[CRITIQUE] : Last seen alive

[CRITIQUE] : Last seen alive

Réalisateur : Brian Goodman
Acteurs : Gerard Butler, Jaimie Alexander, Russell Hornsby,...
Distributeur : Amazon Prime Vidéo France
Budget : -
Genre : Thriller, Action.
Nationalité : Américain.
Durée : 1h36min.
Synopsis :
La future ex-femme d'un homme disparaît mystérieusement dans une station-service. S'ensuit une course contre la montre pour la retrouver dans le ventre criminel de la ville.


Critique :

Ni un Butler vulnérable ni la réal conventionnelle de Goodman ne viennent pimenter la sauce bien fadasse de #LastSeenAlive, thriller bis sans risque ni noirceur, qui ne fait pas suffisamment confiance en son récit pour offrir à son auditoire une odyssée réellement déstabilisante. pic.twitter.com/EBG8sYXtvG

— Fucking Cinephiles (@FuckCinephiles) August 2, 2022

Il y a quelque chose d'assez triste lorsque l'on regarde la carrière en dent de scie du génial Gerard Butler, passé de second couteau de luxe dans d'excellentes séries B à figure de proue d'un monument du culte burné (Leonidas Forever), puis à " héros " de divertissements aussi foutraques que peu mémorables; tant le comédien n'a jamais vraiment su capitaliser sur la hype énorme de son rôle-titre de 300, même s'il peut depuis, porter des films sur son propre nom.
Mais cela ne nous empêche pas pour autant de férocement apprécier le bonhomme, toujours dix fois plus charismatique et badass que la majorité des wannabe action men pondus par Hollywood.
Preuve une nouvelle fois avec le pas forcément bien luné Last Seen Alive de Brian Goodman, passé directement par la case Prime Vidéo, sorte de rip-off mignon et sans remords du The Vanishing George Sluizer et du Breakdown de Jonathan Mostow, qui n'aurait aucune saveur où presque sans sa présence burnée.

[CRITIQUE] : Last seen alive

Copyright Leonine


Partant d'un pitch prétexte pour le coup assez accrocheur (un mariage en plein conflit conjugal à la suite d'une infidélité de l'épouse, voit cette dernière disparaître lors d'un arrêt dans une station-service, laissant son mari désemparé avant qu'il décide, face à une police incompétente, de prendre lui-même les choses en main et de la retrouver) avant de se tirer une balle dans le pied dès son ouverture (un flash-forward ôtant quasiment toute notion de suspense quant à la résolution de l'intrigue), la péloche, essentiellement croquée en temps réel malgré des flashbacks contextualisant la relation complexe entre ses deux personnages centraux, ne distille jamais assez la tension nécessaire pour rendre si ce n'est crédible, au moins un tant soit peu captivante voire empathique sa quête désespérée de justice où Butler passe de gentil et passif agent immobilier à un homme d'action qui nous est si familier.
Ni la mise en scène conventionnelle de Goodman (pas good réalisateur donc... pardon), ni le score amorphe de Sam Ewing ne viennent pimenter la sauce bien fadasse d'un thriller bis sans risque ni véritable noirceur, qui ne fait pas suffisamment confiance en son histoire pour offrir à son auditoire une odyssée réellement déstabilisante.
Regardez Breakdown...
Jonathan Chevrier 

[CRITIQUE] : Last seen alive

wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Une Femme de notre temps
wallpaper-1019588
Sans Filtre ou Triangle of Sadness
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Hocus Pocus 2
wallpaper-1019588
Lily-Rose Depp en vedette de Nosferatu signé Robert Eggers ?