Us and Them, le nouvel an chinois sous le signe de l’amour

Us and Them, le nouvel an chinois sous le signe de l’amour

Synopsis : " Dix ans se sont écoulés depuis leur première rencontre dans un wagon bondé. Si XiaoXiao et Jian-Qing se retrouvent à évoquer leur relation au passé, leur complicité, elle, est toujours bien présente. Mais parviendront-ils à se dire aurevoir ? "

Les lumières de la salle de cinéma s'allument, tu te repositionnes sur ton siège pour avoir fière allure parce que la position "je m'installe comme à la maison" ce n'est pas trop ça, et là, ton ami(e) se retourne vers toi et te pose la question fatidique...

Après vingt albums et plus d'une douzaine de fois récompensée pour sa carrière d'actrice exceptionnelle, Rene Liu explore sans trébucher la carrière de réalisatrice. Son premier long métrage nous raconte le cheminement d'une histoire d'amour universelle, dans le contexte récurrent du Chunyun, période à laquelle la plupart des habitants de Beijing et d'autres grandes villes retournent dans leur campagne célébrer le Nouvel An avec leur famille. Avec un succès assourdissant au box-office chinois, elle devient la première femme réalisatrice à dépasser le milliard de yuan de recette pour un film.

Cumulant plusieurs emplois, les études, les rêves de succès et le besoin de sécurité financière, la capitale abrite une jeunesse comportant beaucoup d'appelés mais peu d'élus. Enserrés par les difficultés de la vie citadine, Jian-Qing ( Jing Boran) et XiaoXiao ( Zhou Dongyu) transformeront peu à peu leur amitié tendre et complice en un amour que même leur séparation n'effacera pas.

Car l'une des singularités de Us and Them est de nous proposer deux temporalités dès le commencement. L'une débute en 2007, l'année de leur rencontre à bord du train en partance pour leur ville natale commune. L'autre se déroulant en 2018, surprend de prime abord, l'image en noir et blanc nous indique un changement radical dans la manière de traiter leur relation. Partageant le même vol annulé en direction de Beijing, ils se remémoreront le temps d'une soirée, leur passion, leurs galères, leurs disputes puis leur rupture.

Et de cette relation amoureuse d'abord naissante, comme un jeu du chat et de la souris permanent et affectueux, la cinéaste n'en rate pas une marche. L'attachement aux personnages est immédiat et la découverte de leur complexité à travers une toile si brillante de candeur et d'honnêteté prodigue un ravissement frais et original. Assez éloigné de la vie de bohème, cette jeunesse sans le sou mais jamais sans ressources, abuse d'ingéniosité via la mise en scène très intimiste de la réalisatrice taïwanaise. Un bol de nouilles ou une paire d'écouteurs empathise cette promiscuité jamais dérangeante.

En préparant chaque année les classiques gâteaux à la pâte de haricot, le père de Jian-Qing s'immisce avec douceur et sincérité entre les deux jeunes. Un rapprochement empreint d'affection bienveillante, qui donnera lieu à certaines des meilleures scènes du film, se noue alors entre XiaoXiao et son beau-père. Ce dialogue humble et indulgent prendra de l'ampleur dans sa dernière partie trouvant les mots qui réconfortent, offrant même un épilogue inattendu à Jian-Qing dans un générique d'une approche déjà très émouvante.

Cocon ou cage, les décors souvent étroits et surchargés imposent leur familiarité. Ils dévoilent la douceur des tons pastel et du rouge lié à la fête du printemps et au bonheur allusionnel chinois. La caméra ne s'éloigne vraiment, en prenant de la hauteur, qu'à l'ouverture et à la fermeture du récit isolant les personnages dans l'immensité lumineuse des paysages enneigés. Embrassant frontalement les corps lorsque l'idylle atteint son apogée, elle pivotera progressivement jusqu'à se placer dans leur dos quand l'adversité les séparera.

Si l'œuvre de Rene Liu ne tombe jamais dans la satire sociale c'est parce qu'elle manie avec justesse le rouage lié à l'argent et à la réussite. Totalement consciente du facteur chance, sa description d'une société obnubilée par un CV sous forme de chiffre rend amère la recherche de l'amour véritable et la poursuite des rêves. L'amitié a un coût : celui du jugement, et détache les liens bâtis en pièces de puzzle. Autre audace de la réalisatrice, le but que poursuit Jian-Qing de créer son jeu vidéo. Cette thématique très actuelle n'a rien d'une anecdote et servira de fil rouge à la mélancolique sentimentalité du récit. En suivant le processus créatif sans s'appesantir, elle met en lumière l'aspect humain et fragile de la conception, de la naissance d'une idée jusqu'à sa livraison comme une délivrance.

Lorsque de façon récurrente, le thème de Eason Chan, l'un des plus grands interprètes pop chinois, résonne à nos oreilles, on ne peut que s'abandonner à songer avec nostalgie à cette fois où, comme XiaoXiao et Jian-Qing, l'on a aimé, sans calculer. Et dans un souffle, le regard plongé dans celui de l'autre, souhaité que le temps s'arrête à jamais.

Disponible sur Netflix

"L'attachement aux personnages est immédiat et la découverte de leur complexité à travers une toile si brillante de candeur et d'honnêteté prodigue un ravissement frais et original. "

Commentaires Facebook


wallpaper-1019588
Première image officielle pour Indiana Jones 5 de James Mangold
wallpaper-1019588
Vers une adaptation du jeu vidéo Gran Turismo signée Neill Blomkamp ?
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #138. Unlawful Entry
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : The Requin