Dans la chaleur de la nuit

Dans la chaleur de la nuit

Dans la chaleur de la nuit

© Metro-Goldwyn-Mayer Studios Inc. All Rights Reserved.



Pourquoi voir Dans la chaleur de la nuit ?
Au Mississippi, dans la petite ville de Sparta, un crime vient d'être commis, un industriel progressiste qui avait comme projet d'embaucher des afro-américains est retrouvé assassiné.
L'adjoint du shérif arrête un voyageur assis dans le hall de la gare de la ville, il l'accuse du meurtre aussitôt, les preuves ?, il est noir et a de l'argent sur lui, un enquêteur de choc puisque le voyageur n'est autre que Virgil Tibbs (Sidney Poitier), un officier de police de Philadelphie.
Devant cette accusation sans aucun fondement, aucune excuse n'est présenté à l'officier de police, en apprenant le crime, le supérieur de Tibbs lui confie la mission d'aider le shérif Gillespie (Rod Steiger) afin de trouver le meurtrier, Tibbs va être confronter à la police locale et à son chef Bill Gillespie, un shérif raciste comme beaucoup d'habitants de la petite ville du sud.
Norman Jewison (L'Affaire Thomas Crown, Jesus Christ Superstar, Un violon sur le toit) a décider en 1967 d'adapter sur grand écran le roman Dans la chaleur de la nuit (In the Heat of the Night) de John Ball publié deux ans plus tôt.
Le scénario du film est signé par Stirling Silliphant (Le Village des damnés, La Tour infernale) d'après le roman éponyme de l'écrivain américain John Ball, un écrivain connu pour ses romans policiers mettant en scène l’enquêteur Virgil Tibbs.
Si vous aimez Dans la chaleur de la nuit, il existe six autres romans mettant en scène Virgil Tibbs,The Cool Cottontail (1966), Johnny Get Your Gun ou Death for a Playmate (1969), Five Pieces of Jade (1972), Eyes of the Buddha (1976),Then Came Violence (1980) et Singapore (1986).
Pour bien se rendre compte du contexte de la sortie du film, il faut s’intéresser à l'année 1964, une année où aux États-Unis est voté le Civil Rights Act, une loi votée par le Congrès et promulguée par le président américain Lyndon B. Johnson le 2 juillet 1964, le Civil Rights Act met fin (normalement) à toutes formes de ségrégations, de discriminations reposant sur la race, la couleur, la religion, le sexe ou l’origine nationale.
Trois ans après la promulgation du Civil Rights Act, le climat est toujours pesant dans les villes du sud des États-Unis, avec Dans la chaleur de la nuit, Norman Jewison livre un film profondément engagé qui fut récompensé par pas moins de cinq Oscars dont celui du meilleur film et du meilleur scénario adapté.
C'est Ray Charles qui interprète la chanson du film sur une musique de Quincy Jones, c'est au célèbre compositeur que le cinéaste a confié la musique du film, il livre une musique blues qui enveloppe et immergé le spectateur dans les ruelles de cette ville inhospitalière à l'atmosphère suffocante.
Polar maitrisé d'une grande efficacité, Dans la chaleur de la nuit n'oublie pas d'incorporer un message social, une œuvre militante qui s'appuie sur un duo d'acteurs au sommet de leur art, Sidney Poitier (La Chaîne, Le Lys des champs) et Rod Steiger (Sur les quais, Docteur Jivago), les deux acteurs livrent chacun une interprétation absolument pas manichéenne, Rod Steiger a d'ailleurs décroché l'Oscar du meilleur acteur pour son rôle du shérif Bill Gillespie.


wallpaper-1019588
MCU : Taron Egerton prochainement dans la peau de Wolverine ?
wallpaper-1019588
Vidéo featurette VOST pour Nope de Jordan Peele
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Salam
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Les Minions 2 : Il était une fois Gru