Brooklyn Affairs (2019) de Edward Norton

Second film en tant que réalisateur pour Edward Norton, des années après sa comédie romantique "Au Nom d'Anna" (2000) et de nombreuses années avant de pouvoir finaliser son projet. Encouragé par son ami Toby Emmerich, producteur, il a eu des difficultés à réunir le budget mais surtout il a connu une panne d'inspiration. Toujours encouragé par son ami il y ait enfin arrivé, et produit par Warner dont le patron est devenu en 2018 un certain... Toby Emmerich ! La chance tourne... Norton, dont la dernière apparition au cinéma n'en est pas vraiment une en incarnant le personnage Nova dans "Alita : Battle Angel" (2019) de Robert Rodriguez, assume plusieurs casquettes en étant producteur-réalisateur-scénariste-acteur de son film adapté du roman "Motherless Brooklyn" (1999) de Jonathan Lethem. Le réalisateur-scénariste a toutefois modifié l'époque, le roman se déroule en 1999 mais Norton a choisi de transposé l'histoire dans les années 50 : "C'est une période au cours de laquelle les choses changeaient. On associe souvent New-York à une ville libérale, progressive et cosmopolite. Mais dans les années 50, il y avait énormément d'anti-démocratie, de racisme, ce qui a eu un important impact sur le reste du siècle, jusqu'à aujourd'hui. Et je crois que choisir cette période m'a permis d'évoquer ce qui se passe aujourd'hui sans en parler directement."...

Brooklyn Affairs (2019) de Edward Norton

En 1954, Lionel Essrog est atteint d'un syndrôme de la Tourette mais il a pu s'en sortir en devenant détective privé grâce à son mentor Frank Minna. Quand celui-ci est tué Essrog va tenter de comprendre et de trouver les coupables avant de comprendre que l'homme le plus puissant de la ville est compromis... Essrog la Tourette est donc incarné par Edward Norton lui-même, et retrouve pour une courte apparition son partenaire Bruce Willis après "Moonrise Kingdom" (2012) de Wes Anderson, Norton retrouve également le toujours excellent Willem Dafoe après "The Grand Budapest Hotel" (2013) de Wes Anderson tandis que Willis se retrouve au même générique que Alec Baldwin après "Code Mercury" (1998) de Harold Becker. Citons également Bobby Cannavale une nouvelle fois dans un film de gangster après "The Irishman" (2019) de Martin Scorcese, Leslie Mann vue récemment dans "Bienvenue à Marwen" (2019) de Robert Zemeckis, et surtout Gugu Mbatha-Raw remarquée surtout pour ses performances dans (2014) de Amma Asante et "Free State of Jones" (2016) de Gary Ross. A noter que Edward Norton a dû particulièrement apprécier ses passages chez Wes Anderson, outre ses stars en têtes d'affiches on remarque aussi l'acteur Fisher Stevens qui était à l'affiche avec Nortont sur les films "The Grand Budapest Hotel" (2013) et "L'Ile aux Chiens" (2018) tous deux de Wes Anderson... Edward Norton a souhaité soigné la reconstitution jusqu'à nous rappeler l'iconographie du film noir, et notamment avec New-York en toile de fond. On peut penser à "Chinatown" (1975) de Roman Polanski ou encore à "L.A. Confidential" (1997) de Curtis Hanson dans le genre, mais le film de Norton ne tient pas la comparaison ! Si la reconstitution est effectivement soignée, avec une belle mise en avant de l'ambiance jazz le film reste trop soigné, c'est-à-dire pas assez noir, pas assez sale dans le sens premier du terme, tout y est beaucoup trop propre jusque dans les quartiers les plus défavorisés.

Brooklyn Affairs (2019) de Edward Norton

On ne sent pas la misère ni la violence, tout y est trop sage. Malgré tout on plonge dans cet univers mystérieux qui rappelle la belle époque des Phillip Marlowe et Mike Hammer avec une intrigue parfaitement ficelée et un suspense qui tient la dragée même si on a connu mieux. Mais malheureusement, arriver au dénouement on se dit tout ça pour ça ! En effet, même si c'est dans le contexte d'une époque où la ségragation est forte, le film ne la montre jamais franchement, et surtout un homme aussi puissant que nous l'est montré ce Moses Randolph serait embarrassé de ce dossier compromettant mais de là à paniquer il y a une marge ! En conclusion, le film est agréable à regarder, l'intrigue prenante bien qu'ayant un dénouement décevant, des acteurs excellents et une atmosphère bien rendue. Un bon moment mais qui sera vite oublié face aux chefs d'oeuvres du genre.

Note :

Brooklyn Affairs (2019) Edward NortonBrooklyn Affairs (2019) Edward Norton

wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Lara Jenkins
wallpaper-1019588
[Mostra de Venise 2019] Palmarès Officiel Complet
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Dolemite is my name
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #63. Lethal Weapon 3
wallpaper-1019588
Eurovision Song Contest : The Story of Fire Saga, l’hommage vire au désastre
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #86. The Fan
wallpaper-1019588
Reflets du Cinéma Ibérique et Latino-américain, du 16 au 30 septembre 2020
wallpaper-1019588
FESTIVAL DU FILM JEUNE DE LYON du 18 septembre au 2 octobre 2020