[CRITIQUE] : Sierra Burgess is a Loser

[CRITIQUE] : Sierra Burgess is a Loser
Réalisateur : Ian Samuels
Acteurs : Shannon Purser, Noah Centineo, Kristine Froseth, RJ Cyler, Lea Thompson, Alan Ruck et Chrissy Metz,...
Distributeur : Netflix France
Budget : -
Genre : Comédie romantique
Nationalité : Américain
Durée : 1h45min.

Synopsis :

Sierra Burgess (Shannon Purser) est une jeune femme en dernière année de lycée. Ronde, elle ne cesse pas d’être moquée par la mean girl du lycée, Veronica (Kristine Froseth). Un jour, Veronica joue un mauvais tour à un garçon, Jamey (Noah Centineo), l’ayant accosté en lui donnant la numéro de Sierra au lieu de sien. La prenant pour Veronica, Jamey va envoyer un message à Sierra et c’est ainsi que va naître entre eux une relation fait de messages et d’appels.


Critique :

Loin d'être la petite pépite du genre teen movies espérée, la faute autant à son manque de profondeur qu'à ses carences scénaristiques, #SierraBurgessIsALoser n'en reste pas moins un sympathique divertissement, porté avec conviction par l'attachante Shannon Purser (@lerewindclub) pic.twitter.com/oLCeSiWuZV— FuckingCinephiles (@FuckCinephiles) 12 septembre 2018

Retelling de la pièce Cyrano de Bergerac, il est vrai que Sierra Burgess is a Loser a un air de déjà-vu, on repassera donc pour l’originalité. Avec le trailer, le film promettait une jolie histoire d’amour mais aussi d’amitié avec un personnage principal féminin auquel je pouvais m’identifier. Pourtant, ce film m’a laissé une impression mitigée et de nombreux éléments de l’intrigue sont problématiques. Au départ, j’ai beaucoup aimé le personnage de Sierra qui, malgré les brimades qu’elle subit, a beaucoup de répartie et ne se laisse pas abattre. Elle en devient presque un exemple et ça donne envie de se comporter comme elle et de ne pas laisser les insultes nous atteindre malgré un manque d’estime de soi. Cependant, ça part vite en cacahuètes et je vais vous expliquer pourquoi.

[CRITIQUE] : Sierra Burgess is a LoserLa scène la plus choquante de ce film est la scène du premier baiser entre Sierra et Jamey. En effet, lors du premier rendez-vous, alors que Jamey a les yeux fermés et pense alors embrasser Veronica, c’est avec Sierra qu’il partage un baiser. Je me suis sentie extrêmement gênée devant cette scène. Ce baiser sans consentement est loin d’être romantique et même moi, en tant que Sierra, j’aurai du mal à embrasser quelqu’un pour la première fois pendant que ce quelqu’un pense en embrasser une autre et pourtant, ça n’a pas l’air de la déranger plus que ça.

Un autre point dérangeant est quand Sierra feint d’être sourde alors qu’elle rencontre Jamey pour la première fois alors qu’il ne sait pas que c’est avec elle qu’il discute par message. Feindre un handicap est loin d'être anodin et elle ne semble pas regretter ce mensonge de plus par la suite.
Au début du film, Sierra est victime d'harcèlement de la part de Veronica, mais au fur et à mesure du film, les deux filles finissent par devenir amies jusqu'à que Sierra surprenne Jamey en train d’embrasser Veronica. Se sentant trahie, Sierra devient à son tour mean girl en piratant le compte Instagram de Veronica pour y poster une photo compromettante et dans les deux cas, il n’y jamais vraiment d’excuses.

[CRITIQUE] : Sierra Burgess is a LoserVeronica ne s’excuse jamais d’avoir brimé Sierra sur son physique et Sierra ne s’excuse que par le biais d’une chanson mais au fond, ce ne vaut pas de véritables excuses. Je trouve ça dérangeant que le harcèlement soit ici sans conséquence. Il en est de même pour le catfishing qui est vite excusé et oublié.

Tous ces éléments rendent donc le personnage de Sierra de moins en moins sympathique alors qu’au départ, je me suis beaucoup identifié à elle, je sais ce que ça fait d’être méprisé et harcelé pour son physique et je trouvais vraiment intéressant et rafraichissant d’avoir un personnage tel que Sierra comme personnage principal. Malgré ça, il faut noter que c’est agréable de voir Shannon Purser dans un leading role, elle qu’on avait surtout connu dans des rôles de personnages secondaires. Il est dommage que le personnage incarné par Noah Centineo ne soit pas vraiment mis en avant et au final, on sait très peu de choses sur Jamey. J’ai trouvé le personnage de Veronica vraiment intéressant, notamment par le fait qu’elle se révèle être plus qu’une banale mean girl.

[CRITIQUE] : Sierra Burgess is a LoserAu final, le film est divertissant avec quelques scènes attendrissantes mais ne se révèle pas être la pépite que j'espérais à cause des trop nombreux problèmes mentionnés plus haut qui m’ont dérangé. Le film aurait mérité d’explorer davantage le mal-être de Sierra et le manque d’estime de soi chez les adolescents. Avec son manque de profondeur, Sierra Burgess is a Loser reste une histoire simplette qui se termine bien. Rien de bien révolutionnaire dans l’univers des teen movies...


Jules


[CRITIQUE] : Sierra Burgess is a Loser

wallpaper-1019588
Call me by your name
wallpaper-1019588
Annihilation, critique
wallpaper-1019588
La Forme de l’eau de Guillermo Del Toro
wallpaper-1019588
Une (belle) page se tourne
wallpaper-1019588
Hana
wallpaper-1019588
Nouvelles affiches VF pour Le Retour de Mary Poppins de Rob Marshall
wallpaper-1019588
Affiches VF pour Toy Story 4 de Josh Cooley
wallpaper-1019588
Jacob Tremblay au casting de Doctor Sleep, la suite de Shining ?