Critiques express : les films de fin d’année

Critiques express : les films de fin d’année

Pour boucler l’année, il y avait bien trop de films à voir d’un seul coup et trop peu de temps pour écrire dessus. On a donc tout de même tout regroupé ici. D’Aquaman à la Palme d’Or en passant par Mary Poppins mais aussi l’événement Black Mirror de Netflix, ou encore Wildlife et Mortal Engines, voici donc un récap de ce qu’on a aimé, ou pas, dans les derniers films sortis cette année.

Aquaman

Critiques express : les films de fin d’année

Après la débâcle de Justice League, Aquaman a la lourde tâche de remettre l’univers ciné de DC dans le droit chemin. Pour cela Warner a confié le gros bébé à James Wan qui a fait ses preuves sur Conjuring et Fast & Furious 7. Un artisan au savoir-faire indéniable et qui a les épaules pour porter le destin de cet homme de l’Atlantide qui a connu une belle renaissance en comics grâce à Geoff Johns.

Jason Momoa va donc entamer un voyage dans les profondeurs pour dégoter le trident légendaire qui lui permettra de s’installer sur le trône d’Atlantide qu’il ne veut pas vraiment occuper. Face à lui les troupes de son beau-frère qui ne veut pas laisser sa place. L’histoire va a l’essentiel et recèle autant de bons moments (les monstres de la fosse) que d’autres assez kitschs (l’allure de Nicole Kidman, miscast total).

Car oui, le film offre 2h23 de spectacle généreux, pour le meilleur et pour le pire avec un humour qui ne fonctionne pas, des fonds verts trop voyants, un duo central relativement insipide, des méchants clichés mais avec un rythme qui ne faiblit pas et des scènes d’action et de bataille bien découpées et ambitieuses. Résultat, le film se regarde bien et pourrait peut-être le meilleur (mais pas le plus intéressant) de DC depuis Man of Steel.

Black Mirror – Bandersnatch

Critiques express : les films de fin d’année

Pour la fin d’année, Charlie Brooker et Netflix on décidé de créer l’événement avec un épisode spécial de Black Mirror intiltulé Bandersnatch. Un événement car il s’agit d’un épisode dont le spectateur peut choisir le comportement de son héros. Et quand on connait le côté glauque de la série à la provocation jamais gratuite, on pouvait attendre ça avec impatience.

Nous allons donc suivre et manipuler le destin d’un jeune développeur dans les années 80 qui adapte en jeu vidéo un livre « dont on est le héros ». Mais petit à petit, en fonction des instruction qu’on va lui donner (cela va du choix du paquet de céréales à la décision de vie ou de mort d’un personnage), il va se poser des questions et devenir de plus en plus torturé. L’épisode a ainsi un discours méta passionnant sur le rapport entre le public joueur et le personnage manipulé, mais aussi entre netflix manipulant le public qui pense prendre une décision alors que Brooker sait très bien où il veut mener son histoire. Les multiples possibilités et fins permettent ainsi de prolonger l’experience et surtout de se poser encore de nombreuses questions sur nos rapport aux écrans dignes des délires de K.Dick. Ainsi Black Mirror prolonge encore plus loin son concept et notre rapport au technologies. Passionnant.

Une Affaire de Famille

Critiques express : les films de fin d’année

Après un prix du jury pour le beau et touchant Tel Père, Tel Fils par Steven Spielberg il y a cinq ans, cette année était la bonne pour Hirokazu Kore Eda. Avec Une Affaire de Famille, il décroche une Palme d’Or peu contestée, et plutôt méritée au regard de l’oeuvre du réalisateur japonais. Ici il s’intéresse à une famille pauvre, dont les membres récupèrent de quoi vivre comme ils peuvent (vol, prostitution, …) et qui recueille une gamine battue par ses parents.

D’un drame assez sombre, il peint un portrait touchant de tout ce petit monde à mesure que l’on va découvrir les secrets qui soudent les personnages. Il reste donc fidèle à sa thématique familiale qu’il examine sous toutes les coutures, en y apportant une vision toujours inédite. Loin de la famille modèle, valeur absolue du Japon, il dresse une vision transgressive avec une douceur et en même temps un violence sourde qui fonctionne pleinement.

