[CRITIQUE] : Le Mystère des Pingouins

[CRITIQUE] : Le Mystère des Pingouins

Réalisateur : Hiroyasu Ishida

Acteurs : Kana Kita, Yu Aoi, Rie Kugimiya, ...
Distributeur : Wild Bunch Distribution
Budget : -
Genre : Animation
Nationalité : Japonais
Durée : 1h58min

Synopsis :

Quand des pingouins apparaissent partout dans sa petite ville, semant au passage une joyeuse pagaille, le jeune Aoyama se dit qu’il y a là une enquête à mener. Ce studieux élève de CM1, accompagné de son meilleur ami, enrôle également sa rivale aux échecs et une énigmatique assistante dentaire pour percer le secret des pingouins. Mais ces petites bêtes ne sont que le premier signe d’une série d’événements extraordinaires. Commence alors pour le jeune garçon une aventure pleine de surprises… et de pingouins !

Critique :

Hiroyasu Ishida balaye avec justesse une palette d’émotion, ainsi qu'une atmosphère mystique bien dosée, et fait du réussi #LeMysteredesPingouins un beau premier jet pour le jeune studio Colorido, dont on a hâte de voir ce qu’il nous réserve pour le futur. (@CookieTime_LE) pic.twitter.com/SMRFMcUzLn— FuckingCinephiles (@FuckCinephiles) July 9, 2019

C’est l’été, il fait beau et chaud. Et là, dans un champs, vous tombez par hasard sur des pingouins. Absurde non ? C’est l'intrigue de départ du premier long-métrage du jeune studio Colorido, mené par Hiroyasu Ishida, le réalisateur de ce Le Mystère des pingouins. Après s’être démarqué par de nombreux court-métrages et publicités, le studio décide d’adapter le roman à succès de Tomihiko Morimi, du même nom. Si le livre s’adressait à un public adolescent/jeune adulte, le film, lui, a voulu le rendre plus familial, tout en ne perdant pas de vue la trame principale. Le film revient sur ce qui a de plus beau dans l’enfance : la curiosité. Ce qu’elle apporte en terme d’évasion, d’optimisme : de puissants outils pour s’améliorer et grandir.


[CRITIQUE] : Le Mystère des Pingouins

Étrangement, Aoyama est loin de tout cela. Chaque jour marque le début de sa vie d'adulte (dans 3888 jours pour être exact). Menant sa vie tel un scientifique, à rechercher le savoir et la vérité, il ne laisse rien au hasard, même dans le choix de sa futur femme. Une adulte travaillant comme assistante médicale, qui l'entraîne également aux échecs (et n'est absolument pas au courant du fort sentiment que lui porte Aoyama). C’est pourquoi, l’étrangeté venue de ces pingouins ne le met pas dans tous ses états, il veut connaître la raison scientifique de cette soudaine apparition. Il est résolu à élucider ce mystère, d’autant plus qu’il est persuadé que l’assistante est liée à cela d’une manière ou d’une autre. Il est parfois difficile de s’identifier au personnage car Aoyama est très imbu de sa personne, montrant comment les enfants peuvent avoir une confiance innée en leur capacité. Le film veut montrer aussi sa pré-adolescence, car son obsession pour “La femme” (l’assistante du dentiste ne sera jamais nommée) se veut aussi d’ordre sexuel (avec un penchant pour sa poitrine). Heureusement, le film va mettre au centre ce personnage. Cet éveil de la sexualité et du désir fait en somme partie de l’apprentissage, même si Le Mystère des pingouins le montre d’une manière maladroite.


[CRITIQUE] : Le Mystère des Pingouins

L’animation du film se veut solide et colorée, pour mieux capter les moments surréalistes. Surtout, le film arrive à réunir une atmosphère mystérieuse avec des moments réalistes : comme cette séquence où l’on apprend que les objets se changent en pingouins, juste après le harcèlement que subit Aoyama de la part de trois de ses camarades de classe. Malgré la présence d’adulte, tous les personnages ont un côté immature, qui renforce la progression du personnage principal. La femme tout d’abord, qui n’a pas l’air de se soucier du rôle important qu’elle va avoir, la camarade de classe amoureuse de Aoyama, qui ne veut l’aide d’aucun adulte, même quand il est évident que cela devient dangereux, … Être intelligent ne veut pas dire savoir se débrouiller tout seul. Surtout, il est important de grandir à son rythme et de se laisser le temps à l’expérience. C’est pourquoi Aoyama ne livre pas ses spéculations sur les événements du film à la fin, les gardant pour lui. D’une part, cela laisse le mystère entier, à notre propre imagination. D’autres part, les pingouins n’étaient pas le plus important au final, mais la quête de soi. Le mystère ici, plus que les pingouins, est le fait de grandir. Quels sont les bons ingrédients ? C’est à nous de décider.


[CRITIQUE] : Le Mystère des Pingouins

Il est d’ailleurs dommage que le long-métrage se soit éloigné du public de base du livre, car le ton enfantin ne sied pas véritablement à l’histoire. Même si Aoyama est plus mature et sérieux qu’un enfant de son âge, le spectateur verrait mieux un personnage plus avancé dans l’adolescence, pour le réalisme et la beauté de la morale.

Colorido est un tout jeune studio, mais Le Mystère des pingouins jouit d’une magnifique animation. Le mélange 2D/3D se marie parfaitement, ainsi que le chara-design, d’où les émotions des personnages ressortent efficacement. Avec un souci du détail, Hiroyasu Ishida balaye avec justesse une palette d’émotion, ainsi qu'une atmosphère mystique bien dosée. Un beau premier jet du studio, dont on a hâte de voir ce qu’il nous réserve pour le futur.


Laura Enjolvy 


[CRITIQUE] : Le Mystère des Pingouins

wallpaper-1019588
L'Homme du Peuple
wallpaper-1019588
Nouvelle affiche internationale pour Bohemian Rhapsody de Bryan Singer
wallpaper-1019588
Isn't It Romantic (2019) de Todd Strauss-Schulson
wallpaper-1019588
Les ciné-concerts, ça vaut quoi ?
wallpaper-1019588
Give Me Liberty : Les détours du rêve américain
wallpaper-1019588
Le Roi Lion (2019) de Jon Favreau
wallpaper-1019588
Box Office US du week-end du 19/07/2019 : Simba rugit sur le trône de leader du B.O. !
wallpaper-1019588
[TOUCHE PAS À MES 80ϟs] : #50. Rocky III