[Cannes 2022] « Triangle of sadness » de Ruben Ostlund

Triangle of sadness affpro[Compétition Officielle]

De quoi ça parle ?

Triangle of Sadness fait partie de ces films qu’il est compliqué de résumer sans risquer de gâcher l’effet de surprise et, par conséquent, le plaisir du spectateur.
Disons donc qu’il s’agit d’une fable en trois actes, l’allégorie du naufrage du système social dominant, avec ses inégalités et ses abus, un récit à la fois hilarant et cruel articulé autour d’une croisière pour rupins.

Pourquoi on embarque?

D’aucuns disent les films du Festival de Cannes austères et déprimants. D’aucuns les jugent aussi, parfois, trop lisses et trop sages. Eh bien Triangle of sadness constitue l’exact opposé de ces affirmations.
Il s’agit d’une œuvre souvent hilarante, portée par un humour qui tache, corrosif et méchant. Et c’est du cinéma rugueux, qui bouscule le spectateur par ses ruptures de rythme et de ton, ses coups de folie, ses provocations qui viennent appuyer le propos du metteur en scène sur la déliquescence de notre modèle de société occidental.

La première prouesse de Ruben Östlund  est de réussir à nous embarquer dans son récit et nous forcer à nous intéresser à une galerie de personnages aussi agaçants les uns que les autres, horripilants de vulgarité, de superficialité, d’autosatisfaction : un industriel russe qui a fait fortune « en vendant de la merde » aux bonnes personnes au bon moment, deux britanniques ayant prospéré dans une industrie en plein boum, un startupper millionnaire et célibataire prêt à payer pour qu’on lui porte un peu d’attention, une vieille peau tannée par le soleil qui fait enrager le personnel avec ses caprices. Sans oublier le couple qui sert de trait d’union aux trois parties, Carl et Yaya.
Carl (Harris Dickinson)  est un modèle qui n’est déjà plus au top. Il a eu son heure de gloire deux ou trois ans auparavant, mais les directeurs de castings le trouvent déjà has-been. Il a appris le métier en mode binaire – sourire éclatant pour séduire les acheteurs de marques bons marché, regard dédaigneux pour appâter les clients de marques de luxe – mais aujourd’hui, alors que tout le monde veut donner du sens à la mode, avec mannequins dotés d’une vraie personnalité, il ne fait clairement pas l’affaire. Ou alors, il est juste trop vieux pour le job. Des rides ne commencent-elles pas à marquer son visage juvénile? Et son “triangle de tristesse”, la zone située entre les yeux, n’est-il pas un peu trop tendu?
Sa fiancée, Yaya (Charlbi Dean), ne risque pas d’aider à le relâcher. Mannequin et influenceuse, elle est désormais plus connue que lui et le jeune homme a du mal à accepter la situation. S’il prône l’équité au sein de leur couple, ce n’est pas par sympathie pour le féminisme mais pour être un peu mieux considéré. La jeune femme s’est mise en couple avec lui pour pouvoir augmenter son nombre de followers. Désormais, elle le garde par paresse et parce qu’il est facilement manipulable. Ils incarne parfaitement la superficialité de notre époque, la célébrité obtenue uniquement par l’apparence physique.

Ah, on aurait bien envie de jeter tout ce petit monde par dessus bord. On ajouterait aussi les membres de l’équipage, qui acceptent sans moufter de se laisser piétiner, humilier, exploiter, traiter comme des moins que rien, arborant en toute circonstance un sourire factice. Le client est roi, surtout s’il laisse des pourboires généreux à l’arrivée…
Le seul qui ne joue pas ce jeu-là est le capitaine du bateau (Woody Harrelson), un grand gaillard américain mangeur de hamburgers, mais inconditionnel de Karl Marx. Il ne daigne fréquenter les voyageurs que quand il l’a décidé, et n’hésite pas à rabrouer les clients les plus casse-pieds quand il le faut. Un personnage rafraîchissant, mais aussi un brin inquiétant, car il passe le plus clair de son temps dans sa cabine, à picoler et écouter en boucle “L’Internationale”. Cela signifie qu’il n’y a plus personne à la barre, ce qui n’est jamais très bon signe quant à l’issue du voyage…

Par ailleurs, les cinéphiles savent très bien que quand un Marx s’invite sur un bateau, il va se passer quelque chose. Là on pense moins à Karl qu’à Groucho, Chico et Harpo et à leur comique destructeur et nihiliste. On se rappelle le voyage en bateau de Une nuit à l’Opéra ou celui de Monnaie de singe, et le vent de folie qu’ils faisaient souffler sur l’embarcation. Ici, il faut attendre le dîner du capitaine pour que la tempête se déchaîne. La confrontation des idées marxistes (cette fois, on parle bien de Karl) et capitalistes, soufflant le chaud et le froid, tourne vite à l’orage pour les passagers et à un déluge de rires pour les spectateurs.

Evidemment, derrière le rire, le propos est assez décapant. Ruben Östlund signe un film particulièrement misanthrope, portant sur le monde un regard sarcastique et s’interrogeant sur l’avenir de nos civilisations. Le système capitaliste actuel, en pleine décadence, peut-il rester à flot ? Va-t-il disparaître dans un “Triangle of sadness” aussi dévastateur que le “Triangle des Bermudes”? Ou va-t-il continuer sa course folle? L’oeuvre ne donne pas vraiment la réponse, mais elle a le mérite d’inciter le spectateur à réfléchir sur les dérives du système et sur la notion d’équité, souvent oubliée par les grands de ce monde.

Certains trouveront sans doute le propos un peu manichéen, l’opposition un peu facile. Mais c’est l’essence même de la satire politique? Grossir le trait, surligner les différences, confronter des points de vue radicalement opposés pour mieux amuser et faire réfléchir son public.
D’autres trouveront le film assez trash. C’est vrai, le cinéaste suédois, ici, ne fait pas franchement sans la finesse, mais il fallait bien cela pour que la démonstration fonctionne et choque le bourgeois.
La seule chose qu’on peut éventuellement lui reprocher est d’avoir fait un peu trop long. Il aurait pu couper ça et là pour éviter certaines séquences un peu longues ou redondantes. Mais on a rarement vu un tel spectacle en compétition officielle. Cela a du remuer sévèrement les invités les plus snobs et les plus guindés. Rien que pour cela, on applaudit l’effort!

Palmomètre :

Un film aussi fou peut aussi bien prétendre à la Palme d’Or que repartir bredouille.
Le prix du scénario, a minima, serait mérité. L’actrice Dolly De Leon pourrait aussi repartir avec un prix d’interprétation sous le bras, selon les bookmakers.

Contrepoints critiques :

”Le problème avec Östlund, ce ne sont pas tant ses outrages (…) mais la pompe avec laquelle il les met en scène, sa façon de se poser en moraliste impitoyable.”
(Mathieu Macheret – Le Monde)

”Triangle of Sadness : satire marxiste au vitriol, généreuse et imprévisible. Grand moment de rigolade en salles, difficile de bouder son plaisir.”
(@RaphaelClair sur Twitter)


wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Mauvaises Filles
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Fumer Fait Tousser
wallpaper-1019588
Richard Chamberlain
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Rimini