Cyclo

Cyclo
CYCLOde Tran Anh Hung
Au début de mon aventure au sein de ce blog, il y a un film conseillé voire offert sur un plateau à la bébé blogueuse que j'étais, c'était "A la verticale de l'été" de ce même réalisateur. Je suis tombée amoureuse de ce film,, de ce cinéaste, et de tout ce qui l'entourait. J'ai aimé écrire dessus, bien que je ne me sentais absolument pas au niveau. Ce film est au cœur de ce que je suis en tant que blogueuse. Il fut donc naturel pour moi d'explorer la filmographie de Tran Anh Hung. Mais elle n'est pas très longue, alors je la picore avec parcimonie.
Un jeune homme conduit un cyclo à Ho chi minh. Un cyclo est un vélo équipé pour transporter des clients. Il vivote avec ses sœurs, une aînée et une autre d'une dizaine d'année, et avec son grand père. Au détour de ce qui ressemble à un guet-apens, il perd son cyclo et de nouvelles vies s'imposent à lui et à sa sœur aînée.

CycloCe film a été primé à Venise où il a reçu le lion d'or en 1995. Il est très différent de ceux que j'ai déjà vu de ce cinéaste: Éternité, A la verticale de l'été, l'odeur de la papaye verte.Ici le rythme est rapide, l'histoire est toujours sur un fil. Chaque minute peut être celle où le film va basculer dans le drame. Ça implique un montage plus dynamique, plus vif, plus saccadé;même si certaines scènes retrouvent les accents contemplatifs qui sont la signature de ce cinéaste. Il est moins parfait, moins léché, mais très efficace. On oublie également les belles lumières, le film est sombre presque glauque. Ici elle est blanche et froide. Les couleurs ne sont jamais chaleureuses, elles sont inquiétantes, à l'exception de celles dont l'enfant poisson et notre héros s'enduisent.Ce film met en parallèle deux descentes aux enfers, où plutôt dans leurs enfers personnels, celle d'un frère et de sa sœur. Sans que l'on sache où se situe le point le plus bas qu'ils pourront atteindre. Sans que l'on sache s'ils en ressortiront vivants. Sans que l'on sache s'ils y perdront leurs âmes.Pour elle ce sera l'exploration des vices tarifés masculins. Tout le pan qui lui est concentrée m'a mise mal à l'aise. Et c'est le but premier. La magnifique orchestration de cet axe est accentué par le jeu des deux acteurs qui le portent. Tony Leung dans un rôle quasiment muet qui déploie tout son talent pour donner vie à un personnage ingrat à servir. Il est à la fois touchant et à un comportement parfaitement inacceptable. Un homme dont l’âme tourmentée semble lui peser.

CycloTran Nu Yen Khe est sublime, comme toujours! Et elle n'a pas son pareil pour distiller une certaine candeur, voire une dose de naïveté à ses rôles. Elle est bouleversante et ça fait d'elle une proie de choix pour les prédateurs. Et ça nous impacte encore plus en tant que spectateur.

Cette plongée dans les abîmes sera aussi celle de notre conducteur de cyclo. Pour lui ce sera la délinquance avec comme horizon la criminalité. Le Van Loc est l'acteur d'un seul film à ce jour et pourtant il porte on rôle avec brio. Il est une boule de sentiments confus, et peu verbalisés. Il est extraordinaire. On peut retrouver d'autres acteurs que l'on a déjà vu dans l'oeuvre Tran Anh Hung.

Le coté organique du film, fait partie intégrante de la signature du cinéaste, il est dans ce film utilisé de manière symétriquement opposée à celui que j'ai pu découvrir dans les autres films que j'ai eu la chance de voir. Finit le coté onirique et bienveillant, ici c'est un paysage urbain violent. Chaque moment un tant soit peu beau, doux, ou bienveillant n'est là que pour contraster une séquence plus rude, et abrupte. Le meilleur exemple est la relation aux animaux dans ce film qui est là juste pour vous soulever le cœur. La dimension sensuelle fait partie de l'expérience que nous offre ce cinéaste, et ici elle est à l'opposé du spectre de celle que j'avais expérimenté. On est nauséeux, dégoutté, parfois on ne comprend pas vraiment pourquoi le curseur est poussé si loin. La sensualité, dans ce film, est une décharge électrique qui vous fait sursauter.

CycloFinissons une fois n'est pas coutume par le titre Cyclo. Si très rapidement le spectateur comprend que cela tourne autour de l'outil du travail de notre personnage. Il semble clair que son sens est plus large. Plus proche du cercle de la vie, de la force que tout à chacun à en lui de faire surface. Sentiment renforcer par le choix du réalisateur d'anonymiser ses personnage. Jamais nous ne connaîtrons leurs prénoms, leurs noms, voire un surnom. Faisant d'eux des pions de la destinée. Sentiment que chacun d'entre nous peux ou a pu expérimenter.
Ce film est un des films iconique de Tran Anh Hung et je l'aime. Mais il ne restera pas comme l'oeuvre du cinéaste que je préfère. Cependant il est intéressant, met en place une tension qui ne baisse pas. Il est servit par un casting plus que brillant. Et il est une démonstration de la maîtrise qu'à le cinéaste sur son royaume, à chaque seconde.

wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Okko et les Fantômes
wallpaper-1019588
L'Homme du Peuple
wallpaper-1019588
[COOKIETIME A ANNECY] : Jour 5
wallpaper-1019588
Isn't It Romantic (2019) de Todd Strauss-Schulson
wallpaper-1019588
We Can Be Heroes : Un gros casting pour le prochain film de Robert Rodriguez !
wallpaper-1019588
Gina Rodriguez en vedette du thriller SF Awake de Mark Raso ?
wallpaper-1019588
Premier trailer pour Motherless Brooklyn de et avec Edward Norton
wallpaper-1019588
Premier trailer pour The Report de Scott Z. Burns