L'éclipse

L'éclipseAntonioni: maître ennuyeux
Le Prix du Jury de Cannes 1962 qui a divisé les critiques de l’époque.Vittoria, dont on découvrira plus tard les origines modestes, se sépare de Ricardo, jeune attaché d’ambassade. Elle rencontre ensuite un courtier avec qui elle engage une histoire d’amour.Sophistiqué, Antonioni a un sens du cadre et de la mise en scène très fines. Il utilise aussi une grande variété de plans et renouvelle sans cesse la communication non verbale simplement par son talent cinématographique. La scène initiale de la rupture est mon sens d’une très grande réussite dans le malaise bien palpable et tellement réaliste des dernières heures de la vie d’un couple. L’utilisation aussi des mouvements des comédiens et de l’architecture des intérieurs est un prétexte pour faire disparaitre et réapparaitre les personnages dans le cadre. Dans la première partie, par exemple, Monica Vitti, celle qui rompt, s’éclipse sans cesse du cadre pour y revenir. Une belle mise en image du titre du film. Mais la limite cruelle du film est que l’on ne ressent pas grand-chose durant 2 heures. On passe son temps à se poser des questions et à intellectualiser la mise en scène de l’auteur pour comprendre ce qu’il compte dire à travers sa caméra. Pourquoi tel plan ? Pourquoi tel mouvement ? …Aucune émotion ressenti avec ce film… juste une leçon d’analyse filmique durant laquelle je ne suis même pas sûr d’avoir trouvé toujours la justification des choix esthétiques.
Sorti en 1962  

wallpaper-1019588
Quentin Tarantino, du pire au meilleur
wallpaper-1019588
Fenêtre sur cour
wallpaper-1019588
Écouter le Cinéma
wallpaper-1019588
Comment écrire un documentaire?
wallpaper-1019588
Première affiche UK pour Vita & Virginia de Chanya Button
wallpaper-1019588
Premier trailer pour Skin de Guy Nattav
wallpaper-1019588
Nouvelles affiches US pour X-Men : Dark Phoenix de Simon Kinberg
wallpaper-1019588
Sans toit ni loi