“The Cut, la blessure” de Fatih Akin

Nouveau long-métrage de Fatih Akin, The Cut raconte l’odyssée de Nazareth Manoogian (Tahar Rahim), un jeune forgeron arménien qui essaie de retrouver les rares membres de sa famille ayant survécu au Génocide Arménien perpétré par les Turcs, ethnie principale de l’Empire Ottoman, entre 1915 et 1916.
Pour commencer, il convient de saluer la démarche du cinéaste, qui est l’un des tous premiers à traiter ce sujet encore très sensible et source de vives polémiques, la Turquie refusant toujours d’admettre officiellement sa responsabilité dans ce génocide. Le combat du cinéaste pour rétablir la vérité est d’autant plus marquant qu’il est lui-même d’origine Turque. Du point de vue moral, le film est inattaquable.
Seulement voilà, les bonnes intentions ne font pas forcément de bons films, et celui-ci en constitue la preuve indéniable. The Cut est truffé de maladresse, plombé par des facilités scénaristiques et des effets de mise en scène ampoulés, indignes d’un réalisateur aussi expérimenté que Fatih Akin.

the cut - 5

Dès les premières images, la narration ne fonctionne pas. Déjà parce que les personnages principaux s’expriment en anglais avec un accent oriental prononcé. Une bien curieuse idée puisque dans le film, les Turcs parlent turc, les Américains et les Anglais s’expriment dans la langue de Shakespeare, les Cubains parlent espagnol, etc… Seuls les Arméniens sont obligés de parler dans un anglais de cuisine ridicule… C’est d’autant plus rageant que de très nombreux acteurs du film sont d’origine arménienne et maîtrisent la langue de leurs aïeux…
Ensuite, on remarque instantanément le côté factice des décors, qui semblent réalisés en carton-pâte. Restrictions budgétaires ou choix artistique douteux? Toujours est-il que l’on a la désagréable impression d’être revenu 70 ans en arrière, quand Hollywood réalisait en studio ses reconstitutions historiques et donnait à ses films d’aventures une touche d’exotisme de pacotille.
Pour couronner le tout, on a le droit a des scènes bien sirupeuses, appuyées par une musique envahissantes, illustrant les relations entre Nazareth et ses enfants. C’est assez pénible à regarder, même si on peut comprendre l’idée du cinéaste : créer un contraste avec le drame qui va bientôt frapper cette famille. Cette mise en place est assez laborieuse. Akin met longtemps avant de rentrer dans le vif du sujet, ce qui laisse tout loisir au spectateur d’observer les nombreux petits défauts dont son film est frappé.

the cut - 2

Le récit s’emballe quand Nazareth est réquisitionné par l’armée ottomane pour façonner les routes. On découvre en même temps que lui l’ampleur de la tragédie vécue par le peuple Arménien, décimé par les autorités Turques. A partir de là, on devine que le cinéaste a dû se poser beaucoup de questions quant à la marche à suivre. Fallait-il montrer frontalement l’horreur de ce génocide ou la suggérer? Finalement, Akin n’a pas pu se décider. Il oscille entre les deux options. Cela fonctionne bien pour certaines séquences, moins pour d’autres. L’exécution sommaire des travailleurs Arméniens au bord d’une route est une des scènes fortes du film. La découverte du camp de réfugiés Arméniens, en plan large, en est une autre. Hélas, le cinéaste l’alourdit avec une scène-choc étirée ad nauseam, qui n’apporte rien à l’émotion initiale.

Au bout d’un moment, on finit néanmoins par s’habituer aux différents défauts du film. Nazareth ne parle plus en anglais, ni en aucune autre langue d’ailleurs… Les décors carton-pâte laissent place au désert, et le rythme se fait plus soutenu. Et comme Fatih Akin reste un bon cinéaste, il réussit à livrer de belles séquences, qui laissent à penser que le film va peu à peu s’améliorer et nous offrir enfin les émotions attendues.

the cut - 3

Malheureusement, la seconde moitié du film, qui voit Nazareth parcourir le Monde à la recherche de ses filles survivantes, correspond à une nouvelle baisse de régime. Son odyssée s’étire de façon assez laborieuse, de péripéties convenues en rencontres chargées de symbolisme lourdingue, jusqu’à un dénouement parfaitement ridicule.

On aurait vraiment voulu aimer ce film et cette histoire. Mais force est de constater que, malgré la performance de Tahar Rahim, qui fait ce qu’il peut pour nous attacher à son personnage, malgré quelques fulgurances de mise en scène et les bonnes intentions du cinéaste, le film est globalement raté. The Cut est l’une des premières grosses déceptions de l’année.

_______________________________________________________________________________

the cutThe Cut, La blessure
The Cut

Réalisateur : Fatih Akin
Avec : Tahar Rahim, Simon Abkarian, Makram Khoury, Hindi Zahra, Kevork Malikyan, Moritz Bleibtreu
Origine : Allemagne, France
Genre : mélo historique bien intentionné mais raté
Durée : 2h18
date de sortie France : 14/01/2015
Note :
Contrepoint critique : Première

_______________________________________________________________________________


wallpaper-1019588
Melissa Barrera en vedette de God's Country signé Egor Abramenko ?
wallpaper-1019588
Maika Monroe en vedette du thriller Longlegs signé Osgood Perkins ?
wallpaper-1019588
Andy Samberg en vedette de 42.6 Years signé Craig Gillepsie ?
wallpaper-1019588
[SƎANCES FANTASTIQUES] : #81. Scream 3