[Critique] – Seule sur la plage la nuit – Hong Sang-soo

[Critique] – Seule sur la plage la nuit – Hong Sang-soo

L'un des auteurs les plus prolifiques de notre époque donne un sacré coup de boost à une nouvelle année cinématographique débutant de manière mollassonne. Seule sur la plage, la nuit retourne l'esprit par la multiplicité de ses niveaux de lectures, portée par l'extraordinaire Kim Min-hee.

Comme à chaque fois, on se fait facilement cette même remarque à la vue d'un film d'Hong Sang-soo : " Au fond... C'est toujours le même film non ?" . Les éternelles discussions autour d'un verre alcoolisé, ces personnages de réalisateurs et comédiens déambulant dans les rues, ces regrets d'adultères et cette part autobiographique. Et Seule sur la plage, la nuit tombe en plein dedans. Comme l'évoque l'article du mois de Décembre dernier des Cahiers du Cinéma, un film d'Hong Sang-soo se ressemble et s'éloigne à un autre.

Ici, les marques de fabriques du réalisateur sont présentes mais autour de tout cela, il y a Kim Min-hee, véritable centre du film auquel gravite le cinéma de son auteur et lui-même. Car il n'y a pas de doute, l'auteur filme l'actrice-muse comme héroïne de fiction et de la vie réelle. Une frontière entre réalité et fiction où se traînent les démons et les solitudes de chacun. Une séquence où la comédienne rêve de se confronter avec ce réalisateur tourmenté par ses remords illustre parfaitement ce trouble puisqu'on pourrait ainsi y voir une scène de dispute crispante entre l'actrice et l'auteur.

Seule sur la plage la nuit pourrait faire craindre les méconnaisseurs du cinéma d'Hong Song-soo. Si l'on ne connaît pas la vie privée du réalisateur, il serait légèrement difficile de comprendre l'une de ses portées. Néanmoins, tout en évoquant sa vie personnelle, l'auteur raconte la vie de véritables personnages propre à la fiction auquel nous pouvons s'identifier dans leur simplicité. Entre balade au marché, discussions à table et séance de ciné, le tout filmé avec modestie, il filme les choses les plus simples de la vie quotidienne pour qu'elles éclatent de manière bouleversante.

En attendant La Caméra de Claire en Mars prochain, vous pouvez dès à présent vous ruer dans les salles pour découvrir ce film qui en raconte beaucoup plus qu'il ne le prétend dans sa simplicité.

Victor Van De Kadsye

wallpaper-1019588
Astérix et Obélix : l'Empire du Milieu (2023) de Guillaume Canet
wallpaper-1019588
Mayday (2023) de Jean-François Richet
wallpaper-1019588
DCU : James Mangold à la réalisation du film Swamp Thing ?
wallpaper-1019588
[GERARDMER 2023] : Bilan de la 30ème édition