[FUCKING SERIES] : Duchesse saison 1 : Maman Fashionista

[FUCKING SERIES] : Duchesse saison 1 : Maman Fashionista
(Critique - avec spoilers - de la saison 1)
Nouvelle série britannique lancée ce 11 septembre sur Netflix, Duchesse créée, écrite et produite par l’humoriste canadienne Katherine Ryan - qui tient également le rôle principal -, s’inspire largement de sa propre vie de mère célibataire excentrique pour ses débuts à la TV.
On y suit Katherine, une londonienne d’adoption qui mène une vie tranquille, patronne de son propre atelier de céramique "Kiln 'Em Softly", et qui partage son temps entre des moments complices avec sa fille de 9 ans, Olive (Katy Byrne), qu’elle considère comme sa meilleure amie, et des sorties romantiques avec son copain, Evan (Steen Raskopoulos). Elle décide un jour d’avoir un deuxième enfant aussi parfait qu’Olive, mais au lieu de le faire avec Evan, Katherine décide d’avoir recours au géniteur de sa fille AKA son pire ennemi, Shep (l'hilarant Rory Keenan), ancienne gloire d’un boys band totalement à côté de la plaque, qui vie en dehors de la société sur une péniche.

[FUCKING SERIES] : Duchesse saison 1 : Maman Fashionista

Copyright Simon Ridgway/NETFLIX


3 mots pour décrire Katherine : branchée, égocentrique, vulgaire, elle est une protagoniste qui débite des insultes et des critiques acerbes à son entourage, digne d’une Drama Queen qui sort tout droit d’un Caltwalk. D’ailleurs, le look fashionista est un parti pris voulu par la créatrice et actrice Katherine Ryan, qui en avait marre de la représentation des mères négligées à l’écran. « On peut être mère célibataire et être apprêté, se sentir belle et sexy». Sa garde-robe reflète parfaitement son état d’esprit d’anticonformiste.
Autres points intéressants, Duchesse évite les clichés de la rom-com, comme le fait que Cheryl (Doon Mackichan), la nouvelle copine de Shep qui ne cherche pas de conflit avec elle, et souhaite absolument la soutenir dans sa démarche; un détail infime qui montre qu’entre femmes, il n’y a pas uniquement que des crêpages de chignon ridicule. Le meilleur reste le final, qui détourne totalement les codes du genre.

[FUCKING SERIES] : Duchesse saison 1 : Maman Fashionista

Copyright Simon Ridgway/NETFLIX


Une attitude totalement unapologetic
Il y a une fine ressemblance avec la génialissime Fleabag pour ce côté " Messy London Girl " grande gueule. Katherine est même par moments insupportable, car elle a souvent le mauvais rôle dans la plupart des situations. C’est difficile de prendre son parti alors qu’elle porte pourtant le show sur ses épaules, mais au fil des épisodes, elle devient attachante notamment au travers du lien indéfectible avec sa fille.
Actuellement dans le top 10 de Netflix UK, laissez-vous tenter par la survoltée Duchesse, composée de seulement 6 épisodes d’une vingtaine de minutes au rythme efficace.
Bonne nouvelle, la saison 2 est déjà en cours d’écriture.
Alyssa Adjaoui
[FUCKING SERIES] : Duchesse saison 1 : Maman Fashionista

wallpaper-1019588
[FUCKING SERIES] : Space Force : The Dark Side of The Moon
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Curtiz
wallpaper-1019588
[FUCKING SERIES] : Hollywood : Make the industry fair for good... or not
wallpaper-1019588
Anne Hathaway en vedette de la comédie dramatique French Children Don’t Throw Food ?
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Pelé
wallpaper-1019588
Jonathan Majors en vedette de Gordon Hemingway & the Realm of Cthulhu signé Stefon Bristol ?
wallpaper-1019588
[FUCKING SERIES] : Small Axe : Uppercut politique et social en 5 actes
wallpaper-1019588
Nouvel extrait VO pour Godzilla vs Kong signé Adam Wingard