[CRITIQUE] : The Irishman

[CRITIQUE] : The Irishman
Réalisateur : Martin Scorsese
Acteurs : Robert De Niro, Al Pacino,  Joe Pesci, Harvey Keitel, Ray Romano, Bobby Cannavale,...
Distributeur : Netflix France
Budget : -
Genre : Thriller, Biopic.
Nationalité : Américain.
Durée : 3h29min.
Synopsis :
La vie de Frank "The Irishman" Sheeran, soupçonné d'avoir fait disparaitre le dirigeant syndicaliste Jimmy Hoffa en 1975.

Critique :
Moins définitif que #Goodfellas, #TheIrishman est un fantastique et mélancolique film de gangsters, une oeuvre vibrante sur le temps qui passe, la moralité et la mortalité, ou Scorsese converse avec son propre cinéma et laisse un casting 4☆ voler chacun à leur tours les scènes. pic.twitter.com/Vls1wiFaNh— FuckingCinephiles (@FuckCinephiles) October 18, 2019

Tout n'est qu'une question de temps dans The Irishman, celui que l'on conte avec une nostalgie certaine, celui que l'on filme avec une sérénité et une lenteur enivrante, celui qui nous échappe sans que l'on ne puisse rien y faire mais surtout celui qu'il nous reste face à la dure réalité de la vie, celui qui implique que l'on doit faire le point et se préparer à la fin de tout. 

Les parallèles entre l'histoire et ceux qui l'animent sont donc légion, que ce soit devant ou derrière la caméra, une impression vite renforcée par l'explosion du quatrième mur et le renforcement d'une intimité rarement aussi palpable chez le papa de Taxi Driver, qui semble presque usé de l'histoire de Frank Sheeran pour parler de lui et de converser avec son propre cinéma, son dernier essai n'ayant aucune peine à s'inscrire instinctivement aux côtés de ses grandes fresques mafieuses que sont Mean Street, Les Affranchis, Casino et Les Infiltrés
[CRITIQUE] : The Irishman

Ce qu'il y a d'impressionnant, au-delà des modifications/rajeunissements numériques, c'est la force qu'à Scorsese de nous faire ressentir le poids des années à chacune de ses scènes, chaque année de carrière à travers les performances de ses comédiens au diapason, ou même dans sa propre mise en scène, plus contemplative qu'à l'accoutumée -  voire même profondément méditative -, qui bascule habilement entre les époques, utilisant la voix de son héros (pas toujours fiable, gangster oblige) pour rendre ses sauts harmonieux. 

En terrain connu et conquis, le film s'attache aussi bien à raconter la vie rocambolesque et corrompue de Sheeran, qu'à suivre les rythmes familiers de ses films : une plongée dans le destin bigger than life d'un " étranger " (ici irlandais), pris sous l'aile d'un associé italien de sang pur, qui va devenir un homme de main pondéré n'ayant aucun frémissement face à la mort (quand il faut la donner, mais pas l'accueillir), connaissant un succès dans le crime qui n'aura d'égale que sa chute désespérée.
On le sait depuis toujours, le Marty s'est imposé par la force de sa caméra comme l'ange humanisant des gangsters et des hommes violents, des bourreaux magnifiés dans un tourbillon de balles, de sang et de codes d'honneur silencieux.
Et s'il n'a jamais eu peur de se laisser aller à une explosion de violence brutale et réaliste pour les iconiser, rarement il n'avait autant laissé son cinéma se balader vers un humour aussi ravageur (excepté pour le récent Le Loup de Wall Street), mais surtout vers une introspection poétique de la notion moralité et de la mort, conversant avec elle avec sincérité, ajoutant dès lors une nouvelle couche intime et personnelle à une oeuvre déjà habillé pour l'hiver, et dont la durée conséquente - trois heures trente - passe à une vitesse folle, comme une vie sous le regard d'un homme au crépuscule de son existence.
[CRITIQUE] : The Irishman

Contre toute attente, The Irishman réussit la prouesse folle d'être autant un film de gangsters violent qu'un étonnant road movie comique et dramatique, à la richesse foisonnante, où les 3h30 file à une vitesse folle, comme l'existence pour un homme au crépuscule de ses derniers jours.Une véritable immersion dans la vie d'un vieil homme fascinant, aussi riche que celles que peut nous offrir un Clint Eastwood des grands jours, façon peinture baroque d'une petite histoire dans la grande, l'intersection du crime et de la politique, de l'histoire de la mafia dans celle de l'Amérique, convoquant cinq décennies d'événement  (de l'ascension de Castro à Cuba en passant par l'assassinat de JFK, les soulèvements populaires, les guerres,...), à tel point qu'il semble tout dire tout en manquant le temps de s'attacher pleinement à tous ses personnages, manquant de pellicule pour en développer certains (ceux de Keitel et Cannavale en tête) voire même étrangement de volonté pour d'autres (les figures féminines).Et c'est peut-être là, sans doute, le plus grand défaut de The Irishman, délaisser les épouses, les amies et les mères de cette immense fresque, là ou le cinéaste leur réservait un espace considérable et vitale par le passé, de véritables piliers narratifs aux performances indélébiles (Lorraine Bracco dans Les Affranchis et Sharon Stone dans Casino en tête).Mais qui dit ultime tournée du grand duc, dit indubitablement que tous les invités s'alignent face à l'importance de l'événement, pour réciter leurs plus belles prestations.Si Al Pacino n'a plus été aussi habité depuis Any Given Sunday (soit... vingt ans), jouant de l'expressivité gargantuesque de son jeu avec une telle malice que son Jimmy Hoffa à des traits de ressemblances frappants avec Vincent Hanna (Heat forever), et que De Niro surnage en offrant une humanisation complète à une âme impitoyable, effrayé dans ses vieux jours par le silence sombre de la mort, c'est peut-être la performance étonnante de retenue de l'immense Joe Pesci, qui impressionne le plus.Tout en contrôle, calme et patient là ou il était tout simplement odieux et nerveux dans Les Affranchis et Casino, un versant qu'on ne lui connaissait pas, mais qui lui va à la perfection.


[CRITIQUE] : The IrishmanTel le récent Once Upon a Time in... Hollywood, qui faisait lui aussi la part belle aux joutes verbales prenantes (le duo Sheeran/Hoffa peut se voir comme une version troisième âge du tandem Booth/Dalton), la péloche est mué par un profond respect du passé, où le souvenir est un trésor perdu pétri de regret, capté par un regard hautement contemplatif et nostalgique.The Irishman ou un grand film sur l'âge, les péchés, la solitude et les regrets qui vont avec sur des criminels égoïstes que le cinéaste prend le temps de juger par lui-même, en laissant primer ses principes malgré les contraintes évidentes d'une grosse production friquée, la marque d'un auteur qui se bat éternellement pour créer des films vibrants. Sans doute le seul à être encore capable de le faire aujourd'hui à Hollywood, avec Clint Eastwood.Jonathan Chevrier[CRITIQUE] : The Irishman

wallpaper-1019588
Les ciné-concerts, ça vaut quoi ?
wallpaper-1019588
[Mostra de Venise 2019] “Gloria Mundi” de Robert Guédiguian
wallpaper-1019588
Le Grand Bazar
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Glass
wallpaper-1019588
Nicolas Cage en... Nicolas Cage pour The Unbearable Weight of Massive Talent ?
wallpaper-1019588
Bande annonce VF pour Manhattan Lockdown de Brian Kirk
wallpaper-1019588
Bacurau
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #35. Speed