Matthias et Maxime

Matthias et Maxime

Xavier Dolan nous revient pour la deuxième fois cette année. Et après son semi-échec en terre hollywoodienne, le réalisateur prodige filme ici la jeunesse canadienne. Thème éculé par de nombreux cinéastes, Dolan nous propose ici sa sauce made in Québec. Et en filmant une bande de potes, on retrouve la patte de Claude Sautet ou encore de Denys Arcand. 

Situons un peu l'histoire en quelques mots :  deux amis d'enfance, Matthias et Maxime (le dernier étant joué par le metteur en scène himself) s'embrassent pour les besoins d'un court-métrage réalisé par la soeur d'un de leurs copains. Suite à ce baiser anodin, un doute s'installe ; les deux garçons vont être alors confrontés à leurs préférences, bouleversant leur cercle social et par-là leurs existences. 

Film mineur dans la filmographie de Xavier Dolan, Matthias et Maxime est pourtant un long-métrage qui revient à l'essence pure de son cinéma : à savoir l'amour à l'âge de tous les possibles. Oui, car Dolan a maintenant 30 ans et huit films à son actif dont plusieurs passés à Cannes. Et ce dernier filme comme personne un de ses thèmes fétiches : l'homosexualité naissante matinée d'amitié. Même si le tout s'avère trop long, on aime pourtant voir un cinéaste qui mélange à la fois du Mozart et du Britney Spears dans sa mise à scène. Car après tout, c'est bien ça Xavier Dolan, un réalisateur qui ose mêler différents genres de musiques pour former une belle bande-originale pop acidulée. 

Outre ses effets musicaux, on retiendra également le goût du metteur en scène pour le maniérisme. Il filme en effet cette bande d'amis parlant à un débit mitraillette un franglais ou plutôt vrai québécois hilarant avec de jolis ralentis ou encore des accélérations bien senties. Les ralentis sont de sorte la marque de fabrique de Dolan même si ici la musique ne les accompagne pas toujours. 

En bref, Matthias et Maxime outre ses effets de mise en scène est la chronique d'un baiser entre deux amis. Un baiser qui va chambouler leurs conventions sociales. Un baiser qui montre que la frontière entre l'amitié et l'amour est si mince dans un cercle d'amis. Ce baiser nous amènera vers un délicat moment d'intimité entre les deux garçons où la tension érotique est plus que palpable. 

Pour finir, on peut dire que Xavier Dolan n'a décidément aucun mal à faire un film, même à plus petit budget comme celui-ci. Il dit d'ailleurs à ce propos que cet opus conclut une époque, celle où on se fait des amis et où on se questionne sur la place que l'on a dans la société. Matthias et Maxime est alors ce petit film dans la filmographie d'un réalisateur au grand talent.

En une phrase : simple, tendre et attachant à l'envi. Quoique une dernière demi-heure un peu longuette mais la fin si prometteuse gomme toute iniquité. Alors à bientôt pour un nouveau film, tabernacle !  

Matthias et Maxime
Partager cet article
Repost 0

wallpaper-1019588
Les ciné-concerts, ça vaut quoi ?
wallpaper-1019588
[Mostra de Venise 2019] “Gloria Mundi” de Robert Guédiguian
wallpaper-1019588
Le Grand Bazar
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Glass
wallpaper-1019588
Nicolas Cage en... Nicolas Cage pour The Unbearable Weight of Massive Talent ?
wallpaper-1019588
Bande annonce VF pour Manhattan Lockdown de Brian Kirk
wallpaper-1019588
Bacurau
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #35. Speed