[CRITIQUE] : Parents d’élèves

[CRITIQUE] : Parents d’élèves

Réalisatrice : Noémie Saglio

Acteurs : Vincent Dedienne, Camélia Jordana, Oscar Pauleau, Alix Poisson, Anne Charrier, Samir Guesmi,...
Distributeur : UGC Distribution
Budget : -
Genre : Comédie, Famille.
Nationalité : Français.
Durée : 1h29min.
Synopsis :
Vincent, trentenaire sans enfant, infiltre une tribu aux codes et au langage mystérieux : les parents d’élèves. Se retrouver aux réunions parents-prof, aux sorties d’école et à la kermesse de fin d’année relève d’un sacré exploit ! Mais voilà, Vincent a une très bonne raison d’être là et finit même par se sentir bien dans cette communauté un peu spéciale…

Critique :

Feel good movie rythmé et bien charpenté, aussi tendre et drôle que bienveillant, #ParentsdÉlèves est un vrai petit bout de cinéma léger et enchanteur, se jouant habilement de la cohabition complexe et parfois houleuse entre parents et professeurs. Excellent duo Dedienne/Jordana. pic.twitter.com/rPYieht0TK

— FuckingCinephiles (@FuckCinephiles) October 3, 2020

Si son humour a indéniablement, rencontré son public sur le petit écran mais aussi et surtout sur scène, force est d'admettre que le génial Vincent Dedienne n'a pas encore fait totalement l'unanimité sur le grand écran, un comble quand on sait qu'il s'est associé et à brillé, dans ce qui reste deux des plus belles propositions humoristiques made in France de l'année : Effacer l'historique de Benoît Delépine et Gustave Kervern le mésestimé Terrible Jungle d'Hugo Bénamozig et David Caviglioli.
Mais l'année n'est pas encore terminée et, tout comme une Camélia Jordana dont la majorité des spectateurs se borne à ne pas voir le talent (volontairement ou non, ses partitions dans les récents La Nuit venue de Frédéric Farrucci et Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait d'Emmanuel Mouret, étant des preuves plus que concrètes), le bonhomme a dans sa besace une oeuvre qui a de quoi mettre tout le monde d'accord : Parents d'Élèves de Noémie Saglio (les excellents Toute Première Fois co-réalisé avec Maxime Govare, et Connasse, princesse des cœurs, coréalisé avec Éloïse Lang), petit bonheur de comédie familiale à la française, qui a tout du feel good movie hexagonal de cette rentrée.

[CRITIQUE] : Parents d’élèves

Copyright Stéphanie Branchu / Rectangle Productions


Tout en humour accrocheur et en loufoquerie tendre, le film se veut comme une odyssée douce et décalé au coeur de la jungle (décidemment) des parents d'élèves -, infiltrée par un homme qui n'en est justement pas un : Vincent, trentenaire altruiste, bienveillant et serein, trois qualités qui ont font totalement un ovni dans la société moderne égoïste et manquant de solidarité.
Aidant bien trop ses proches, et même des voisins qui ne le sont absolument pas, il va vite devenir le papa de substitution aux yeux du système scolaire, du môme de sa voisine débordée, Bart, dix ans au compteur et tout fier d'avoir une figure paternelle - même fictive - à présenter à ses camarades de classes.
Sans trop le vouloir, il va alors se laisser prendre au jeu des rivalités et bassesses parentales, un monde impitoyablement drôle que la cinéaste colore avec juste ce qu'il faut de dérision dans sa mise en images si familière de la cohabitation complexe entre les parents et les professeurs (qu'elle exagère évidemment, mais sans trop en faire, même dans son énumération de nombreux clichés); mais aussi juste ce qu'il faut de romance, dans la relation tendre qui unit Vincent et la jolie institutrice Nora, une femme douce et dévouée mais aussi faussement réservée, qui mène habilement de front son statut de femme active mais aussi de mère aimante.

[CRITIQUE] : Parents d’élèves

Copyright Stéphanie Branchu / Rectangle Productions


Rythmé (à peine quatre-vingts dix minutes au compteur) et bien charpenté (même dans ses dialogues jamais - trop - faciles), plutôt malin dans sa mise en images de quelques questionnements parentaux et sociétaux plus que d'actualité, tout en jouant continuellement la carte du ludisme, et porté par une galerie de personnages attachants et haut en couleurs captant toutes les strates (ou pas loin) de la figure parentale (mention à Anne Charrier et Samir Guesmi), Parents d'Élèves est un vrai petit bout de cinéma léger, affectueux et enchanteur, une bulle d'évasion qui n'a que pour seul ambition que de divertir avec bienveillance et sans la moindre complaisance, un auditoire qui n'en demandait pas autant.
On appelle ça une excellente surprise.
Jonathan Chevrier
[CRITIQUE] : Parents d’élèves

wallpaper-1019588
Emily Blunt au casting de The Fall Guy signé David Leitch ?
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : The Humans
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Day Shift
wallpaper-1019588
Séries | EN THÉRAPIE S02 – 15/20 | UNCOUPLED S01 – 14/20 | UMBRELLA ACADEMY S03 – 09/20