A couteaux tirés – 07/20

À couteaux tirés : AfficheDe Rian Johnson
Avec Daniel Craig, Chris Evans, Ana de Armas

Chronique : L’affiche, le pitch, les première minutes introductives ludiques et accrocheuses, tout laissait penser qu’avec A couteaux tirés nous étions en présence d’un bon vieux polar à l’ancienne, au charme suranné mais réconfortant des romans d’Agatha Christie et ses multiples rebondissements. Mais qui donc a tué Harlan Thrombey ? C’est malheureux, mais n’espérez pas vous faire surprendre par la réponse, Rian Johnson élimine bien vite tout suspense en révélant très tôt le coupable et se moquant avec cynisme du genre qu’il faisait mine d’emprunter (un peu comme il s’est moqué de la mythologie Star Wars dans Les Derniers Jedi). Oubliez alors le prometteur whodunit et l’amusant jeu de dupe qu’on était en droit d’attendre, il faut se contenter de suivre l’enquête aussi ennuyeuse que prévisible du détective Benoit Blanc (Daniel Craig, à pommettes tirées). Le scénario se concentre sur un arc simpliste gonflé artificiellement par un humour téléphoné plutôt que de travailler sur ses nombreux personnages et des intrigues complémentaires qui stimuleraient la curiosité de ses spectateurs avec des twists déroutants (qu’on guette souvent, en vain) et des révélations.
Un beau gâchis au regard de l’aguicheuses présentation de tous les protagonistes façon Cluedo et de la formidables brochettes d’acteurs qui les incarnent. Hélas, la plupart n’ont plus rien à jouer (ou à cacher) au bout d’une quinzaine de minutes. Un beau foutage de gueule dont on ne sauvera que la prestation de Ana de Armas, une jolie révélation. Et si vous recherchez l’allégorie sur la lutte des classes et la satire sociale, ne comptez pas trop sur A Couteaux Tirés, mais revoyez plutôt Godsford Park.

Synopsis : Célèbre auteur de polars, Harlan Thrombey est retrouvé mort dans sa somptueuse propriété, le soir de ses 85 ans. L’esprit affûté et la mine débonnaire, le détective Benoit Blanc est alors engagé par un commanditaire anonyme afin d’élucider l’affaire. Mais entre la famille d’Harlan qui s’entre-déchire et son personnel qui lui reste dévoué, Blanc plonge dans les méandres d’une enquête mouvementée, mêlant mensonges et fausses pistes, où les rebondissements s’enchaînent à un rythme effréné jusqu’à la toute dernière minute.


wallpaper-1019588
Le Grand Bazar
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Working Woman
wallpaper-1019588
[Cannes 2019] “Little Joe” de Jessica Hausner
wallpaper-1019588
L'Art du Mensonge (2020) de Bill Condon
wallpaper-1019588
Ryan Gosling en vedette de The Hail Mary, adapté du roman éponyme d’Andy Weir ?
wallpaper-1019588
Projet pour un nouveau site cinéphile !
wallpaper-1019588
Craindre que écrire blesse l’autre
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Bloodshot