[CRITIQUE] : Night Shot

[CRITIQUE] : Night Shot

Réalisateur : Hugo König

Acteurs : Nathalie Couturier.
Distributeur : Shadowz
Budget : -
Genre : Épouvante-Horreur.
Nationalité : Américain, Français.
Durée : 1h31min.
Synopsis :
Une jeune blogueuse spécialisée dans l’exploration urbaine (urbex) décide d’aller visiter un gigantesque hôpital abandonné. Comme toujours elle part seule et de nuit avec son cameraman, afin de faire vivre en direct ses aventures à ses followers, avec une particularité : ne jamais couper la caméra ! Mais ce soir le lieu qu’elle a choisi va lui faire vivre un véritable cauchemar, les drames du passé y ont laissé leurs traces…


Critique :

Déstabilisant de réalisme jusqu'à ce qu'il laisse partir en cacahuètes son récit (avec un comportement de la caméra qui cesse de faire sens, appuyé par le calme olympien incohérent du caméraman), #NightShot n'en reste pas moins un excellent et solide found footage (@GnuGnoum) pic.twitter.com/qE5OIw59P4— FuckingCinephiles (@FuckCinephiles) June 21, 2020
Au début du mois de Mai, la plateforme de streaming Shadowz nous gratifiait de sa toute première sortie exclusive avec Mercy Black… Et on ne va pas se mentir, ce n’était pas extrêmement engageant. Mais la première plateforme de screaming n’a pas dit son dernier mot puisque voici qu’elle déboule en force avec un nouveau film, Night Shot, un found footage horrifique français tourné en un unique plan-séquence de 1h30. Et pour le coup c’est exactement le genre de proposition horrifique qu’on veut découvrir grâce à elle, un film original d’une efficacité déconcertante, bien que souffrant de la lourdeur de son dispositif.

[CRITIQUE] : Night Shot

Copyright Cecilia Almiron Rivas

Le pari de l’énorme plan-séquence est devenu le fantasme ultime du cinéphile moderne et pas forcément pour les bonnes raisons. La virtuosité du plan-séquence incarne une sorte de graal du savoir-faire en matière de cinéma, et ce parfois au détriment de son sens profond, et aux dépends du montage, créateur de grammaire cinématographique depuis plus d’un siècle. Comme toute chose au cinéma, le plan-séquence est un outil à la disposition du réalisateur qui se doit d’être le porteur du sens du film ou de la séquence dans laquelle il est utilisé. Créateur de suspens chez des réalisateurs comme Brian De Palma ou Alfred Hitchcock, vecteur jouissif de dynamisme dans l’action chez John Woo où plus récemment dans la saga John Wick, ou bien dispositif glacial et implacable dans le terrible Elephant de Gus Van Sant : c’est un élément de l’arsenal du réalisateur capital qui peut faire des miracles entre des mains expertes, et qui ne doit pas être utilisé pour la simple performance technique et logistique. Alors quand un film débarque avec ses gros sabots et son argument d’être tourné en un unique et énorme (vrai ou faux) plan-séquence, on se méfie un peu quand même. C’est le cas de Night Shot, mais j’ai le plaisir d’écrire que la démarche est non seulement pertinente pour ce que le film raconte, mais surtout une diablerie d’efficacité horrifique. Toute l’idée va être de suivre sans coupe une bloggeuse un peu agaçante dans son exploration d’un sanatorium abandonné et effrayant au cœur de la nuit, et regarder impuissant les choses partir en vrille sévèrement. Si le film met un peu de temps à faire grimper le curseur du trouillomètre, c’est parce qu’il prend le temps d’immerger le spectateur avec lui dans cette aventure, et quand je dis spectateur je devrais plutôt parler de viewer. Parce que oui, l’intérêt de ne pas faire de coupe ici et d’utiliser la technique du found footage c’est qu’on se retrouve très rapidement avec le sentiment de s’être perdu sur Twitch et de regarder quelque chose de parfaitement authentique. Nathalie Couturier, seule actrice dans le champ de la caméra pendant tout le film, participe grandement à cette immersion. La voir interagir avec ses followers, donner des explications brouillonnes sur les lieux de l’exploration et s’exprimer avec beaucoup de répétition, de mots dans le désordre et de grammaire approximative donne à ces images une crédibilité folle et on se prend très facilement au jeu. Le dispositif de plan-séquence est encore une fois à la faveur de ses approximations de jeu qui créent toute l’authenticité de ce qu’on voit à l’écran, une fois que ça tourne on n’arrête pas, si c’est le mauvais mot qui sort de la bouche de l’actrice on n’arrête pas, comme si on tournait une véritable émission d’urbex en ligne.

[CRITIQUE] : Night Shot

Copyright Cecilia Almiron Rivas

Le film puise ses influences au meilleur du found footage surtout chez le Projet Blair Witch évidement qui irradie complètement son ADN. Et on pourrait lui reprocher un trop plein d’idée, vraiment il y a trop de trucs dedans, entre les explications de Nathalie sur les diverses histoires du bâtiment et les événements divers et variés qui se dérouleront au cours du film, il y a à boire et à manger et même un peu trop. On ne sait finalement plus, à un certain point, où donner de la tête et on est en proie à une petite overdose. Le film aurait gagné à être épurer sur ce plan-là, d’autant plus qu’après plus d’une heure de tournage sans interruption le poids du dispositif se fait ressentir et commence à lui nuire. A son pic d’intensité, on sent une certaine perte de maitrise sur le tournage, les choses commencent à dérailler en terme de rythme et la fatigue mentale du réalisateur et caméraman du film est palpable. Quoi de plus normal, puisque celui-ci doit depuis le début penser son cadrage, probablement être attentif à toute la logistique qui se met en place pendant le tournage pour que tout se passe correctement, subir la pression énorme de l’absence de droit à l’erreur, et en plus de cela donner la réplique à l’actrice principale. Pour ce qui est de ses répliques il serait logique de penser qu’elles ont été enregistrés en post-production, mais étant donné le manque d’implication émotionnelle surtout sur la fin, j’aurais tendance à penser que non, mais je peux bien sûr me tromper. C’est là que le film trouve sa plus grosse limite en terme d’immersion. Tant que le film ressemble à une émission normale c’est déstabilisant de réalisme, quand des portes commencent à claquer aussi, mais quand tout part magistralement en cacahuètes, le comportement de la caméra cesse de faire sens. Le calme olympien dont le cadreur fait preuve est une énorme porte de sortie du film, et après un tel boulot pour te mettre la tête dedans c’est regrettable. Reste que Night Shot est une très chouette découverte qui convainc bien plus qu’elle ne déçoit, de plus c’est un found footage excellent a une époque où on a un peu du mal à renouveler le genre et à lui donner du sens (l’affreux remake/suite de Blair Witch en 2016 est une date funeste dans son histoire), et une excellente raison d’attendre avec un œil attentif les prochaines exclusivités sur Shadowz.


Kevin

[CRITIQUE] : Night Shot

wallpaper-1019588
Margaret Qualley en vedette du premier long-métrage d'Ethan Coen ?
wallpaper-1019588
[C’ÉTAIT DANS TA TV] : #28. The Pretender
wallpaper-1019588
Premier trailer pour Sans Filtre de Ruben Östlund
wallpaper-1019588
Bande annonce VOST pour Les Banshees d'Inisherin de Martin McDonagh