Star Trek Sans Limites, quand la frontière du simple film pop corn est franchie

186997

Star Trek Sans Limites (Star Trek Beyond)

Sorti le 17 août 2016

2h03

Action - Aventure - Science-Fiction

De Justin Lin Avec Chris Pine, Zachary Quinto, Simon Pegg...

Distribué par Paramount_1988_Communications

Cimemas_Gaumont_Pathe_(les)_logo3dUne aventure toujours plus épique de l’USS Enterprise et de son audacieux équipage. L’équipe explore les confins inexplorés de l'espace, faisant face chacun, comme la Fédération toute entière, à une nouvelle menace.

Star Trek Sans limites : Photo

Alors que J.J Abrams est parti faire un tour dans une autre galaxie, c'est Justin Lin, qui a quitté ses voitures, pour réaliser cette nouvelle aventure du capitaine Kirk et de son équipage.

Alors que J.J Abrams avait réussis à dépoussiérer la saga Star Trek pour en faire un film plus moderne, utilisant les codes des blockbusters tout en restant fidèle à la saga, ce changement de réalisateur aura t'il eu un impact ?

La réponse est effectivement oui...

Avec ce troisième film, on a réellement passé un cap vers le blockbuster pur.

Star Trek Sans limites : Photo Chris Pine, Idris Elba

Après la mise sur les rails de la part de J.J Abrams, le film de Justin Lin a été détourné vers la voie du blockbuster d'été dont le contenant est bien plus important et intéressant que le contenu, et l'on s'éloigne de plus en plus de la saga originale et cela malgré de multiples clins d'œil plus ou moins perceptibles.

Et pourtant le démarrage de ce nouveau film est à la hauteur des deux précédents, mais l'on tombe assez rapidement dans un film qui se perd peu à peu dans le labyrinthe scénaristique qu'il a lui même construis, pour finalement utiliser des effets de manches faciles comme tout pour s'en sortir. Le scénario reste assez fade en comparaison des deux premiers volets, avec une étrange impression que durant la majorité du film, il n'y a absolument pas d'enjeux pour finalement arrivé à tout condenser sur la dernière demie heure, avec ces fameux effets de manches qui ne sont que des tours de passe passe de la part des scénaristes. Et d'une certaine façon, on achève le film grossièrement en prenant un peu le spectateur pour un con en croyant que les spectateurs ne verront pas ces énormes ficelles scénaristiques totalement ridicules.

Et pour combler quelques trous ou possible espace vide dans les dialogues, on multiplie les punch lines, tout comme pour les précédents films, mais cette fois-ci, elles ne fonctionnent absolument pas, on a l'impression que l'on tire un peu trop sur la corde pour souligner un détail qui reste insignifiant au vu de l'histoire et que l'on peut clairement voir de ses yeux à l'écran.

Star Trek Sans limites : Photo Chris Pine, Simon Pegg, Sofia Boutella

On nous avait promis un nouvel ennemi totalement inédit. Dans un sens, l'ennemi est inédit mais le retournement de situation est du déjà vu dans la saga même. Tout comme certains plans, et certaines constructions du scénario qui semble provenir tout droit des premiers volets avec des plans se répétant d'un film à l'autre.

Vu en 3D car pas le choix, avec un film de cette importance, il est assez étonnant d'avoir fait une 3D totalement inutile voire inexistante car on la recherche très souvent pour un résultat avoisinant le néant.

La réussite de ce film ne se fera que par ses multiples scènes d'action.

Ce n'est réellement que dans ces moments d'action que l'on sent que c'est Justin Lin qui est aux manettes de ce troisième volet de Star Trek. C'est à croire que l'on se retrouve devant Fast & Furious avec des vaisseaux spatiaux.

Est-ce que Star Trek Sans Limites à réussis à passer le cap post J.J Abrams ?? Bien sûr que oui, mais l'ultime frontière a été franchie et ce premier contact avec Justin Lin laisse tout de même froid. Le film est passé d'une saga qui avait réussis à se renouveler tout en gardant les codes de la saga d'origine, pour finalement tomber dans le blockbuster d'été pur où le contenant sera plus intéressant que le peu de contenu qu'il contient. Même si le film reste assez bien et regardable, on décompte énormément de défauts. Principalement pour le scénario beaucoup trop lisse et léger qui se perd dans sa propre construction pour finalement s'en sortir grâce à des ficelles tellement énormes que l'on peut attacher l'Enterprise avec. Et cela s'est sans compter sur les scènes répétitives déjà présentes dans les deux précédents films, et les multiples punch line qui ne fonctionne pas. L'obligation de voir ce film en 3D augmente la déception du fait que la 3D est inexistante alors qu'elle aurait pu être très utile. Finalement c'est grâce aux multiples scènes d'action maîtrisées que ce Star Trek Sans Limites arrive à remonter le niveau.

111


wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : The Art of Self-Defense
wallpaper-1019588
Les ciné-concerts, ça vaut quoi ?
wallpaper-1019588
Première bande annonce VF pour Unicorn Store de et avec Brie Larson
wallpaper-1019588
[Cannes 2019] “Little Joe” de Jessica Hausner
wallpaper-1019588
Affiches personnages pour Comment je suis devenu super-héros de Douglas Attal
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : The Irishman
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : The Laundromat : L’Affaire des Panama Papers
wallpaper-1019588
L'Incroyable Histoire du facteur Cheval (2019) de Nils Tavernier