[CRITIQUE] : Shéhérazade

 [CRITIQUE] : Shéhérazade

Réalisateur : Jean-Bernard Marlin

Acteurs : Avec Dylan Robert, Kenza Fortas, Idir Azougli,...
Distributeur : Ad Vitam
Budget : -
Genre : Drame.
Nationalité : Français.
Durée : 1h52min.

Synopsis :

Zachary, 17 ans, sort de prison.
Rejeté par sa mère, il traîne dans les quartiers populaires de Marseille. C'est là qu'il rencontre Shéhérazade...


Critique :

Si le charme opère lorsque le film décrypte avec sensibilité l'éclosion d'une histoire d'amour un brin bancale, #Shéhérazade déçoit en revanche dans sa 2ème partie, quand l'intrigue opère un virage à 90° vers le thriller judiciaire/film noir nettement moins abouti (@Nanoushkah) pic.twitter.com/s0PfCdFtDZ— FuckingCinephiles (@FuckCinephiles) 15 septembre 2018

Choix tout sauf anodin que celui d'arrimer – dès le prélude – son premier long-métrage à des images d'archives immortalisant l'arrivée d'immigrés à Marseille. Ce faisant, Jean-Bernard Marlin ancre son œuvre au plus près de la réalité tout en continuant d'explorer la cité phocéenne et sa jeunesse impétueuse après un 2ème court-métrage – La Fugue remarqué à Berlin (Ours d'Or en 2013). Au cœur de cette chronique sociale, une troupe d'acteurs débutants tous issus de castings sauvages et au parcours de vie volontairement analogue – Dylan Robert sortait tout juste d'un établissement pénitentiaire pour mineurs, Kenza Fortas a connu les foyers, les magistrats sont membres du Barreau de Marseille etc – avec une mention spéciale pour Idir Azougli, second rôle bluffant de justesse.

[CRITIQUE] : Shéhérazade

Jean-Bernard Marlin allie fiction et documentaire avec brio, rappelant parfois les premiers pas d'un Abdellatif Kechiche. La langue tient d'ailleurs un rôle clé dans son film – peut-être même le principal – reflet d'une réalité insoluble, superflu et à la dureté inextinguible. Contraction de shahr (« ville ») et de zâd (« fils, fille »), Shéhérazade n'est d'ailleurs jamais aussi réussi que lorsqu'il s'attache à narrer les errances tant linguistiques qu'existentielles de ses personnages. La mise en scène très sobre, où l'on reconnaît à demi-plan la patte de Jonathan Ricquebourg et son Mange tes morts, permet ainsi de réinventer la tragédie en y greffant une tchatche 100% méditerranéenne.

[CRITIQUE] : Shéhérazade
Si le charme opère lorsque le film décrypte avec sensibilité l'éclosion d'une histoire d'amour un brin bancale – et plus largement lorsqu'il effleure les thématiques du genre et de la sexualité – Shéhérazade déçoit en revanche dans sa deuxième partie – à l'exception de la séquence finale, très touchante. Jean-Bernard Marlin y opère en effet un virage à 90° vers le thriller judiciaire – voire le film noir – nettement moins abouti, plus cliché et où sa narration éminemment romanesque se heurte malheureusement aux topoi du film de banlieue, perdant ainsi en émotion et – surtout – en sincérité.

Anaïs


[CRITIQUE] : Shéhérazade

wallpaper-1019588
Affiche IMAX pour Venom de Ruben Fleischer
wallpaper-1019588
Comment choisir son/sa co-auteur(e)?
wallpaper-1019588
[AVIS] Invasion, film d’aliens perturbant et très simpliste !
wallpaper-1019588
Masterclass Aaron Sorkin
wallpaper-1019588
Le Voleur (1967) de Louis Malle
wallpaper-1019588
Le chant du loup, critique
wallpaper-1019588
GRÂCE A DIEU (Critique)
wallpaper-1019588
Box-Office US du week-end du 15/02/2019 : Alita prend les commandes du B.O. !