La Belle Époque
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Frankie
wallpaper-1019588
Festival de Cannes 2019 : Le palmarès
wallpaper-1019588
Border