La dimension historique du thriller

thrillerPour William Dietrich, la toute première chose dont un auteur a besoin lorsqu’il écrit un thriller, c’est une machine à remonter le temps.

Pas d’ADN pour condamner si on remonte trois décennies en arrière. Pas d’empreintes digitales si l’on remonte 150 ans en arrière. Bien sûr, pas de plaidoyer convainquant non plus. Pas de psychiatrie, pas de profilage de tueur, pas de réhabilitation, et très peu de pitié. Tous les châtiments étaient cruels, et rien de tout cela n’était inhabituel.

Si vous utilisez un pistolet, il vaut mieux tirer le premier coup, car il faut une minute ou deux pour charger, viser, amorcer et tirer à nouveau. C’était autrement à l’époque.

Était-ce si différent ?

L’attrait du mystère historique est celui de toute fiction historique : de belles aventures, tout en permettant au lecteur ou au spectateur une expérience émotionnelle et sollicitant son intellect. William Dietrich est persuadé que le thriller est un miroir dans lequel nous aimons y voir un reflet amusant de nous-mêmes.

Le genre du thriller historique s’est surtout développé au début des années 1990. C’était une période d’entre-deux entre un futur à portée d’esprit et où la nostalgie s’emparait des esprits note William Dietrich.

thrillerAnna Katharine Green

thrillerMais ses racines sont plus anciennes. En 1918, Melville Davisson Post a commencé sa série Oncle Aber, dont l’action se déroule au début du XIXe siècle, avant que l’Amérique ne dispose d’un véritable institution policière.
Anna Katharine Green, qui a été la pionnière de nombreux récits de mystère a écrit des whodunits historiques à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Le whodunit est une forme du roman policier qui se fonde essentiellement sur une énigme car la question est de savoir comment un criminel a t-il pu commettre sa transgression alors que les conditions de celle-ci sont apparemment irrationnelles ou simplement impossibles.

Agatha Christie a écrit un récit de mystère historique en 1944 qui se déroule dans l’Égypte ancienne. « Ellis Peters » (le nom de plume d’Edith Pargeter) a écrit les mystères médiévaux du Frère Cadfael à partir de 1977 qui ont été adaptés en une série télévisée.
En 1980, Umberto Eco a connu un énorme succès avec Le Nom de la Rose, contribuant à populariser le genre.

Un sous-genre du thriller utilise des héros contemporains ou quasi contemporains (par exemple Indiana Jones) pour résoudre des mystères autour d’anciennes reliques ou de cités perdues.
Ce sous-genre possède ses propres codes et conventions (voire même des clichés).

Parmi les auteurs, citons Dan Brown, Ken Follett, Robert Harris, Steve Berry, James Rollins, Kate Mosse et Katherine Neville, pour n’en citer que quelques-uns.

Pourquoi le thriller historique alors que le monde moderne offre tant d’opportunités ?

William Dietrich avoue que pour lui écrire de la fiction historique (et plus singulièrement un thriller historique) est une évasion de notre propre monde qu’il estime bien trop troublé. Ce n’est pas une nostalgie du passé. Le monde d’alors n’était pas différent d’aujourd’hui . Le bon vieux temps est une vue de l’esprit qui idéalise un monde toujours autant bouleversé.

Le passé lui-même est un mystère nous dit William Dietrich, car nous n’avons pas les documents nécessaires pour comprendre pleinement d’où nous venons puisque l’historien lui-même est souvent soumis aux conditions du récit même si l’exigence de vérité est un critère qui lui importe grandement.

Et ce que William Dietrich considère une bonne chose pour le thriller historique est que les vieilles reliques peuvent être de nouveaux MacGuffin, autant de prétextes utilisés comme moteurs de l’intrigue.

Chaque période offre à l’auteur de romans policiers ou de thrillers de nouveaux problèmes et de nouvelles opportunités. Des sombres rues aux bouleversements dynastiques, des poisons primitifs à la nécessaire proximité de régler les différends au couteau et à l’épée, le passé offre un moyen de revisiter les crimes du présent.

thrillerLa solution ne réside pas dans le laboratoire, mais dans une observation attentive et une bonne dose de détermination pour aller au fond des choses tout comme Jack Gittes dans Chinatown s’obstine dans son enquête.

Les personnages historiques réels sont plus intéressants que la plupart des personnages imaginaires martèle Dietrich. Lucrèce Borgia, Raspoutine, Jack l’éventreur et John Wilkes Booth ne se démoderont jamais.

L’époque napoléonienne était horriblement cruelle et glorieusement belle, une époque où il y avait encore des espaces vides sur les cartes. Les armées, les navires, les femmes, les palais et les régions sauvages avaient une grâce et une force que notre monde globalisé, informatisé, uniformisé ne connaît plus.

Mais il n’est pas nécessaire de remonter aussi loin dans le temps : Los Angeles des années 1920, la Russie des années 1930 et l’Allemagne des années 1940 sont aujourd’hui aussi exotiques que l’ancienne Sumer.

Une conscience de notre dimension historique

Une chose qui distingue le lecteur d’aujourd’hui est notre conscience historique. Le cinéma, la télévision et les livres ont rendu le passé immédiat d’une manière que les peintures à l’huile et les statues de marbre figées ne pouvaient pas rendre pour nos ancêtres. Nous ressentons une parenté.

Et William Dietrich conclut que les mystères de l’histoire devraient nous étonner pendant de nombreuses pages à venir.

Scenar Mag existe grâce à Vous, grâce à vos dons. Soutenez Scenar Mag, ne restez pas indifférents à notre effort de partage d’informations afin de vous servir au mieux dans tous vos projets d’écriture. Un don de 5 € suffit et 100 % de vos dons sont dédiés au fonctionnement de Scenar Mag. Merci


wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #63. Lethal Weapon 3
wallpaper-1019588
Premier teaser trailer pour Comment je suis devenu super-héros de Douglas Attal
wallpaper-1019588
Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Curtiz
wallpaper-1019588
Eurovision Song Contest : The Story of Fire Saga, l’hommage vire au désastre
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #86. The Fan
wallpaper-1019588
Reflets du Cinéma Ibérique et Latino-américain, du 16 au 30 septembre 2020
wallpaper-1019588
FESTIVAL DU FILM JEUNE DE LYON du 18 septembre au 2 octobre 2020