Robin des Bois - Prince des voleurs

Robin des Bois - Prince des voleursMi figue - Mi raisin

Cette version reste assez fidèle à l’histoire originale que l’on connaît ; donc plutôt plus consensuelle et fédératrice que la version suivante interprétée par Russel Crowe dans le film bodybuildé de Ridley Scott. Kevin Costner avec son côté gendre idéal colle déjà beaucoup plus à l’image véhiculé par la légende de Robin.

Le film démarre à Constantinople par l’évasion d’un Robin prisonnier des ottomans qui s’associera avec un Sarazin pour son retour au pays et le libérer du joug du sheriff de Nottingham. Pourquoi pas ? Cette partie gothico-fantasy est assez désarmante avec un esthétisme et une mise en scène pouvant nous faire croire que l’on regarde « Game of throne ». Cette première partie passée, le reste du spectacle est sans surprise, convenu et classique mais sans fausse note. Dans cette narration linéaire, quelques trouvailles feront leurs effets pour l’époque comme la caméra suivant le flèche de Robin sortie de son arc jusqu’à sa cible.

Un film qui n’a guère d’autre intérêt que d’être familial et facile d’accès. Mon fils de 12ans ½ a bien apprécié.

Sorti en 1991

Ma note: 11/20


wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Cops and Robbers
wallpaper-1019588
[FUCKING SERIES] : Space Force : The Dark Side of The Moon
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #80. Judge Dredd
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Brutus vs César
wallpaper-1019588
Hors normes
wallpaper-1019588
Mon Voisin Totoro (1988) de Hayao Miyazaki
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Si je t’oublie... je t’aime
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS À MES 80ϟs] : #146. Project A (’A’ gai waak)