Cinéma – LICORICE PIZZA – 13,5/20

Cinéma – LICORICE PIZZA – 13,5/20

De Paul Thomas Anderson
Avec Alana Haim, Cooper Hoffman

Chronique : Je suis d’ordinaire plutôt hermétique au cinéma de Paul Thomas Anderson, hormis There Will Be Blood (et encore, certains éléments – Paul Dano entre autres – m’avaient agacé). Je suis notamment passé largement à côté de Magnolia ou Punch Drunk Love, dont le style m’avait paru pompeux et suffisant à l’époque.
Pas Licorice Pizza. Parce que la mise en scène sophistiquée du réalisateur se met au service d’une histoire simple et solaire, sans rechercher à lui adjoindre des divagations cérébrales, ni à rendre son scénario exagérément exigeant.
Non, PTA nous invite à une ballade joyeuse et légère dans le Los Angeles des années 70 accompagnés de Gary et Alana et rythmée par leur drôle d’histoire d’amour. Ils se tournent autour, se cherchent, se provoquent, se challengent aussi, dans une ville regorgeant de possibilités. Car le film est aussi le reflet d’une époque, solidement recréée à l’écran, et d’un rêve américain où tout est possible pour les ambitieux. Et Gary l’est, ambitieux, malgré son jeune âge. Beau parleur et séducteur, il est prêt à tout pour lancer le business qui le rendra riche même lorsque la crise pétrolière met à mal ses projets.
PTA capture remarquablement ce contexte foisonnant auquel il confère un charme rétro et un goût de liberté qui déteignent sur son jeune couple. Et il sait filmer, c’est indéniable. Appuyé par une superbe photographie et une musique seventies de circonstance, il saisit de très jolis moments suspendus et lumineux, quand sa caméra ne coure pas après ses héros (en résulte des plans séquences très réussis). On peut cependant reprocher à Licorice Pizza d’être un peu décousu et le film aurait mérité d’être plus resserré, c’est longuet… Il embarque ses protagonistes dans de multiples péripéties, souvent amusantes, parfois too much (on ne se refait pas), mais sans réel fil conducteur. Mais surtout il révèle deux purs jeunes talents, Alana Haim et Cooper Hoffman, qui valident à eux seuls tout le bien que la presse pense du film.

Synopsis : 1973, dans la région de Los Angeles. Alana Kane et Gary Valentine font connaissance le jour de la photo de classe au lycée du garçon. Alana n’est plus lycéenne, mais tente de trouver sa voie tout en travaillant comme assistante du photographe. Gary, lui, a déjà une expérience d’acteur, ce qu’il s’empresse de dire à la jeune fille pour l’impressionner. Amusée et intriguée par son assurance hors normes, elle accepte de l’accompagner à New York pour une émission de télévision. Mais rien ne se passe comme prévu…


wallpaper-1019588
Bande annonce pour L'Homme Parfait de Xavier Durringer
wallpaper-1019588
Un héros
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : J'adore ce que vous faîtes
wallpaper-1019588
Driven : Crashed : Episode 2 : Nothing between us but sheets