[CRITIQUE] : Une Belle Course

[CRITIQUE] : Une Belle Course

Réalisateur : Christian Carion
Acteurs : Line Renaud, Dany Boon, Alice Isaaz,...
Distributeur : Pathé
Budget : 7,94M€
Genre : Comédie Dramatique, Comédie, Drame.
Nationalité : Français.
Durée : 1h41min.
Synopsis :
Madeleine, 92 ans, appelle un taxi pour rejoindre la maison de retraite où elle doit vivre désormais. Elle demande à Charles, un chauffeur un peu désabusé, de passer par les lieux qui ont compté dans sa vie, pour les revoir une dernière fois. Peu à peu, au détour des rues de Paris, surgit un passé hors du commun qui bouleverse Charles. Il y a des voyages en taxi qui peuvent changer une vie…


Critique :

Plombé par sa double temporalité et ses flash-backs grossissant les contours d'une narration maladroite,#UneBelleCourse n'en reste pas moins une jolie balade quand l'attention se fixe sur une tendre amitié intergénérationnelle, dansant sur les sonorités enivrantes de la nostalgie pic.twitter.com/0JZWZflZwT

— Fucking Cinephiles (@FuckCinephiles) September 19, 2022

On avait laissé le cinéaste Christian Carion il y a un tout petit peu moins d'un an, avec ce qui était une relecture britannique tout aussi solide que franchement dispensable de son excellent Mon Garçon, My Son, où le tandem Mélanie Laurent/Guillaume Canet laissait place à celui de Claire Foy/James McAvoy au coeur des Highlands.
Pas franchement la même limonade, son nouvel effort, Une Belle Course, lui permet de sensiblement renouer avec ses débuts derrière la caméra - Une Hirondelle a fait le printemps -, en croquant ce qui se veut comme une chronique douce et mélancolique sur une amitié intergénérationnelle façon road movie intime à travers le temps et les souvenirs, le tout vissé sur l'alchimie éprouvée et naturelle du couple Line Renaud/Dany Boon - ici sans aucun lien de parenté.
Soit l'histoire aux accents tragiques de Madeleine, une nonagénaire espiègle en pleine forme et qui a encore toute sa tête, mais qui doit pourtant se rendre dans une maison de repos pour y finir ses vieux jours.
Pas la joie donc, un peu comme la vie de Charles, chauffeur de taxi bougon (comme tout bon chauffeur parisien, faisons vivre les clichés) à qui il ne reste plus que deux points sur le permis, et qui doit se charger d'accompagner Madeleine jusqu'à sa dernière demeure.

[CRITIQUE] : Une Belle Course

Copyright Jean-Claude Lother


Mais ce qui n'aurait pu être qu'un simple voyage à la destination morose, va se transformer en une tendre balade - la dernière - où Madeleine va conter sa vie à son confident d'un jour dans les rues d'une capitale où chaque recoin titille le moindre souvenir haut en couleurs de son existence, autant qu'elle permet à Charles de faire le point sur la sienne...
Au coeur d'un taxi, merveilleux et propice cadre de cinéma où tout a déjà été mais où tout peut encore être raconté, Christian Carion, pas forcément intéressé par sa mise en scène, tisse les contours d'une histoire aussi chaleureuse et bienveillante que cousue de fil blanc, sensiblement plombée par sa double temporalité et ses flash-backs grossissant excessivement le trait d'une écriture ronronnante ne sachant pas faire autrement que maladroitement, de sa figure centrale une femme forte et engagée.
Dommage, car dans cet esprit " Beforesque " à la double résonance testamentaire (pour Madeleine et son interprète, Line Renaud, ici plus lumineuse que jamais), le cinéaste n'avait qu'à laisser son bolide rouler en pilote automatique pour susciter une émotion bouleversante par la force des souvenirs, guidé par les prestations sincères et investies de son duo vedette, véhicule d'une amitié intergénérationnelle improbable mais fantastique dansant sur les sonorités enivrantes de la nostalgie, tout en faisant face à l'inéluctable avec courage.
Jonathan Chevrier[CRITIQUE] : Une Belle Course

wallpaper-1019588
Mort de Mylène Demongeot !
wallpaper-1019588
Premier trailer pour Les Gardiens de la Galaxie Vol. 3 de James Gunn
wallpaper-1019588
Premier trailer pour Indiana Jones and The Dial of Destiny de James Mangold
wallpaper-1019588
Bande annonce VF pour TÁR de Todd Field