Sans toit ni loi


Sans toit ni loi
SANS TOIT NI LOId'Agnès Varda
Une très jeune femme est trouvée morte dans un fossé, c'est un fait divers ou un fait d'hiver comme le disait la réalisatrice. Nous rebroussons les dernières semaines de la vie de Mona. Car si la mort est naturelle ça n'implique pas qu'il n'y est pas un voire des coupables.

Sans toit ni loi
Tout dans ce film est une construction fine et brillante pour amener celui qui entre dans ce récit à se poser la question " Qu'est-ce que j'aurais fait si j'avais rencontré Mona sur la route ?". Quelques semaines avant la sortie du film Agnès Varda a fait imprimer et distribuer plusieurs milliers de prospectus avec une photo de Mona où était inscrit, «elle ne dit jamais merci», «elle sent mauvais»,«elle est sale», «accepteriez vous qu'elle vienne chez vous ?», «la prendriez vous en stop ? ».... et il est indéniable qu'à la fin de cette oeuvre on est encore habitée par ces questions.Le film est rythmé par treize travellings toujours filmés de droite à gauche. Chacun d'entre eux commence par un plan sur un objet du quotidien et finit par un autre plan sur un objet identique. Entre les deux une Mona qui marche, qui chemine et qui se dégrade de manière a peine perceptible. Mais quelques petites choses restent constantes chez elle, c'est son petit air revêche, sa volonté d’être seule maître à bord et une immense solitude malgré les gens qu'elle rencontre et qui témoignent face caméra. tous persuadés de détenir une part de vérité alors que majoritairement ils transposent leurs fantasmes sur la jeune femme leurs aspirations, leurs rêves sans vouloir réellement voir ce qu'est sa réalité.

Sans toit ni loiPour créer Mona, pour être dans le vrai, lorsque Agnès Varda l'écrit elle décide d'acheter des anecdotes à une auto-stoppeuse routarde. Et ce qui ressort rapidement de leur conversation c'est l'importance de l'odeur. Bien que consciente que c'était le premier élément de l'exclusion la jeune femme se jouait presque de cet état de fait. Mais comment retranscrire l'odeur, la saleté par l'image et le son? Tout un travail s'organise autour de Sandrine bonnaire, un maquillage ou ses ongles deviennent crasseux, ses cheveux rendus poisseux à coup de shampoing secs. Elle apprend à réparer ses chaussures, à monter sa tente, elle exécute des travaux manuels qui marquent ses mains... puis la répétition des remarques sur son hygiène, le tout contre balancé des le début par une notion de « saleté dans la tète ». il est intéressant de souligner que majoritairement ce sont des hommes qui sont sales d'esprit. Pour une grande partie d'entre eux ils veulent profiter sexuellement de notre routarde. L'un d'entre eux anticipe aussi la commercialisation du corps de Mona, où seulement (ou salement choisissez votre terme) un autre a peur d'elle et de sa manière de s'affranchir de l'ordre établit, de cette hiérarchie qui protège les gens qui ont de quoi s'y lover. C'est aussi dans ce cadre qu'il faut souligner la scène de viol, c'est typiquement les scènes que je déteste au cinéma. Mais ici son évocation hors champs et à minima souligne et positionne Mona comme la proie d'un homme, et le violeur comme un prédateur. Et c'est un discours qui revient à plusieurs reprises dans la film. Comme Mona ne se plie pas aux diktats de la société où elle vit, certains pensent qu'ils peuvent user de son corps à leurs biens vouloir.

La réalisatrice choisit certains éléments qui caractérise la jeune femme et en fait des marqueurs de son état . Ses bottes ( il y en aura trois paires) seront l'un d'eux, sa tente et son duvet en seront un second, mais ce ne sont que des exemples. Les gens qui témoignent de qui elle était, sont aussi des jalons de qui et de comment est cette jeune femme à un instant T. Il est intéressant de voir le panel de personnes interrogées, du plus bienveillant et aidant qu'est le travailleur agricole marocain, au très «sale d'esprit» garagiste. De la très éduquée et aisée platanologue, à la petite dame de quatre vingts ans avec qui elle se saoule. Et en creux un discours sur la société que rejette cette jeune femme. Un monde de petits chefs où tout le monde veut te dire quoi faire, un monde de cruauté où des gens peuvent envoyer une vieille dame en maison de retraite juste pour récupérer sa maison....et un monde peu bienveillant où les femmes sont toujours des proies. Et leurs sexualités est toujours un enjeux masculin.

Sans toit ni loi
Parlons un peu de la forme, Agnès Varda a tenu à ce que son film soit restauré en 2014, restauration qu'elle a chapeautée. Ce qui donne à ce format 1.66, et au montage ou alterne l'histoire, les travellings, les témoignages, un rythme assez soutenu et une qualité de visionnage qui font du spectateur un acteur du récit, et qui fait que vous vous sentez pris à partie par sa problématique mais aussi questionné par ce qu'il dit de notre société. Société dont la mentalité n'a que peut évoluée en trente trois ans.
Ce film vous pousse dans nos retranchements, il nous fait réfléchir à qui nous sommes, quelles sont nos valeurs et quelle est notre place dans la chaîne alimentaire.

wallpaper-1019588
[AVIS] Invasion, film d’aliens perturbant et très simpliste !
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : J’ai perdu mon corps
wallpaper-1019588
Quentin Tarantino, du pire au meilleur
wallpaper-1019588
[CRITIQUE] : Working Woman
wallpaper-1019588
Dramatica : la théorie expliquée (116)
wallpaper-1019588
Haute Sécurité (1989) de John Flynn
wallpaper-1019588
Game of Thrones – saison finale, tout feu tout flamme !
wallpaper-1019588
[Cannes 2019] Jour 6 : L’Art du portrait