The Voices

The Voices


Avec Ryan Reynolds, Gemma Arterton, Anna Kendrick,

Stephanie Vogt, Gulliver McGrath, Ella Smith, Jacki Weaver


The Voices, à l'image de son héros aux multiples personnalités, peut être associé à plusieurs genres : le thriller, la comédie, la comédie romantique.

Jerry Hickfang vit à Milton, une petite ville américaine bien tranquille. Trentenaire célibataire, profondément perturbé, il travaille dans une usine de baignoires. Atteint de schizophrénie aiguë, il suit un traitement médicamenteux qui l'empêche d'être violent.

Il n'est pas solitaire pour autant dans la mesure où il s'entend très bien avec son chat, M. Moustache, et son chien, Bosco.

Jerry voit régulièrement sa psy, le Dr. Warren , aussi charmante que compréhensive, à qui il révèle un jour qu'il apprécie de plus en plus Fiona - la délicieuse Anglaise qui travaille à la comptabilité de l'usine.

Bref, tout se passe bien dans sa vie plutôt ordinaire - du moins tant qu'il n'oublie pas de prendre ses médicaments...

The Voices

Tourné dans les studios allemands de Babelsberg, le film de plante son décor fictif d'une petite ville paumée des États-Unis, où tout y est beau, rose et charmant.

Premier film américain (coproduit par l'Allemagne) de Marjane Satrapi. C'est la production qui a soumis le scénario de Michael R. Perry à la cinéaste. S'il tranche (c'est le cas de le dire) avec ses précédents films par sa violence, il reste cohérent avec sa tendance à traiter des sujets hors du commun et une tonalité bien à elle.

Ainsi son sujet autour d'un schizophrène accouche d'un film lui-même schizophrène, passant constamment de la comédie à l'horreur, tout en parvenant à rendre son tueur en série sympathique et gaffeur.

The Voices

a trouvé en Ryan Reynolds l'interprète idéal pour son personnage de Jerry : visage lisse, avenant, transpirant une gentillesse naïve...

Derrière cet angélisme de façade se dissimule un grand malade, sous l'emprise verbale de son chat "Monsieur Moustache" et de son chien Bosco.

Le premier n'a de cesse de le provoquer, l'insulter, le pousser au crime, avec un langage ordurier, le second déborde d'amour pour son maître.

Devinez qui va prendre le dessus ?...

The Voices déborde d'énergie et d'inventivité. La grande idée du film est d'exposer cette histoire de fou du point de vue de Jerry.

Marjane Satrapi explore avec humour les méandres de la maladie psychiatrique. Le personnage principal, joué par Ryan Reynolds, est un être à peu près normal tant qu'il prend ses médicaments. Nous voyons ce qu'il voit et entendons ce qu'il entend. Dans son univers, tout est propre, aseptisé, rangé. Son appartement est The Voices"nickel".

Mais il apparaît sous un tout autre jour, quand il boycotte ses médicaments. La réalité est alors tout autre, les murs sont maculés du sang de ses victimes, et des boîtes ensanglantés contenant les membres dépecés s'alignent contre les murs... Même chose quand un intrus se glisse dans la maison et que le désastre est vu de ses yeux.

Comédie macabre, The Voices déborde d'un humour grinçant, notamment dans les provocations verbales du chat "Monsieur Moustache". Mais aussi dans les dialogues entre Jerry et les têtes décapitées, bien proprettes, maquillées et coiffés de ses victimes, conservées dans son frigo, alors qu'elles sont recouvertes d'hématomes et ensanglantées quand l'on revient à la réalité.

Marjane Satrapi parvient au parfait équilibre, sans toutefois s'appesantir sur les meurtres en eux-mêmes, mais leurs conséquences, n'hésitant pas à filmer plus d'un plan "gore". La cinéaste démontre une fois de plus ses talents de metteur en scène en prenant le risque d'un sujet où on ne l'attendait pas.

Invitée sur le plateau de France 3 Rennes, la cinéaste évoque le plaisir qu'elle a eu à explorer le monde les tourments de l'âme. The Voices , comme son nom l'indique, fait intervenir des voix, notamment celles des animaux de Jerry.

Maléfique ou bienveillante, chaque voix a sa place. Marjane Satrapi a beaucoup ri en créant son chat tyran. "Le chat est cynique mais il est tellement drôle", dit-elle.

Après le fabuleux Persepolis, le remarqué Poulet aux prunes, Marjane Satrapi change de registre et s'autorise un virage à cent quatre vingt degrés avec cette nouvelle réalisation. Dès les premières images une couleur dominante tranche sur l'ensemble du décor. Un rose bonbon qui habillera, non seulement le principal protagoniste sur son lieu de travail, mais également une couleur qui restera dominante dans les emballages d'une usine qui n'a rien pour faire rêver.

La mise en scène s'appuie habilement sur le scénario de Michael R. Perry, à la fois drôle et original qui mélange savamment tous les genres allant du surnaturel, en passant près de la comédie musicale tout en flirtant avec l'effroi qui, toutefois, ne dominera pas le film.

Ryan Reynolds assure un doublage parfait avec "la voix" d'un chien pour la bonne conscience, la mauvaise dans celle d'un chat, totalement hilarante. Chapeau au dresseur qui a su rendre possible ces moments de drôlerie parfaitement réussis.

Si les dernières images du film paraissent quelque peu rapides, la réalisatrice se rattrape avec un générique de fin pour signer son film et prouver ainsi qu'il n'est rien d'autre qu'une comédie.

La très belle et pulpeuse Gemma Arterton ne devrait pas manquer de séduire avec son corps parfait, mais plus encore "sa tête" tout à fait magnifique. Anna Kendrick n'est pas moins parfaite et excellente.

Ryan Reynolds, enfin, à la fois timide, monstrueux et attachant prouve ici qu'il n'est pas qu'une belle gueule. Il excelle dans ce rôle.


wallpaper-1019588
Astérix et Obélix : l'Empire du Milieu (2023) de Guillaume Canet
wallpaper-1019588
Mayday (2023) de Jean-François Richet
wallpaper-1019588
DCU : James Mangold à la réalisation du film Swamp Thing ?
wallpaper-1019588
[GERARDMER 2023] : Bilan de la 30ème édition