[TOUCHE PAS À MES 80ϟs] : #45. Three O’Clock High

[TOUCHE PAS À MES 80ϟs] : #45. Three O’Clock High
Nous sommes tous un peu nostalgique de ce que l'on considère, parfois à raison, comme l'une des plus plaisantes époques de l'industrie cinématographique : le cinéma béni des 80's, avec ses petits bijoux, ses séries B burnées et ses savoureux (si...) nanars.
Une époque de tous les possibles où les héros étaient des humains qui ne se balladaient pas tous en collants, qui ne réalisaient pas leurs prouesses à coups d'effets spéciaux et de fonds verts, une époque où les petits studios (Cannon ❤) venaient jouer dans la même cour que les grosses majors légendaires, où les enfants et l'imaginaire avaient leurs mots à dire,...
Bref, les 80's c'était bien, voilà pourquoi on se fait le petit plaisir de créer une section où l'on ne parle QUE de ça et ce, sans la moindre modération.
Alors attachez bien vos ceintures, mettez votre overboard dans le coffre, votre fouet d'Indiana Jones et la carte au trésor de Willy Le Borgne sur le siège arrière : on se replonge illico dans les années 80 !

[TOUCHE PAS À MES 80ϟs] : #45. Three O’Clock High

#45. Trois Heures, L'heure du crime de Phil Joanou (1987)

Gageons que l'on a tous un peu trop tendance à résumer les meilleurs teen movies des glorieuses 80's, à l'oeuvre de feu le regretté John Hughes, tant le bonhomme a beaucoup fait - si ce n'est pas tout fait même - pour crédibiliser le genre aux yeux des cinéphiles avertis (mais pas que).

Ce qui laisserait presque sur le carreau toutes les pépites du genre étant sortie dans l'ombre de ses péloches, et le bien nommé Three O'Clock High est décemment de ceux-là, une production Amblin (et Aaron Spelling) se démarquant gentiment des potacheries de l'époque pour mieux s'inscrire gentiment dans l'ombre de Breakfast Club, en croquant un univers lycéen aussi réaliste qu'il est férocement attachant, sur des ados profondément banales et donc infiniment empathiques.

[TOUCHE PAS À MES 80ϟs] : #45. Three O’Clock High

Copyright Droits réservés

Articulé autour d'une journée de cours, en l'apparence comme toutes les autres mais au final assez folle, fortement influencé par le mésestimé After Hours de Martin Scorsese, le film de Phil Joanou suit l'histoire de Jerry Mitchell (excellent Casey Siemaszko), un lycéen désespérément modeste et bossant pour le journal de l'établissement, qui se retrouve catapulter par un incroyable coup du sort, dans une course contre la montre lorsque Buddy Revell (le charismatique et génial Richard Tyson), un nouvel étudiant en transition musclé et apparemment gentiment psychotique, qui le met au défi de se battre sur le parking du lycée, à la fin des cours (là où il ne devait pourtant être, au départ, que le sujet de son article pour le journal).
Jerry va donc devoir prendre son courage à deux mains, courage qu'il n'a d'ailleurs jamais mis à l'épreuve de toute sa vie, pour faire face à un véritable monstre brutal, qu'il tentera par tous les moyens d'éviter jusqu'à l'heure fatidique, trois heures pétantes...
Comédie cartoonesque aussi haletante qu'elle est d'une finesse rare, Trois Heures, L'Heure du Crime s'attache tout du long à conter l'histoire d'un ado lambda, un être fondamentalement doux et pacifiste n'ayant pour seule prétention que de s'en sortir sans bobo au sein de la jungle lycéenne.
Un ado parmi tant d'autres, qui se fondrait même dans l'arrière-plan sans que l'on s'en rende compte, qui accepte de se faire bousculer par les " héros " sportifs, les gosses populaires qui ne voit en lui qu'une fourmi facile à écraser.
Et c'est cette simplicité dans le choix de son héros, d'un gamin jamais à la hauteur mais qui à mesure du temps qui passe, va tout faire pour le devenir (quitte à passer par des actes lâches et honteux), et l'aspect totalement crédible de son affrontement avec le petit nouveau rebelle et dix fois plus baraqué que lui, qui fait tout le sel de ce teen movie pointant habilement du bout de la pellicule le microcosme compliqué qu'incarne le quotidien scolaire, entre l'incompréhension (l'incompétence ?) des adultes, et la nécessité de faire face plus vite que de raison, à la dureté de la vie.

[TOUCHE PAS À MES 80ϟs] : #45. Three O’Clock High

Copyright Droits réservés


Porté par un casting de seconds couteaux proprement excellent (Jeffrey Tambor, Philip Baker Hall, Mitch Pileggi, John P. Ryan,...), une mise en scène inspirée (et poussant gentiment à l'asphyxie à coups de cadrages déroutants et autres zooms agressifs), et une B.O. au poil signé Tangerine Dream, Three O'Clock High est un must-see du teen movie survolté, intelligent et attachant, qui mériterait une reconsidération au plus vite, lui qui a d'ailleurs été pillé plus que de raison tout récemment dans le pseudo-remake version adulte Fist Fight, avec Ice Cube et Charlie Day.
Laissez-nous l'original et nos 80's, merci.
Jonathan Chevrier
[TOUCHE PAS À MES 80ϟs] : #45. Three O’Clock High

wallpaper-1019588
Une (belle) page se tourne
wallpaper-1019588
Nouveau trailer pour le biopic Stan & Ollie de John S. Baird
wallpaper-1019588
First Man - Le premier homme sur la Lune
wallpaper-1019588
L'Homme du Peuple
wallpaper-1019588
Morena Baccarin au casting de Waldo signé Tim Kirby ?
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Fourteen
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Chained For Life
wallpaper-1019588
Les hommes du Président