End of Winter : Critique

End of Winter : Critique
End of Winter a été projeté dans la catégorie Portrait de la 10ème édition du FFCP mettant Kim Dae-hwan en avant pour son premier long métrage.

"La famille Kim se retrouve autour de la célébration du départ en retraite du patriarche, professeur. Pour l'occasion, les deux fils sont venus de Séoul jusque dans leur ville natale de province, l'ainé des deux avec sa femme. Mais au restaurant, juste après la cérémonie, le père fraîchement retraité annonce abruptement, à la surprise de tous, qu'il veut divorcer."
(Source : FFCP)

Réalisation : Kim Dae-hwan
Scénario : Kim Dae-hwan
Casting : Moon Chang-gil, Lee Young-lan, Kim Min-hyuk, Lee Sang-hee, Heo Je-wone

Sortie française inconnue

Ayant eu le droit avant la projection à son court métrage Interview, ayant pour sujet une relation entre père et fils, on remarque bien que les relations familiales et les non dits sont pour ce réalisateur des thématiques essentielles car on retrouve cela dans End of Winter.

End of Winter : Critique

End of Winter est un film qui porte bien son nom. Bien évidemment le film prend place en hiver où la neige bloque tout mais cela ne se tient pas qu'à ça. L'ambiance du film est glaciale, les personnages également et malgré toute volonté d'essayer de se plonger dans cet instant d'une vie de famille, très tendu suite à une annonce de divorce, nous sommes restés impassible devant les 1h45 du film.

Le film manque tout simplement d'un pic ou du moins d'un minimum de dynamisme. Malheureusement on fait face à une situation qui stagne. Aucune évolution, aucune manifestation, aucun éclatement a lieu. Ce film bien pale prend donc en lenteur et on s'ennuie.

Le seul élément qui nous fait regarder le film jusqu'au bout, c'est cette attente d'un éclatement qui n'arrive pas. Effectivement, que cela soit de la part de la mère, du père, de la belle-fille ou des fils, on ressent cette envie d'en savoir plus, de dire ce qu'il ne va pas, d'éclater en pleurs ou de rugir de colère, mais tous gardent cela pour eux sans jamais se manifester.

End of Winter : Critique

Les seuls moments "dynamiques" ne le sont même pas vraiment et durent à peine quelques secondes, ce qui ne suffit pas à retenir notre regard.

Bien évidemment l'objectif du réalisateur est clair : dénoncer le silence et les non dits familiaux en faisant ressentir au spectateur ce malaise et cette froideur à travers cette famille qui est un exemple parfait. Mais il n'arrive pas à capturer notre attention malheureusement. Il y a selon nous un manque de démonstration des sentiments familiaux. Vous me direz que cela va à contrario de ce que souhaite montrer le réalisateur, mais même des scènes montrant l'incompréhension et la tristesse de la mère ou la colère de la belle-soeur avec plus de poignant auraient arrangé le tout.

Le père et le plus âgé des frères sont pour le coup de marbre, aucun sentiments ne passent par eux. La plus démonstrative est probablement la belle-fille. C'est à travers elle que l'ambiance où le malaise règne se fait le plus ressentir.

End of Winter nous aura laissé totalement de marbre.

BANDE-ANNONCE

End of Winter : Critique

Cinécomca

L'équipe fondatrice du site, composée de Florent et Madeline. On écrit de temps en temps à deux mains, ou à quatre. On vous propose notre vision des choses !


wallpaper-1019588
Margaret Qualley en vedette du premier long-métrage d'Ethan Coen ?
wallpaper-1019588
[C’ÉTAIT DANS TA TV] : #28. The Pretender
wallpaper-1019588
Premier trailer pour Sans Filtre de Ruben Östlund
wallpaper-1019588
Bande annonce VOST pour Les Banshees d'Inisherin de Martin McDonagh