Alien, la résurrection

Alien, la résurrectionAshes to ashes

Et c’est parti pour le 4ème opus… Mais pourquoi un 4ème opus alors qu’au terme du 3, Ripley se fait littéralement cramer. Il suffit juste de faire un bond dans le temps de près de 200 ans, pour découvrir l’histoire et se dire qu’en fait ce n’est pas l’opus de trop. Autant le 2 et le 3 exploitaient les mêmes ficelles que le premier ; ici, grâce à l’ingéniosité scénaristique (ou le tour de passe-passe diront les pisses froids), l’attrait renait de ses cendres à l’image de Ripley. Et faire de Ripley une femme mi humaine mi alien et la mère des aliens donnent vraiment un nouveau souffle à une série cantonnée sur les opus 2 et 3 à l’action pure. Le casting plus hétéroclite et moins bodybuildé apporte la finesse et l’humour qu’autorise les dialogues. Et puis, ce n’est pas négligeable et ce grâce aux désistements en chaine ; c’est le réalisateur roannais d’Amélie Poulain aux manettes. Jean-Pierre Jeunet apporte sa touche personnelle surtout que les studios US lui ont permis d’amener son chef opérateur et Pitof aux effets spéciaux.

Une belle réussite qui font du 1 et du 4, les meilleurs « Alien » encadrant deux autres films plus anecdotiques.


Sorti en 1997

Ma note: 17/20


wallpaper-1019588
Eyes Wide Shut (1999) de Stanley Kubrick
wallpaper-1019588
Box-office US du week-end du 25/11/2022 : Black Panther : Wakanda Forever encore et toujours leader
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Enzo le Croco
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Mauvaises Filles