Le Convoyeur : Guy Ritchie à la réalisation et Jason Statham en vedette du remake US ?

Le Convoyeur : Guy Ritchie à la réalisation et Jason Statham en vedette du remake US ?

James Mccauley/Shutterstock

Un remake produit par Miramax, qui marquerait les retrouvailles du duo quatorze ans après Revolver...


Dans la catégorie " on savait qu'une idée de remake traînait mais on ne savait pas quand ça allait se concrétiser ", celui du remake US du solide thriller frenchy Le Convoyeur de Nicolas Boukhrief, se posait bien là, tant est si bien qu'on ne l'attendait pas comme des malades non plus... jusqu'à ce soir.

En effet, le site Variety assure que ce serait rien de moins que Guy Ritchie himself qui se chargerait de la mise en scène, et qu'il dirigerait l'un de ses comédiens chouchous Jason Statham, dans le rôle-titre !

Produit par Miramax, le film suivra les aventures d'un homme mystérieux (Statham donc, en mode Dupontel) qui travaille pour une entreprise de camions blindés chargée de déplacer des centaines de millions de dollars chaque semaine autour de Los Angeles.

Pour rappel, voici le pitch du film original, sortie en 2004 :

" Petite société de transport de fonds, la compagnie Vigilante est en pleine crise, victime de trois violents braquages dans l'année qui n'ont laissé aucun survivant. C'est dans ce contexte difficile qu'un homme, Alexandre Demarre, se présente un matin au centre-fort de Vigilante pour entamer sa première journée de travail. Chômeur, flic, braqueur... Qui est cet individu et que cherche-t-il ? "
Le Convoyeur : Guy Ritchie à la réalisation et Jason Statham en vedette du remake US ?

wallpaper-1019588
Nouvelle image officielle pour No Time To Die de Cary Fukunaga
wallpaper-1019588
César 2020 : Le palmarès
wallpaper-1019588
Mississippi Burning
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : J’ai perdu mon corps
wallpaper-1019588
La Grande attaque du train d'or
wallpaper-1019588
Bande annonce VOST pour Tyler Rake (Extraction) de Sam Hargrave
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS À MES 80ϟs] : #110. Victory
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Togo