Ad Astra (2019) de James Gray

Nouveau film de James Gray qui s'essaie à la SF après avoir offert quelques pépites dans le drame policier ou historique comme dans "Little Odessa" (1994), "The Yards" (2000), "La Nuit nous Appartient" (2007), "Two Lovers" (2008), "The Immigrant" (2008), "The Lost City of Z" (2016). Le réalisateur devait à l'origine tourné ce dernier film avec un certain Brad Pitt, mais un problème de planning contraint la star a laissé sa place à Charlie Hunman tout en restant producteur. Après quelques années donc, le cinéaste a trouvé son projet de film avec Brad Pitt, en étant également tous les deux co-producteurs. L'idée du film a été inspiré par les recherches du Prix Nobel de physique Enrico Fermi : "J'ai trouvé cela très alarmant et je me suis demandé : que se passerait-il si vous vous retrouviez perdu dans l'espace, avec rien à perdre ? Il n'y a pas de limite lorsque l'on expérimente. J'ai alors pensé au livre de Joseph Conrad, "Au Coeur des Ténèbres", et au film "Apocalypse Now". L'idée est venue de là, du livre et de l'envie de développer l'atmosphère des missions Apollo et Mercury."...

Ad Astra (2019) de James Gray

Le réalisateur-scénariste a ajouté également une réflexion peu exploitée dans la SF voir même inédite, à savoir pas d'extraterrestres dans le reste de l'univers : "Et si, en fait, il n'y avait rien ? Et si ce n'était qu'un grand vide là-haut ? J'étais soucieux d'explorer l'idée que, en tant qu'êtres humains, nous ne sommes pas faits pour aller dans l'espace. (...) Et en y réfléchissant, je crois bien ne jamais avoir vu un film qui présentait l'hypothèse que nous sommes seuls."... Il paraît alors évident que le titre du film sera "Ad Astra", expression latine qui veut dire "vers les étoiles", mais qui fait aussi référence à la NASA puisqu'il s'agit du nom de leur magazine officiel, et renvoie au genre de voyage initiatique dans un environnement hostile comme dans le roman de Joseph Conrad adapté pour devenir "Apocalypse Now" (1979) de Francis Ford Coppola... Vers 2120, un astronaute part en mission à la recherche de son père disparu depuis de nombreuses années et pour résoudre un mystère sur lequel repose la survie de l'humanité et ce à quoi elle croit... Le personnage principal est évidemment incarné par la star Brad Pitt qui est encore à l'affiche de l'excellent "Once Upon a Time... in Hollywood" (2019) d Quentin Tarantino. A ses côtés on retrouve deux vétérans, Tommy Lee Jones pas vu depuis "Mechanic Resurrection" (2016) de Dennis Gansel et Donald Sutherland qui se retrouvent après une autre mission spaciale dans "Space Cowboys" (2000) de et avec Clint Eastwood. Côté atout charme il y a l'épouse jouée par la trop rare Liv Tyler dont le seul film de ces cinq dernières années est "Widling" (2018) de Fritz Böhm, puis on peut citer la présence des actrices Kimberly Elise vue dans "Death Wish" (2018) de Eli Roth et surtout Ruth Negga qui retrouve Brad Pitt après (2013) de Marc Forster et qu'on avait surtout remarqué dans (2017) de Jeff Nichols... Au vu du speech on pense en toute logique à quelques classiques dont les plus évidents que sont "2001 l'Odyssée de l'Espace" (1968) de Stanley Kubrick, "Interstellar" (2014) de Christopher Nolan et dernièrement (2018) de Damien Chazelle. Dès les premières minutes cela se confirme, au fil du récit on pense à chacun deces trois films à différents niveaux. Via ce nouvel univers James Gray aborde son sujet de prédilection, la famille séparée, ici un astronaute profite à l'insu de son plein gré d'une mission qui pourrait lui permettre de revoir son père disparus depuis des années. Le scénario semble assez classique par contre, loin des desideratas philosophiques chez Kubrick ou Nolan, ce qui va se confirmer jusqu'à ces deux passages complètement alimentaires.

Ad Astra (2019) de James Gray

Deux scènes d'action superflues, qui ne semblent là que pour "muscler" un peu cette histoire de quête spaciale. Avec ces deux scènes on se dit que le réalisateur n'est pas plus inspiré que ça finalement. Et pourtant, l'idée du cinéaste, ce fantasme du néant est intéressant et original, bien qu'erroné puisqu'aujourd'hui on sait que des traces de vie existent notamment sur Mars justement ; preuve en soi que James Gray se prend un peu les pieds dans la tapis, car il accepte cette donnée mais pas d'aller plus loin ?! Idéologie peu cohérente en soi... Sur le fond, le récit repose avant tout sur l'amour filial père-fils, et par ricochet le message éculé de l'amour est plus fort que tout. Au vu des chefs d'oeuvres du genre on reste forcément sur notre faim. Heureusement, l'intensité de jeu de Brad Pitt et son lien avec Tommy Lee Jones offres quelques émotions et, surtout, l'esthétique du film est à couper le souffle avec une photographie éblouissante. Une mise en scène inspirée en prime, ce qui fait que la forme sauve le fond. James Gray reste un des plus grands réalisateurs de ces 30 dernières années mais avec la SF il signe son premier film décevant. La plus grande déception 2019 à ce jour tant ce réalisateur devait nous offrir plus.

Astra (2019) James GrayAstra (2019) James Gray

wallpaper-1019588
Mort de Franco Zeffirelli
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Working Woman
wallpaper-1019588
Shazam !
wallpaper-1019588
Écouter le Cinéma
wallpaper-1019588
Willem Dafoe au casting de Nightmare Alley signé Guillermo Del Toro ?
wallpaper-1019588
Ryan Reynolds en vedette de la comédie Imaginary Friends signée John Krasinski ?
wallpaper-1019588
[AVIS] Maléfique: Le Pouvoir du mal, mais pas trop non plus !
wallpaper-1019588
Le Maître d'Armes