Critiques express : the House that Jack Built, Upgrade, Venom

Critiques express : the House that Jack Built, Upgrade, Venom

Dès fois, il y a des films sur lesquels on n’a pas forcément envie de s’étendre. Ces dernières semaines ce sont donc Venom et le Lars Von Trier qui n’ont pas attiré nos faveurs. Et pourtant il y a un petit film inattendu qui a agréablement surpris, Upgrade.

the House that Jack Built

Critiques express : the House that Jack Built, Upgrade, Venom

Depuis son diptyque Nymphomaniac, Lars Von Trier s’était fait assez discret. Mais avoir été persona non grata , il était tout de même de retour à Cannes mais hors compétition avec cette histoire de serial killer interprété avec conviction par un Matt Dillon froid comme jamais. Maniant d’abord l’humour très noir et absurde avant de finir en réflexion testamentaire, the House that Jack Built se montre particulièrement inégal.

En effet, autant on rigolera assez sadiquement devant certains meurtres et certaines maladresses dues aux TOC du personnage dans la première heure, autant on trouvera la suite de plus en plus longue et répétitive avant une conclusion qui alterne images magnifiques évoquant Delacroix et autres visions finalement pauvres de l’enfer personnel du réalisateur. L’impression finale reste donc une étude fascinante de serial killer handicapée par les longueurs interminables des réflexions de son auteur. Pour les fans du danois fou donc.

Venom

Critiques express : the House that Jack Built, Upgrade, Venom

On sentait la catastrophe arriver. Pourtant le casting était assez prestigieux avec Tom Hardy, Michelle Williams et Riz Ahmed. Mais quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. Il faut dire qu’on ne peut pas vraiment réussir un film sur l’un des pires ennemis de Spider-Man sans évoquer Spidey … et surtout en rendant le personnage doux comme un agneau. Une tête mangée dans le noir ? C’est tout ce que l’on aura de trash devant le film qui préfère un humour légèrement dérangé et qu’il ne semble pas assumer. Loin du pipi caca de Deadpool mais aussi loin de ce qu’il était possible de faire.

Mais en plus de ce côté très gentil, on a surtout l’impression de se retrouver 15 ans en arrière, à l’époque où Daredevil et autres Ghost Rider débarquaient à l’écran avant l’arrivée de Marvel Studios, avec un méchant décalque du héros, un méchant milliardaire scientifique, des personnages fades, … comme si rien n’avait été après en 20 ans d’industrie ciné du super-héros. Même Tom Hardy , tout juste attachant journaliste tête à claque, n’arrive pas à rendre le personnage vraiment intéressant. Non, vraiment, le meilleur moment du film, sera la scène coupée finale preview du film d’animation sur Spider-man qui arrivera en fin d’année.

Upgrade

Critiques express : the House that Jack Built, Upgrade, Venom

En même temps que Tom Hardy se faisait greffer le parasite Venom, son sosie américain fade Logan Marshall-Green s’aventurait dans Upgrade, le 2e film en tant que réalisateur de l’autre créateur de Saw et Insidious, produit à moindre frais par Jason Blum. Un principe simple mais percutant pour une série B de SF. Un mec perd sa femme et devient handicapé, se fait greffer une nouvelle technologie avec intelligence artificielle et va alors se venger. Et plus que le charisme de mollusque de LMG, c’est le côté sombre et violent de l’univers et de la réalisation qui va nous embarquer. Sans prétention, Upgrade fonctionne vraiment bien, avec cohérence. Encore une fois, la recette Blum prouve son efficacité.


wallpaper-1019588
La Belle et la Bête
wallpaper-1019588
Comment choisir son/sa co-auteur(e)?
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Okko et les Fantômes
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : 3 jours à Quiberon
wallpaper-1019588
Demons in paradise au ciné-club mardi 20 novembre 2018
wallpaper-1019588
Affiche VF finale pour Bumblebee de Travis Knight
wallpaper-1019588
Harry Potter et le Prince de Sang Mêlé (2009) de David Yates
wallpaper-1019588
L'amour flou