Le Roi Lion (2019) de Jon Favreau

Dans la lignée des auto-remakes en prise de vue réelle de ses Classiques entamés avec "Alice au Pays des Merveilles" (2010) de Tim Burton, il n' y a rien de surprenant à voir ce nouveau Roi Lion arrivé, après le plus gros succès Disney "Le Roi Lion" (1994) de Roger Allers et Rob Minkoff le risque est inexistant et le succès mondial assuré pour le studio aux Grandes Oreilles. Aux commandes on retrouve Jon Favreau, acteur connu comme Happy Hogan chez Marvel mais aussi réalisateur de (2008), "Cowboys et Envahisseurs" (2011), et surtout d'un autre auto-remake Disney avec l'excellent "Le Livre de la Jungle" (2016). cette nouvelle adaptation est signée du scénariste Jeff Nathanson qui a déjà collaboré notamment avec Steven Spielberg sur "Arrête-Moi Si Tu Peux" (2002), "Le Terminal" (2004) et "Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal" (2008).

Le Roi Lion (2019) de Jon Favreau

Autrement on peut citer les quelques rares artistes de retour 25 ans après, le comédien James Earl Jones pour la voix de Mufasa, le compositeur Hans Zimmer, et les auteurs Elton John et Tim Rice, mais aussi Jean Reno en VF pour Mufasa. La première chose qui frappe c'est la qualité encore exceptionnelle et inouïe des effets spéciaux et une reconstitution unique, c'est indéniablement un émerveillement pour les yeux. Ensuite on constate quelques "innovations" comme des noms qui changent (les hyènes portent des noms en swahili cette fois), et il y a une modification judicieuse, en toute logique, comme Timon le suricate qui ne courent plus à deux pattes (chose impossible sauf dans l'animation féérique de 1994). Mais, à tout bien y regarder, Disney s'est évertué à limiter au maximum la prise de risque et n'ose aucun réelle remise en cause et aucune réelle originalité. En effet le film est à 95% un simple copié-collé du film originel ! Pour info jeter un oeil ICI !... Mais on est aussi déçu par le manque d'impact du "prise de vue réelle", les effets spéciaux sont omniprésents, on ne décèle pas les paysages "réels" car la CGi prend toute la place jusqu'au faciès (gueule plutôt !) qui sont très peu expressifs ce qui retire la puissance émotionnelle et donne la sensation d'être encore un film d'animation.

Le Roi Lion (2019) de Jon Favreau

Bref, quasi plan par plan on se demande pourquoi refaire un film si ce n'est pas pour offrir du neuf et/ou de la densité à une aventure qui est déjà universellement connue ! Zéro ambition donc qui repose essentiellement sur la performance technique le reste étant finalement assez vain. Par contre Jon Favreau prend son temps, étire les scènes et crée un rythme bizarre entre ennui et épopée. Mais l'histoire reste si présente dans le coeur du public que Disney s'est reposé sur ses lauriers en se reposant sur l'efficacité alliant mythe du film de 1994 et les effets spéciaux de 2019. C'est beau, c'est fort mais c'est creux et d'une flemmardise scandaleuse. Sur ce série de films on peut dire que "Le Roi Lion" est aussi peu inventif que le "Cendrillon" (2015) de Kenneth Branagh, on aurait préféré un objectif plus proche de "Le Livre de la Jungle" (2016) voir même . D'un point de vue financier, super bien joué, Disney sait que son public est composé de moutons et/ou d'enfants de tous les âges sur lesquels la nostalgie fera de toute façon son effet.

Note :

Lion (2019) FavreauLion (2019) Favreau

wallpaper-1019588
Première bande annonce VF pour Unicorn Store de et avec Brie Larson
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Colette
wallpaper-1019588
First Man - Le premier homme sur la Lune
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Nicky Larson Private Eyes
wallpaper-1019588
Affiche US pour Noelle de Marc Lawrence
wallpaper-1019588
Affiche US pour le live-action La Belle et le Clochard de Charlie Bean
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Les Baronnes
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Late Night