Pupille

Pupille"Précieux comme le pupille de mes yeux"
Un film en plein dans la mouvance du cinéma français actuel explorant un métier (« Hippocrate », « Médecin de campagne », « La tête haute »,…) ou une situation sociale particulière. Le risque dans ce type de projet est que le réalisateur fasse un film dossier ou un film pathos. Jeanne Herry a travaillé en profondeur son sujet et son contenu et parvient à fédérer tous ses acteurs autour d’une histoire profondément humaine : l’adoption. De la naissance du petit Théo né sous X à son adoption quelques petits mois après ; tous les adultes au cœur du sort de ce bébé (professionnels en tête suivis de l’adoptante) tissent un lien avec l’enfant en s’impliquant dans sa très jeune vie ; le spectateur ne peut qu’être emporté par le récit. Instructif assurément ; mais la construction même du film avec des aller retours temporels dans la vie des trois personnages principaux gravitant autour de la vie du petit Théo fait naitre l’émotion. Juste une petite appréhension de sortir définitivement du film dans les premières minutes tant la présentation des trois personnages principaux est maladroite. L’adoptante (Elodie Bouchez) fait preuve d’une naïveté déroutante si on a regard bienveillant sur cette première scène ou d’une bêtise déconcertante pour être sévère. D’autres scènes au cours du film seront aussi quelque fois surprenantes : attaques personnelles en réunion de concertation, la relation Kimberlain/Lelouche, l’assistante sociale prise à partie en pleine rue, le baiser d’Elodie Bouchez au comédien avec ce rendez-vous amoureux différé,… Malgré cela, ce film est un bon cru français 2018 ; des maladresses que l’on accepte tant le film et les personnages emportent le spectateur. Et puis Elodie Bouchez en femme d’âge mûr oscillant entre fragilité et force intérieure renaît de ses cendres avec ce rôle ; un rôle mais surtout une prestation à César. Kimberlain est tout aussi juste et percutante ; reste Lelouche dont le jeu me laisse à chaque fois dé…confit (bof !!!). Précipitez-vous prendre un vrai bol de bonheur avant les fêtes.
Sorti en 2018
Ma note: 15/20

wallpaper-1019588
Solo – A Star Wars story, critique
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Glass
wallpaper-1019588
Culte du dimanche : Iron Man
wallpaper-1019588
Martin Scorsese, du pire au meilleur (3/3)
wallpaper-1019588
Quand je veux si je veux au cinéma Opéra le 26 mars 2019
wallpaper-1019588
Bande annonce et photos Jessica Forever
wallpaper-1019588
Bande annonce et photos Donnybrook
wallpaper-1019588
Spider-Man – Far From Home : 3 nouveaux posters !