Mortal Engines

Critiques express : les films de fin d’année

Alors qu’on attend toujours de savoir quel sera le prochain grand projet de Peter Jackson (en dehors de son documentaire sur la première guerre mondiale), le réalisateur du Seigneur des Anneaux a confié l’adaptation du best seller young adult post apocalyptique Mortal Engines à l’un de ses protégés (tout en restant tout de même assez aux manette du scénario et de la production). Et le résultat est assez surprenant.

Ici, des cités monumentales montées sur roues se dévorent les unes les autres dans un monde dévasté. L’occasion de proposer des visions steampunk post-apo saisissantes et bluffantes à un rythme d’enfer. Alors certes l’histoire de la vengeance d’une jeune femme et de menace nucléaire est parfois cliché (comme cette amourette heureusement pas trop appuyée), mais ce n’est rien du tout face au spectacle pas si bête et surtout impressionnant qui nous est offert. Voilà donc enfin un blockbuster original, ambitieux et réussi. Dommage qu’il ne fonctionne pas suffisamment au box-office pour envisager directement une suite pour explorer ce monde.

Wildlife

Critiques express : les films de fin d’année

On connaissait Paul Dano excellent acteur à l’air lunaire totalement fait pour le cinéma indé. Il passe maintenant derrière la caméra et s’offre Carey Mulligan et Jake Gyllenhaal pour camper un couple en pleine crise dans les années 60, sous le regard de leur ado qui se retrouve encore plus perdu. C’est avec une vraie délicatesse que Dano réalisateur aborde son sujet. D’abord le film est simplement beau à regarder, posé comme il le faut.

Et puis il y a la direction d’acteur. Jake Gyllenhaal est parfait en père de famille aimant piquant une crise d’égo après la perte de son job mais prêt à tout pour sa famille. Carey Mulligan trouve enfin un rôle adulte complexe et avec un personnage qu’on pourrait presque détester. Et cette crise dans les années 60 reste également très actuelle, ainsi, sous le vernis classique du film ce cache quelque chose de plus. Un beau film à découvrir.

Le retour de Mary Poppins

Critiques express : les films de fin d’année

Le Disney de Noël n’est pas un film d’animation mais le retour de la nounou fantastique 54 ans après sa première aventure. Pour l’occasion c’est Emily Blunt qui reprend le rôle titre et d’une belle manière, adoptant à merveille l’attitude à la fois sévère, pince sans rire et malicieuse de la nurse des Banks. Hélas, si l’actrice est impeccable, le reste est assez catastrophique.
Mis en scène par l’incompétent Rob Marshall qui n’a rien fait de bon depuis Chicago, et en chanson par Lin Manuel Miranda connu pour la comédie musicale Hamilton (et qui joue dedans), ce retour de Mary Poppins ne propose pas grand chose. Jane et Michael ont grandit et Poppins revient pour s’occuper d’eux et des enfants de Michael qui a perdu sa femme et pourrait aussi perdre sa maison. Le film reprend donc les mêmes étapes que le premier film, mais avec des chansons fortement oubliables, des scènes kitschissimes et des acteurs (hormis Blunt) incompétents. Il n’y a pas grand chose à tirer de nouveau de ce film qui s‘étire inutilement alors que son histoire est plus que prévisible. La seule chose que l’on n’a pas vu venir est finalement une scène très malaisante avec Meryl Streep. Bref, à fuir.


wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Glass
wallpaper-1019588
Réflexion #13 – Doit-on nécessairement aimer un chef d’oeuvre ?
wallpaper-1019588
ROULEZ JEUNESSE (Critique)
wallpaper-1019588
Masterclass Jean-Marie Roth
wallpaper-1019588
Première bande annonce VF pour Unicorn Store de et avec Brie Larson
wallpaper-1019588
Le conflit dans la série
wallpaper-1019588
Le Dossier Odessa (1974) de Ronald Neame
wallpaper-1019588
Écouter le Cinéma