Margaret Qualley en vedette de A Head Full of Ghosts signé Scott Cooper ?

Margaret Qualley en vedette de A Head Full of Ghosts signé Scott Cooper ?

(Foto: AFP/Matt Winkelmeyer/GETTY IMAGES)


Un thriller horrifique et psychologique, adapté du roman éponyme de Paul Tremblay.

Tranquillement mais surement, Scott Cooper est en train de se constituer ce qui est l'une des meilleures filmographies de ses quinze dernières années outre-Atlantique : Crazy Heart, Out of The Furnace, Strictly Criminal, Hostiles et tout prochainement Antlers, peu, très peu peuvent se targuer de faire aussi bien si ce n'est mieux.
Et alors qu'Antlers justement, devrait tout prochainement débarquer dans les salles US, le cinéaste devrait rester dans le giron de l'horrifique si l'on en suit le site Deadline ce soir.
En effet, il devrait mettre en scène le thriller horrifico-psychologique A Head Full of Ghosts, une adaptation du roman éponyme de Paul Tremblay, récompensé par le prix Bram Stoker.
Margaret Qualley devrait logiquement y incarner le rôle titre.
Le film suivra l'histoire de Merry Barrett, dont la sœur aînée âgée de 8 ans, montrera des signes d'une affliction indéterminée et terrifiante, qui déchirera lentement sa famille.
20 ans plus tard, Merry est confrontée à nouveau au passé traumatisant de sa famille lorsque Rachel, une journaliste au passé hanté similaire, s'intéresse à l'affaire concernant sa soeur, faisant revivre à Merry les souvenirs dévastateurs de son enfance...
Le film va passer par la case marché du film à la prochaine Berlinale.


wallpaper-1019588
Anne Hathaway en vedette de la comédie dramatique French Children Don’t Throw Food ?
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Dolemite is my name
wallpaper-1019588
Nouvelle image officielle pour No Time To Die de Cary Fukunaga
wallpaper-1019588
L'Art du Mensonge (2020) de Bill Condon
wallpaper-1019588
Antoinette dans les Cévennes
wallpaper-1019588
Séjour dans les monts Fuchun
wallpaper-1019588
Nouvelle bande annonce VOST pour Les Sept de Chicago signé Aaron Sorkin
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Enola Holmes