Incassable

IncassableLa magie du conte en mode pépère

Night Shyamalan sonde sur la décennie de son  « Incassable » tous les arcanes d’un genre qu’il a lui-même inventé, entre drame, thriller, fantastique et conte. Etre avoir joué avec les morts et les E.T., il revisite en mode décalé le mythe des super-héros au travers de deux personnages dissemblables au possible qu’il va nous présenter dans un montage alterné captivant. Il déroule son film en mode pépère avec ses marottes (plongée, contre plongée, image flippante bleutée ou grisée,…) jusqu’à sa signature finale, un twist final ravageur. On l’attend tellement que on le cherche et que l’on finit par le trouver avant que le charme s’opère. Et ce type de film, sans twist final surprenant, devient terne. Le risque de la réussite fainéante est de radoter et de devenir lassant, c’est le problème majeur de ce film. Même si son talent de conteur opère et que sa maitrise de la culture pop fait le reste. Un film plaisant, mais la magie Shyamalan s’étiole.

Sorti en 2000

Ma note: 13/20


wallpaper-1019588
Richard Chamberlain
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Rimini
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Les Engagés
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Days