[CRITIQUE] : Anon

[CRITIQUE] : Anon

Réalisateur : Andrew Niccol

Acteurs : Clive Owen, Amanda Seyfried, Colm Feore,...
Distributeur : Netflix France
Budget : -
Genre : Thriller, Science-fiction.
Nationalité : Américain.
Durée : 1h40min.

Synopsis :

Dans un avenir où l'intimité est abolie, un enquêteur se penche sur le profil d'un tueur en série qui a été effacé de tous les enregistrements visuels.

Critique :

#Anon se veut autant comme un thriller hypnotique et visuellement léché que comme un constat froid et sec d'une société contemporaine sans âme et contrôlée, où la liberté n'est plus. Bonne nouvelle, Andrew Niccol n'a finalement rien perdu de sa fibre alarmiste pic.twitter.com/VaApcAp4c3— FuckingCinephiles (@FuckCinephiles) 6 mai 2018

Même si le bonhomme n'a jamais vraiment eu la carrière que sa sublime plume laissait présager, Andrew Niccol aura marqué le septième art par la force de trois péloches au moins aussi mémorable qu'indispensable : Lord of War, The Truman Show (en tant que scénariste) mais surtout Bienvenue à Gattaca, sommet de SF citant directement les productions alarmistes des 70's - L'Âge de Cristal en tête -, avec sa société futuriste à forte tendance carcérale, hantée par la " pureté " de la race; dite pureté déterminant directement le statut du citoyen, mais point celui de Vincent Freeman (son nom est tout un symbole), qui fera tout pour réaliser son rêve et devenir astronaute.

Voir le bonhomme revenir à la SF après le solide Good Kill, qui questionnait une fois encore l'avenir de l'homme dans une civilisation contemporaine où la guerre à distance (l'utilisation de drones) prend de plus en plus d'importance, fait sens, tant même dans ses travers (Time Out), Niccol n'a jamais cessé de s'inquiéter face à l'évolution technologique et humaine de ses dernières décennies.
[CRITIQUE] : Anon

Avec à nouveau Amanda Seyfried en vedette, et faisant cette fois son trou chez Netflix - qui devient l'eldorado number one du moment pour les amoureux de SF -, le cinéaste fait de son Anon une oeuvre dystopique brillante au suspens constant, croquant une société autoritaire, hyper-connectée et où la transparence est obligatoire, qui s'inscrit dans le prolongement logique de notre actuelle civilisation, où les rapports humains digitaux - les réseaux sociaux -, notre manque d'intimité causée par une dépendance féroce à la technologie nouvelle, règnent en maître.

Impressionnant visuellement, sans effets spéciaux tapageurs (on joue limite la même carte minimaliste que pour Gattaca), Anon déroule sans trop d'accros sa satire sociale au sein d'un polar noir tordant volontairement le réel pour mieux surligner tous les aspects deshumanisants du monde contemporain (consumérisme, conformisme, instrumentalisation de la population,...).
[CRITIQUE] : Anon

Loin du simple épisode de Black Mirror étiré plus que de raison, référencé (Strange Days et Gattaca viennent souvent à l'esprit), s'attachant à ses personnages pour mieux les rendre empathiques (Clive Owen en impose en flic désabusé et Amanda Seyfried étonne par sa justesse et sa froideur), Anon se veut autant comme un joli thriller hypnotique et léché que comme un constat froid et sec d'une société contemporaine sans âme et contrôlée, où la liberté n'est plus.

Niccol n'a rien perdu de sa fibre alarmiste, et c'est sans doute l'une des bonnes nouvelles du moment...


Jonathan Chevrier


[CRITIQUE] : Anon

wallpaper-1019588
Culte du dimanche : Iron Man
wallpaper-1019588
Première bande annonce VF et VOST pour Creed 2 de Steven Caple Jr
wallpaper-1019588
Blade Runner 2049
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Mon Mon Mon Monsters (Étrange Festival 2017)
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Papillon
wallpaper-1019588
Affiche US pour Hold The Dark de Jeremy Saulnier
wallpaper-1019588
Bande annonce VF pour Le Jeu de Fred Cavayé
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Sur la plage de Chesil