[CRITIQUE] : Kajillionaire

[CRITIQUE] : Kajillionaire
Réalisatrice : Miranda July
Acteurs : Evan Rachel Wood, Richard Jenkins, Debra Winger, Gina Rodriguez,...
Distributeur : Apollo Films
Budget : -
Genre : Comédie, Drame.
Nationalité : Américain.
Durée : 1h46min.
Synopsis :
Theresa et Robert ont passé 26 ans à former leur fille unique, Old Dolio, à escroquer, arnaquer et voler à chaque occasion. Au cours d'un cambriolage conçu à la hâte, ils proposent à une jolie inconnue ingénue, Mélanie, de les rejoindre, bouleversant complètement la routine d'Old Dolio.



Critique :

Incroyablement terre-à-terre, oscillant entre surréalisme, bizarrerie et cynisme pur, #Kajillionaire est un bijou de dramédie, sorte de cocon à l'absurdité douce et étonnamment intemporelle, offrant une variation pertinante du concept de l'enfant sauvage. Sublime Evan Rachel Wood pic.twitter.com/cUDc6kABvg— FuckingCinephiles (@FuckCinephiles) September 12, 2020

Époque trouble et désespérée oblige, le cinéma tend de plus en plus à mettre en images des familles s'adaptant difficilement à la société contemporaine, survivant avec des moyens dépassant - souvent - les limites de la légalité et de la bienséance; certains cinéastes arrivant même à nous faire vivre à travers elles, des thèmes infiniment profonds qui tendent vers l'universel, là où leur quotidien lui, épouse la singularité/loufoquerie la plus totale.
Partageant avec les formidables Une Affaire de Famille d'Hirokazu Kore-eda, et Parasite de Bong Joon-ho, le questionnement d'une progéniture se demandant si les valeurs familiales sont si saines que le martèlent leurs parents, Kajillionaire de Miranda July est un bonheur de dramédie intime et mélancolique, qui transpire le cinéma si particulier de sa trop rare cinéaste.

[CRITIQUE] : Kajillionaire

© Matt Kennedy/Focus Feature


On y suit la famille (très) en difficulté des Dyne, composée du patriarche Robert, de la mère Theresa, et d'une fille au prénom ridicule - inspiré du passé excentrique de ses parents -, Old Dolio, une jeune femme maladroite et dégingandée à peine capable de tenir un contact visuel avec son prochain, et qui vit sans réserve dans les limites du mode de vie acharné qui dicte son existence.
Pour les Dynes, chaque jour constitue une histoire de survie particulière, alors qu'ils parcourent les rues de Los Angeles à la recherche d'arnaques à deux sous, dans une quête permanente de payer le loyer de leur " appartement ", sorte de dortoir/espace de bureau abandonné calé dans une usine délabrée de bulles (de la mousse rose de l'usine suinte régulièrement sur leurs murs, et leur salon est composé de cabines mal entretenues).
Les Dynes contrôlent toutes les facettes de la vie d'Old Dolio, mais leur situation est devenue tellement insoutenable, que leur propriétaire farfelu leur donne une semaine pour payer leurs dettes - 1500$ -, sinon ils sont définitivement à la rue.
Heureusement, les deux parents ont bien formé Old Dolio, et elle propose rapidement une solution : un vol aller-retour rapide vers New York entre un vol de bagages et une arnaque à l'assurance pour les sortir de la panade.
Mais au milieu de leur plan absurde, la routine très soudée de la famille se complique lorsqu'ils rencontrent la folle Melanie sur leur vol, et décident sur un coup de tête de la faire entrer dans leur clan...

[CRITIQUE] : Kajillionaire

© Matt Kennedy/Focus Feature


Jeune femme bouillonnante désireuse de se faire recruter dans la prochaine arnaque des Dynes - qu'elle voit comme la famille de Danny Ocean -, Melanie soulève d'emblée les soupçons de Old Dolio, en partie parce qu'elle se sent menacée par la présence même d'un inconnu dans sa vie.
Mais Melanie offre rapidement ses propres idées arnaques : vendre des lunettes à double foyer à des clients âgés...
Comme tous les personnages brisés de July, si la (très) particulière famille Dyne commet des actes étranges ou répréhensibles, elle le fait parce que ces membres sont, volontairement et involontairement à la fois, incapables de vivre dans le monde moderne, comme s'ils n'avaient jamais appris les codes de la société à l'école, comme si les règles préétablies ne les concernaient pas.
Escrocs pas vraiment doués mais déterminés, leur vie de lutte effrénée pour joindre les deux bouts - ce qu'ils n'arrivent jamais -, n'est au fond que le fruit que d'une mentalité basée sur le détachement obscur et l'évasion absolue de l'autre : la certitude d'une apocalypse imminente, le rejet des normes et des comportements sociaux, un vocabulaire émotionnel qui commence et se termine par la survie, le danger et la mort... que de fuites qui ont dépouillés leurs vies de sens, de responsabilité mais surtout d'amour.

[CRITIQUE] : Kajillionaire

© Matt Kennedy/Focus Feature


Mais en enlaçant toute cette étrangeté dans une bulle surréaliste pourtant férocement accrochée au réel, Miranda July arrive à créer une sorte de cocon à l'absurdité douce et curieusement intemporelle, un champ de tous les possibles imprévisible qu'elle va bousculer de la plus belle des manières, en y injectant une quête désespérée de chaleur et de connexion humaine.
Incroyablement terre-à-terre, oscillant entre l'idée cynique que les liens familiaux sont souvent bardés de conneries, mais aussi celle que tout le monde mérite un peu tant soit peu d'amour dans ce monde de brut - même les introvertis les plus déconnectés du monde -, Kajillionaire offre une variation fascinante du concept de l'enfant sauvage, rendue d'autant plus distinctive par l'environnement urbain hostile et constamment en mouvement, qui l'entoure.
Une vision élevée par la performance extraordinaire d'Evan Rachel Wood, dont le personnage apprend littéralement à vivre en découvrant son libre arbitre (et des sentiments dont elle ne connaît finalement rien), au contact d'une âme excentrique à même de l'aider à sortir de sa coquille (Gina Rodriguez, sont l'alchimie avec Wood est l'une des grandes forces du film).

[CRITIQUE] : Kajillionaire

© Matt Kennedy/Focus Feature


Elle est sans aucun doute le coeur vibrant et passionnant, d'une oeuvre intelligente (et qui sera sans doute trop cérébrale et subtile pour certains) et irrévérencieuse, une comédie dramatique qui s'éloigne sagement de toute confrontation mélodramatique fracturée, sans jamais surestimer ses implications émotionnelle, entre tragédie et petites parcelles lumineuses d'espoir.
Un petit bijou, rien de moins.
Jonathan Chevrier

[CRITIQUE] : Kajillionaire

wallpaper-1019588
Anne Hathaway en vedette de la comédie dramatique French Children Don’t Throw Food ?
wallpaper-1019588
Premier teaser trailer pour Comment je suis devenu super-héros de Douglas Attal
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #64. Lethal Weapon 4
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Curtiz
wallpaper-1019588
ALEX HUGO (Critique Épisode Un rêve impossible) Intrigant, lancinant, oppressant…
wallpaper-1019588
Affiche US pour Drunk de Thomas Vinterberg
wallpaper-1019588
Nouveau trailer pour The Glorias de Julie Taymor
wallpaper-1019588
Premier trailer pour Supernova signé Harry Macqueen