Le Duel #8 : Once Upon a Time… In Hollywood

Le Duel est une rubrique en partenariat avec Le Drenche. Chaque vendredi chez eux, et chaque samedi ici, deux rédacteurs de Ciné Maccro confrontent leur avis, positif ou négatif, sur un film ! Once Upon a Time... In Hollywood, film américano-britannique sorti en 2019 et réalisé par Quentin Tarantino, avec Brad Pitt, Leonardo DiCaprio, Margot Robbie, Kurt Russell, Al Pacino, Damian Lewis, Margaret Qualley... Synopsis : En 1969, la star de télévision Rick Dalton et le cascadeur Cliff Booth, sa doublure de longue date, poursuivent leurs carrières au sein d'une industrie qu'ils ne reconnaissent plus.

Le pour

D'une cathartique Cité des Anges

Au crépuscule d'une éclectique carrière cinématographique dont il constituerait l'avant-dernier maillon, Once Upon a Time... In Hollywood, plus qu'un simple hommage à la Cité des Anges dans laquelle a grandi son réalisateur Quentin Tarantino, a tout de l'oeuvre ultime, du film-somme, où le cinéaste opère une délicate introspection pour un film que le temps, seul juge, retiendra à coup sûr comme l'un de ses plus grands coups d'éclat.

Convoquant le fantôme nostalgique de Jackie Brown autant que l'esprit farceur et manipulateur de l'Histoire d' Inglourious Basterds, Once Upon a Time... In Hollywood s'avère être, dans bien des aspects, la vision globale d'un réalisateur sur son propre travail. Si The Hateful 8, son précédent film, semblait être son pinacle stylistique, celui-ci pourrait en être le penchant thématique, tant le cinéaste, comme frappé de la plus extraordinaire plénitude, semblait conscient de la diversité de son style et tendait à en faire ici une synthèse, entre folie violente et sanguinolente, ici bien plus contenue et donc jouissive, et rythme délicat, à la limite du contemplatif sur un Hollywood fantasmé. Dans la forme, il pourrait s'agir du Tarantino le plus singulier, tant celui-ci n'a que trop rarement habitué à pareille lancinance, posant un regard attendri sur une époque charnière à Hollywood et dans la société américaine.
Attendri, mais pas naïf ! Traçant en filigrane les déambulations erratiques d'un acteur (Leonardo DiCaprio, rarement aussi impressionnant, ce qui n'est pas peu dire) et de son cascadeur (Brad Pitt) dans un Hollywood en plein rejet de son âge d'or, le tout engoncé dans une trame de fond à l'évidente gravité (l'assassinat de Sharon Tate par la Manson Family le 9 août 1969), Quentin Tarantino narre avant tout la fin d'une utopie, le retour à une morne réalité, les années 70 qui s'annoncent étant alors à tout point de vue, autant pour Hollywood que pour l'Amérique, unique.

Et c'est là que le style Tarantino fera des merveilles : de cette reconstitution splendide d'un Hollywood d'antan, il en fait le théâtre d'une épopée métaphysique où le pouvoir fictionnel accroît son impact sur notre réel, rappelant le pouvoir cathartique d'un Art décuplant son impact émotionnel. Regarder Once Upon a Time... In Hollywood, c'est admirer un cinéaste dont la flamboyante carrière l'a mené vers le prodigieux exploit de l'introspection filmique, la capacité à mixer son style et ses influences dans une oeuvre aux allures de requiem, constituant, peut-être, l'aboutissement d'une passionnante et remarquable filmographie.

le contre

Le sang et la rouille

Attendre un Tarantino, c'est attendre une madeleine d'un cinéphile, une oeuvre d'un cinéaste qui nous laisse assurément pas indifférent. Mais parfois, ce qu'on espère aduler se retourne contre nous, et le cinéaste talentueux accouche de l'oeuvre insignifiante.

Qu'est-il arrivé à Tarantino ? Lui qui nous offre un cinéma si flamboyant d'habitude, semble ici bien terne. En greffant un axe sur Sharon Tate aussi miteux qu'inutile, le réalisateur alourdit son film qui avance sur un faux rythme. On peut noter aussi une évolution par à-coups (la dépression de Rick en une scène semble totalement factice) de ces personnages principaux, dont le développement est noyé par un flot de personnages inutiles qui ne servent qu'à assouvir son envie d'un casting trop gros pour la réussite du film (prendre Al Pacino pour une scène et demie, quelle hérésie). Couplant cela à une mise en scène sans âme, à la succession à la gerbe de plans sur chevilles, à une bande-originale insignifiante et mal intégrée, où les hommages chers à QT ne sont ici qu'une liste mal intégrée.

Qu'est-il arrivé à Tarantino ? Avec Les Huit Salopards, le réalisateur semblait se diriger vers un cinéma moins explosif, plus mature. Once Upon a Time in Hollywood est dans le prolongement ; fini le sang à foison, place à un cinéma plus poétique. Les intentions sont louables, mais l'exécution n'y est presque pas : en réalisant une lettre d'amour à une ville, une époque et au cinéma, Tarantino se prend les pieds dans le tapis et nous donne la sensation d'un film lambda, indigne de son talent. Alors bien sûr, il reste des décors somptueux, un montage magnifique et un duo DiCaprio/Pitt qui met à l'amende nombre de leurs collègues ; mais avoir sous la dent trois grandes scènes et quelques belles phrases semble bien léger face à un tel géant. La poésie est tracée en filigranes, l'amour cinéphilique du réalisateur transpire le film, mais les trop nombreuses faiblesses minent les belles promesses de départ de ce Tarantino bien mineur. En délaissant le sang, QT saisit la rouille et laisse un goût de déception dans la bouche des spectateurs. Espérons désormais que ce n'est qu'une erreur de parcours...

bande-annonce

wallpaper-1019588
[Cannes 2019] “Little Joe” de Jessica Hausner
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Working Woman
wallpaper-1019588
Isn't It Romantic (2019) de Todd Strauss-Schulson
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : J’ai perdu mon corps
wallpaper-1019588
Affiche US pour The Irishman de Martin Scorsese
wallpaper-1019588
Affiches personnages VF pour À Couteaux Tirés de Rian Johnson
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS NON PLUS À MES 90ϟs] : #1. Titanic
wallpaper-1019588
Shonda rhimes : la structure en 5 actes