“La Rançon de la Gloire” de Xavier Beauvois

Après avoir connu un joli succès avec Des hommes et des Dieux, Xavier Beauvois persévère dans cette voie. Il raconte l’histoire de deux hommes et d’un Dieu. Un Dieu du cinéma, plus exactement : Charlie Chaplin.

La Rancon de la gloire - 5

Il s’inspire d’un fait divers réel survenu en Suisse au début de l’année 1978, juste après le décès du célèbre cinéaste américain. Deux immigrés Polonais avaient profané la tombe de Chaplin, avaient dérobé son cercueil et avaient tenté d’obtenir une rançon auprès de sa veuve et de ses enfants.
Petite variante : ici, les criminels amateurs sont un immigré Belge et un Algérien. Le premier, Eddy (Benoît Poelvoorde), sort de prison après avoir purgé une peine pour de petits larcins. Il se tourne alors vers le second, son vieil ami Osman (Roschdy Zem). Ce dernier accepte de lui offrir l’hospitalité, bien que le moment ne soit pas franchement bien choisi. Sa femme Noor (Nadine Labaki) souffre d’un important problème à la hanche, qui nécessite une intervention chirurgicale et une longue interruption de travail. Osman doit s’occuper seul de sa petite fille, assurer seul les revenus du ménage, et trouver un moyen de payer les frais d’hospitalisation. En tant qu’immigrée, Noor ne peut pas bénéficier d’une assurance maladie ou d’une aide de l’état et son mari est forcé d’emprunter la somme nécessaire. Le hic, c’est que les banques refusent de lui accorder un prêt à hauteur des 50 0000 Francs Suisses dont il a besoin. Au mieux, il pourrait bénéficier d’une somme dix fois moindre, évidemment insuffisante. Aussi, quand Eddy lui propose son plan de kidnapping du cercueil de Chaplin, il finit par accepter, malgré les dilemmes moraux qui l’assaillent.
C’est le début d’une opération criminelle assez calamiteuse, du vol du cercueil jusqu’aux demandes de rançons plus farfelues les unes que les autres…

La Rancon de la gloire - 4

L’idée de départ était des plus séduisantes : Rendre hommage au cinéma de Charlie Chaplin en racontant le périple à la fois burlesque et tragique de ces deux charlots, ces deux migrants sans le sou, vagabonds obligés d’enfreindre la loi pour le bien-être de ceux qu’ils aiment.
Cela aurait pu donner un film formidable. Mais pour cela, il aurait fallu davantage de poésie, d’humour, de folie, d’émotion. Bref, de tout ce qui faisait le génie de Chaplin… Et ce qui manque, en partie, au film de Xavier Beauvois.

La Rançon de la gloire souffre principalement d’un problème de rythme. Le film est trop long, à cause de séquences assez interminables – toute la partie du vol du cercueil, notamment – et d’une mise en place laborieuse. Il faut vraiment attendre le milieu du film pour que le film prenne enfin une tournure comique. Et encore, Beauvois n’arrive jamais à complètement exploiter le potentiel burlesque de son récit, malgré les efforts généreux de Benoît Poelvoorde et de Roschdy Zem. On aurait aimé que le cinéaste se lâche un peu plus, qu’il apporte un grain de folie à sa narration. Et qu’il insuffle un peu plus d’émotion à l’ensemble, avec la même délicatesse que Chaplin.

La Rancon de la gloire - 6

Autre problème, on peine à s’attacher aux personnages secondaires, tels que la directrice de cirque dont Eddy tombe amoureux (Chiara Mastroianni), ou le majordome des Chaplin (Peter Coyote), qui sont nettement moins mis en valeur que les deux antihéros du film. Mal utilisés, il ralentissent la narration et ne sont jamais en mesure d’apporter au film le supplément d’âme qui lui manque.

Enfin, La Rançon de la gloire est fortement plombé par la partition musicale de Michel Legrand. Le compositeur français s’est apparemment bien amusé avec les bandes-originales des chefs d’oeuvre de Chaplin (Les Feux de la rampe, notamment), et livre une musique qui serait tout à fait correcte si elle n’était à ce point envahissante. Elle est trop forte, trop présente, trop lourde, alors qu’un tel récit exigeait un minimum de délicatesse et de finesse.

La Rancon de la gloire - 2

Ce n’est pas un mauvais film, loin de là, surtout si on le compare avec toutes les comédies indigentes qui polluent nos écrans à longueur d’année. Mais l’ensemble souffre hélas de trop de maladresses pour être considéré comme une franche réussite. Mieux vaut voir ou revoir les films de Chaplin.

_______________________________________________________________________________

La Rancon de la gloireLa Rançon de la Gloire
La Rançon de la Gloire

Réalisateur : Xavier Beauvois
Avec : Roschdy Zem, Benoît Poelvoorde, Séli Gmach, Chiara Mastroianni, Nadine Labaki, Peter Coyote, Dolores Chaplin
Origine : France
Genre : Chaplin et les deux charlots
Durée : 1h54
date de sortie France : 07/01/2015
Note :
Contrepoint critique : La Voix du Nord

_______________________________________________________________________________


wallpaper-1019588
[FUCKING SERIES] : Mercredi saison 1 : Gothique lessivé
wallpaper-1019588
Eyes Wide Shut (1999) de Stanley Kubrick
wallpaper-1019588
Box-office US du week-end du 25/11/2022 : Black Panther : Wakanda Forever encore et toujours leader
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Enzo le Croco