Ultime violence

Un grand merci à Artus Films pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le blu-ray du film « Ultime violence » de Sergio Grieco.

ultime_violence

« Tu n’es qu’un lâche. Je voudrais te voir sans arme et sans otage »

Le tueur sadique Nanni Vitali s’évade de prison avec trois complices. Il se lance dans une folie meurtrière, remplie de vols, viols, assassinats, et prises d’otages. L’inspecteur Giulio Santini se met à sa poursuite avec force moyens. Mais Vitali va séquestrer son épouse.

« Je ne suis pas rassuré, c’est un malade et le danger l’excite encore plus »

ultime_violence_Helmut_Berger

Né loin du monde du spectacle, l’italien Sergio Grieco (parfois crédité sous le pseudo américanisé de Therence Hathaway), grandit au contraire dans un univers familial fortement marqué par la politique. En effet, son père Ruggero Grieco est l’un des fondateurs historiques du Parti communiste italien dont il deviendra le dirigeant au milieu des années 30, au plus fort de la répression mussolinienne. Sa jeunesse sera ainsi placée sous le signe de l’exil et des voyages. A Paris d’abord, où il fera ses études et découvrira le cinéma, puis à Moscou où il fera ses classes auprès des cinéastes soviétiques. De retour sur sa terre natale, il participe discrètement aux débuts du néo-réalisme dans l’ombre de Visconti avant de devenir lui-même réalisateur au début des années 50. Avec pas moins d’une quarantaine de films à son compteur, il deviendra ainsi rapidement l’un des grands noms du cinéma d’aventures populaire de l’après-guerre, donnant tour à tour dans le film de cape et d’épée (« Le pirate de l’épervier »), le péplum (« L’esclave de Rome » avec Guy Madison ou encore « Les nuits de Lucrèce Borgia » avec Michèle Mercier) et, surtout, de l’eurospy, genre dans lequel il signe une flopée de films portée par le musculeux Ken Clark et, notamment, la série consacrée à l’Agent 077 (« Opération lotus bleu », « Fureur sur le Bosphore », « Coup de force à Berlin »...).

« Tes lois je m’en fous. Tu m’as fait coffrer et je te tiens désormais. Et je peux obtenir tout ce que je veux »

ultime_violence_Richard_Harrison

Dernier film du cinéaste, « Ultime violence » (initialement sorti en France sous le titre « Le fauve à la mitraillette »), suit ainsi la cavale sanglante et meurtrière d’un criminel fraichement évadé de prison et bien résolu à se venger de ceux qu’il estime coupable de sa chute. Sans se soucier de faire des dommages collatéraux. Tout l’intérêt du film tenant ainsi dans le caractère profondément psychopathe du personnage principal et dans les trésors de perversité (viols, tortures, prises d’otages, assassinats à l’aveugle) qu’il développe à mesure de sa cavale pour tenter d’effrayer ses poursuivants et se sortir des pièges qui lui sont tendus. Et en la matière, rarement le cinéma aura exposé de personnage aussi sadique et malsain que Nanni Vitali, quitte parfois à flirter avec la caricature (la longue scène finale où il taillade le torse de la sœur du policier qu’il retient en otage). Dans la lignée des polizziotesco qui furent en vogue au début de la décennie, « Ultime violence » est un thriller policier tardif qui montre une nouvelle fois la déliquescence morale de la société italienne, gangrénée par le crime organisé et des tueurs à la violence sans limite face à laquelle la police italienne se révèle dépassée et impuissante. A grand renfort de scènes de violence assez explicites, Sergio Grieco signe ainsi un polar nerveux, qui met d’autant plus mal à l’aise le spectateur que le personnage central ne suscite jamais la moindre forme d’empathie. C’est aussi là, dans son absence de nuances et dans cette espèce de manichéisme total, que le film trouve aussi ses limites. A voir, donc, principalement pour la performance particulièrement flippante d’Helmut Berger.

ultime_violence_Sergio_Grieco

**

Le blu-ray : Le film est présenté dans un Master restauré 2K et proposé en version originale italienne (2.0) ainsi qu’en version française (2.0). Des sous-titres français sont également disponibles.

Côté bonus, le film est accompagné de « Aucune bête aussi féroce » : présentation du film par Curd Ridel (33 min.), d’un Diaporama d’affiches et photos ainsi que d’une Bande-annonce originale .

Édité par Artus Films, « Ultime violence » est disponible en combo blu-ray + DVD depuis le 1er mars 2022.

ultime_violence_bluray

Le site Internet d’Artus Films est ici. Sa page Facebook est ici.


wallpaper-1019588
The Vigil
wallpaper-1019588
Bande annonce VF pour Violent Night de Tommy Wirkola
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Amina Bella
wallpaper-1019588
Novembre (2022) de Cédric Jimenez