Les Misérables, critique en banlieue

Les Misérables, critique en banlieue

Prix du jury au dernier Festival de Cannes, les Misérables de Ladj Ly est presque unanimement salué et laisse le public comme la critique sous le choc. Et c’est bien normal tant il montre avec justesse la banlieue prête à s’embraser.

Les Misérables, critique en banlieueMembre du collectif Kourtrajmé, Ladj Ly a mis le temps pour proposer son premier long métrage. Mais parfois, le temps donne de la valeur et de la maturité au projet et c’est bien ce qu’y gagne le réalisateur avec les Misérables qui cite bien entendu comme il se doit Victor Hugo.

Le réalisateur y montre la banlieue dans laquelle il a grandi et ne va pas forcément prendre parti pour faire son état des lieux. La France vient de gagner sa seconde étoile sur son maillot de foot et l’été est chaud … si chaud qu’il suffirait d’une étincelle pour que tout s’embrase dans les cités où règnent la misère et les trafics. Un vol de lion et une bavure filmée par drone et tout peu déraper.

Pour s’adresser à tous les publics, le réalisateur prend judicieusement le point de vue d’un nouveau flic débarqué de province qui découvre les méthodes de la BAC tentant de se faire respecter à Montfermeil. Devant notamment faire équipe avec un officier brutal et raciste, il apprend comment les trafic et un semblant de calme sont gérés avec quelques pontes charismatique du quartier. Il y  a le « maire » , mais le gérant d’un restaurant, ancien délinquant, qui arrivent à maintenir une relative paix dans le quartier… à moins d’arriver à un point de non retour.

Les Misérables, critique en banlieue

Ainsi cette première journée faite de rencontres et d’une enquête pour retrouver un lionceaux volé à des gitans menant à une bavure policière nous font à la fois découvrir comment ce quartier est géré avec les moyens du bord et des compromis dans un système complexe corrompu. Ici il ‘y a pas de gentils ou de méchants mais seulement des gens qui essaient de s’en sortir et d’autres qui en profitent.
C’est dur et réaliste mais ce n’est rien par rapport à ce qui nous attend dans la dernière partie du film qui crée une tension énorme tout en nous laissant dans l’interrogation totale.

Les Misérables, critique en banlieue

Victor Hugo dans la cité

En effet, si le film s’était arrêté sur la première journée, cela aurait été un simple état des lieux qui ne nous aurait pas plus interpellé qu’un énième film de banlieue ou reportage vu à la télé. Mais avec ce dernier acte, Ladj Ly transforme son film en manifeste de cinéma brutal et sous tension qui laisse dans l’expectative et nous dit clairement … « maintenant qu’on en est là, on fait quoi ? » Une question posée à la société qui sait maintenant que la réponse sera complexe.

Les Misérables, critique en banlieue

Ajoutez à cela une véritable maîtrise de la mise en scène qui ne fait pas dans le cliché du reportage caméra à l’épaule. Au contraire, en ajoutant aussi à son dispositif le drone qui est un enjeu dramatique du film, il montre aussi une prise de hauteur sur l’image qu’on peut avoir de la banlieue, donnant alors au film une plus grande ampleur et une lecture presque romanesque de cette journée d’immersion.

Les Misérables, critique en banlieue

Bref, avec Les Misérables, Ladj Ly offre un premier film coup de poing particulièrement réussi et qui invite au débat. Son succès en salles n’en est que plus mérité.


wallpaper-1019588
Isn't It Romantic (2019) de Todd Strauss-Schulson
wallpaper-1019588
Paradox (2017) de Wilson Yip
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : La Malédiction de la Dame Blanche
wallpaper-1019588
LES PLUS BELLES ANNÉES D’UNE VIE (Concours) 5 places de cinéma à gagner
wallpaper-1019588
Toby Onwumere au casting de Matrix 4 signé Lana Wachowski ?
wallpaper-1019588
Home Alone : Archie Yates en vedette du remake/reboot pour Disney Plus ?
wallpaper-1019588
Trailer final pour le thriller Antlers de Scott Cooper
wallpaper-1019588
Nouvelle affiche VF pour Underwater de William Eubank