[FUCKING SERIES] : Destin : La Saga Winx : Adaptation sans âme

[FUCKING SERIES] : Destin : La Saga Winx : Adaptation sans âme

(Critique - avec spoilers - de la saison 1)


C’est en 2004 que les fillettes découvrent Winx Club, une série d’animation italienne créé par Iginio Straffi. On y suit l’aventure de Bloom et ses amies, de jeunes fées étudiant à Alféa. Elles font également la connaissance des séduisants Spécialistes, des garçons destinés à devenir des guerriers pour protéger la magie, ainsi que des Trix, un trio de sorcières maléfiques, étudiantes à la Tour Nuages. Les Winx s’adaptent, au fur et à mesure, à l’âge de leurs spectatrices. Certaines, une fois adolescentes, continuent de suivre l’histoires des fées, alors que des séries alternatives sont créés pour convenir à de jeunes enfants.
La dernière création issue de l’univers du Winx Club est une série live diffusée sur Netflix, de toute évidence destinée aux adolescents et “young adults”. On retrouve, à ses commandes, le showrunner Brian Young (Vampire Diaries). Il n’y a ici guère de Trix, seulement des fées et des Spécialistes, destinés à combattre la menace des “brulés”, des monstres qui menacent l’équilibre de “l’autre monde”, univers dans lequel la magie existe.

[FUCKING SERIES] : Destin : La Saga Winx : Adaptation sans âme

Copyright Netflix

Si le personnage de Bloom (ici insupportable Mary-Sue) colle à peu près à son image d’origine, les autres filles sont quelques peu différentes : Musa n’est plus la fée de la musique mais une empathe, qui ressent toutes les émotions des autres. La variation de son pouvoir vers quelque chose de plus adulte est intéressant mais on regrette un white washing du personnage, originellement asiatique. Layla quant à elle devient Aisha, fée de l’eau et reste une grande sportive. Flora devient Terra, fée de la nature, complexée par son poids. Si c’est sans doute le personnage de plus attachant, son traitement reste désastreux, collant désespérément au cliché de la jeune fille mal dans sa peau sans plus de complexité. Enfin, Stella est, tout comme dans le dessin animé, la princesse de Solaria. C’est une adolescente en proie aux doutes, sous une apparence hautaine, mais son background reste complètement inexploité. En revanche, l’altérité entre les personnages du dessin-animé et ceux de la série live est, dans un premier temps, plutôt sympathique puisqu’en étant plus adulte il évite le ridicule. De manière générale, les libertés prises par cette adaptation permettent d’adopter un ton plus juste, là où des fées ailées et le pouvoir de la musique auraient rapidement pu devenir risible pour le public visé.Ce dernier n'est autre que les adolescents et jeunes adultes, en proposant un ton plus grave et des scènes plus graphiques, mais en conservant l’âge original des héroïnes - c’est-à-dire 15 / 16 ans. Il y a, dans les choix du casting, une grosse erreur qui colle à la peau de la série. On ne peut croire que ces actrices de 25 ans en ont dix de moins, ce qui nuit au récit initiatique proposé par cette aventure. Le mode de vie des personnages évoque également de post-adolescents, jeunes adultes encore un peu enfants, qui font leur rentrée à l'université, mais la série se peine à rappeler qu’ils ont encore l’âge des lycéens. C’est bien dommage puisqu’elle aurait gagné à développer l’univers estudiantin qu’elle vise allègrement, au lieu de s’emparer des conventions du dessin animé quant à l’âge des héroïnes. Les romances y auraient aussi sans doute gagné quelque chose, puisqu’empreinte d’une tension sensuelle au lieu d’une pseudo-alchimie complètement absente dans les différents triangles amoureux.

[FUCKING SERIES] : Destin : La Saga Winx : Adaptation sans âme

Copyright Netflix

Si Fate : The Winx Saga (le nom n'a aucun sens) énonce, avec de gros sabots, des principes féministes tel que le mansplaining ou le rappel d’un consentement obligatoire, elle n’en demeure pas moins problématique quant à ses archétypes. Beatrix, l’antagoniste, est une séductrice, femme fatale qui use de ses charmes pour parvenir à ses fins. Bloom est, au contraire, une jeune fille hésitante dans sa relation naissante avec Sky, un spécialiste. Les Winx n’ont rien d’une sororité et, sous sa volonté d’être cinglante, la série devient méchante. Le personnage de Terra est souvent moqué, l’envie de créer une inclusivité à travers une jeune actrice grosse est complètement détruite par la façon dont elle en vient presque à être tournée au ridicule, sans cesse rabaissée par ses “amies”. Fate : The Winx Saga ne parvient pas à trouver un juste ton lorsqu’il s’agit de se départir de son image trop lisse, pour enfants. La consommation de drogue et d’alcool par les adolescents frôle le ridicule et la série manque, de manière générale, d’âme. Elle ne raconte finalement rien, son intrigue reste floue, ne tenant que sur une ligne dont on ne se soucie guère, la faute également aux trois premiers épisodes qui restent flottants, échouant dans la construction du personnage de Bloom.

[FUCKING SERIES] : Destin : La Saga Winx : Adaptation sans âme

Copyright Netflix

La série finit, dans ses trois derniers épisodes, à attiser enfin la curiosité mais le manque de substance développé dans son début reste fortement présent. Les scènes avec les professeurs d’Alféa sont agréables puisque baignant dans une ambiance qui n’est pas sans rappeler celle de Harry Potter. Cette référence est présente tout au long de la série mais, au lieu de proposer sa propre vision d’une école de magie, féminine et plus lumineuse, Fate : The Winx Saga ne développe pas grand-chose. Il est un peu frustrant de constater qu’en assumant un univers de jeunes adultes au lieu d’adolescents, Alféa aurait été bien plus intéressante.
En somme, cette adaptation sans âme du dessin-animé Winx Club ne parvient ni à conserver l’esprit de l’oeuvre originale, ni à créer son propre univers. C’est un échec dans lequel on ne gardera qu’une seule bien trop vague curiosité à l’idée de regarder une potentielle saison 2 – si elle arrive un jour.

Manon Franken 

[FUCKING SERIES] : Destin : La Saga Winx : Adaptation sans âme

wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #80. Judge Dredd
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Curtiz
wallpaper-1019588
[FUCKING SERIES] : Space Force : The Dark Side of The Moon
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Brutus vs César
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #120. Days of Thunder
wallpaper-1019588
Pale rider
wallpaper-1019588
[FUCKING SERIES] : Sky High Survival : Les Masques Tueurs
wallpaper-1019588
[Y-A-QUOI A LA TELE CETTE SEMAINE ?] : #126. Semaine du 7 au 13 mars