La cyberviolence : un nouveau type de violence conjugale

 Débats

LA CYBERVIOLENCE : UN NOUVEAU TYPE DE VIOLENCE CONJUGALE

Avec la montée en flèche des actes de violence commis un peu partout dans le monde, de nouveaux types d’agressions surgissent, dont la cyberviolence. Conjuguée à la haine bien ancrée et présente sur le web, ce type de violence peut faire de douloureux dommages au sein d’un couple. Auquel cas un conjoint subirait les affres de la cyberviolence, il pourrait néanmoins faire affaire avec un avocat. Et l’agresseur? Il pourrait contacter un avocat en violence conjugal. Ce dernier lui apporterait son soutien, notamment en lui assurant une défense juste et équitable. Comment? Voyons tout d’abord ce qui définit la cyberviolence.

Sommaire masquer 1 Qu’est-ce que la cyberviolence? 2 Et au sein d’un couple? 3 Quoi faire en cas de cyberviolence? 4 Un seul professionnel en la matière

Qu’est-ce que la cyberviolence?

Tel que son nom l’indique, la cyberviolence est un type de violence qui se déroule sur le web. Par le moyen d’un appareil numérique ou d’un média social, il s’agit d’une personne malveillante, bouillante de colère, qui commet un acte violent. Cela peut se traduire par de tortueux messages sur les réseaux sociaux, du harcèlement et des moqueries. Par exemple, une personne violente pourrait se mettre à en dénigrer une autre sur le web, lui écrire des commentaires violents, concocter des tactiques d’arnaque par courriel, etc.

Et au sein d’un couple?

Dans un couple (toujours existant ou en processus de séparation), la cyberviolence peut se manifester de diverses façons. Par exemple, le conjoint violent pourrait suivre les moindres déplacements de son partenaire, par une application de traçage et ce, dans un but malveillant. Cela peut également être une pression constante exercée sur le partenaire, pour le contrôler. L’agression numérique est également caractérisée par de la violence sexuelle, qui peut consister à l’envoi forcé de photographies osées.

Enfin, que ce soit pour des raisons amoureuses ou de vengeance, toute cyberviolence ne doit pas être tolérée, mais plutôt dénoncée, au risque de conséquences désastreuses sur la vie de la victime. En effet, ce type de violence ne laisse peut-être pas de marques physiques sur le corps de la victime… Or, c’est loin d’être le cas du côté psychologique de l’agressé, qui s’en trouve trop souvent tourmenté des décennies après les événements.

Quoi faire en cas de cyberviolence?

Avant qu’une victime de cyberviolence ne craque, il est absolument essentiel qu’elle se confie aux bons soins d’une personne de confiance, un avocat. Mais qu’en est-il de l’agresseur? Qui s’occupera de lui s’il est incarcéré avec promesse de comparaître? C’est là que l’avocat en violence conjugale entre en scène. Ce dernier se spécialise dans le domaine et représente son client dans la mesure ou les lois le permettent.

En fait, la création d’un casier judiciaire chez l’accusé peut entraîner plusieurs répercussions dans sa vie, notamment au niveau professionnel. Cela peut se traduire par une difficulté accrue à l’accès à un emploi ou à différents projets. Armé de ses compétences en la matière, l’avocat représentera son accusé et veillera à sa remise en liberté. L’avocat en violence conjugale fera également le pont entre le juge et l’agressé, tout ça, dans le but de mener à une condamnation rapide et efficace en justice.

Un seul professionnel en la matière

Des actes de cyberviolence répétés peuvent avoir des conséquences néfastes dans la vie de la victime, tant sur le plan monétaire, social que psychologique. Le plus important, c’est que la victime comprenne qu’elle n’est pas seule et qu’elle a des droits. Des droits trop souvent bafoués par un agresseur qui lui inflige de lourds dégâts, dans tous les sens du terme. Seulement, ledit harceleur numérique possède également des droits, et ceux-ci peuvent être entendus par un avocat en violence conjugale.


wallpaper-1019588
Richard Chamberlain
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Rimini
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Les Engagés
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Days